leral.net | S'informer en temps réel

HOMMAGE A NDONGO LO: N’ETAIT-IL PAS VRAIMENT LE MOMENT POUR LUI DE PARTIR?

Ndongo Lo, car c’est de lui qu’il s’agit, est resté un très court instant avec nous, seulement trente ans dont vingt cinq de galère et de lutte pour la survie. Donc l’artiste n’a disposé que de cinq ans pour remplir sa mission du point de vue artistique. Cinq ans relativement courts pour qui ne dispose pas de suffisamment d’arguments ou pour celui qui tergiverse sur les thèmes, les priorités de son temps.


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Janvier 2011 à 16:01 | | 8 commentaire(s)|

Cinq ans en fait ont suffi au natif de Pikine pour monter à tout le monde que le vrai artiste c’est celui qui innove, qui s’inspire de toutes les situations, avec lui on a appris que ce n’est pas suffisant d’avoir une belle voix mais il était aussi essentiel de la coupler à une inspiration, une intelligence sans faille. Donc l’artiste avait le rare don de disposer de fond et de forme dans ses œuvres ; car nul ne doute de la beauté de sa voix ni de l’extrême rareté de ses thèmes.

Ndongo, par les thèmes qu’il développait vivait au-delà de son temps et l’on avait l’impression par la pertinence de ses arguments d’être en face d’un adulte de plus de quarante ans tellement son niveau de discours tranchait carrément d’avec ce que les artistes de son temps avait l’habitude de développer. Lui, tout en étant moderne (un look vestimentaire qui était propre à lui) avait un pied posé de manière décisive sur les valeurs traditionnelles qui font la beauté de la société africaine en général et sénégalaise en particulier.

S’il y a quelqu’un qui a rempli son contrat en un temps record, c’est le fils de Gorgui Mbagnick car d’entrée de jeu il a montré de façon explicite son attachement à deux êtres qui sont : sa maman Adjia Marietou Fall et son guide son « fassila », Cheikh Mohamadou Fadel Mbackè . En fait qui connait l’homme ou bien qui a tout simplement suivi son parcours se rendra facilement compte de son amour indéfectible pour ces deux êtres. D’emblée il a ouvert le bal en dédiant une chanson inédite au Cheikh, Elhadji Fallou et comme cela ne suffisait pas il déclara « damalaay waay baa baamay sango sofsi » je te chanterai jusqu’à la fin de mes jours. A sa mère aussi il a dédié l’un des plus beaux titres de son cursus et nul ne doutait ni n’ignorait l’amour qu’il nourrissait à son endroit. Toutes les occasions étaient bonnes pour chanter sa chère maman.

Outre son marabout et sa chère mère, l’artiste a eu au cours de son bref séjour à montrer son attachement à un lieu, la banlieue particulièrement Pikine sa ville natale ; il se dit fier d’être né et d’avoir grandi dans cette partie de la capitale. « munuloo rey ba gene rey fanga judo.lumu gudi gudi lumu lundum lundum pikine lay fanaan ».

Outre ces thèmes, l’homme a eu à magnifier les mélomanes du monde de tubes comme :Nabi, sey, rewmi, doumala bayi, barkè baay, diegou pousso, xarit, marchands ambulants etc..
L’artiste durant cette courte période qu’aura duré sa carrière a réussi à révéler une autre facette de lui, il a en effet montré au monde entier ses talents qui ont fini de le porter à la plus haute marche du podium des experts du live. Si l’on réécoute quelques morceaux que l’artiste a reproduits en live, l’on serait tenté d’affirmer sans risque de se tromper que le jeune pékinois était mieux en live, il était plus à l’aise quand il se produit en live. Pour s’en convaincre il suffit de se conférer à des morceaux comme « tatafu, diegou poussso, tarkhiss, nabi ou encore borom ndindi… ».

Sa maitrise de la langue wolof et ses qualités de grand orateur qui selon moi auraient quelque chose à voir avec ses origines griottes d’abord, mais aussi de petit fils de Sidy Fall, qui avec feu Abdoulaye Niang chantait les louanges de Mame Cheikh Ahmadou Bamba, font de lui un artiste pas comme les autres.

Avant de boucler la boucle, le pikinois décida de solder ses comptes avec ses amis et tous ceux qui lui ont donné un coup de main dans la vie (Petit Mbaye, Papa Diop, ses amis d’enfance : Djily, Cheikh Beye, Papa Thiam, Ndiamè, Momar Gueye…) mais aussi avec ses détracteurs qui n’ont rien trouvé de plus beau que tirer à boulets rouges sur un serviteur qui se trouvait entre le marteau de la maladie et l’enclume de l’envie de servir ses fans. A ces détracteurs il décida de pardonner car affirma –t-il du haut du podium du Ravin « sama papa dafnima Ndongo lo mani Niang munima wèdi du ragaal setaal sa deerla, kuu munul yaax daay wax lu gnaw, booleen di deglu doo deem waanlèn guinaw reek deem » « yeen gni ma beug di xulo gudi ak becek yeen laay waxal buleen di xulo buleen di xeex ndax yonentbi maka la judo wayè wotewufa ndax noon… » .

Pour lui le temps pressait et l’urgence du moment était moins se livrer dans une polémique stérile ou une séance d’explication que de servir aux milliers de gens qui l’aimaient des produits consommables ; pour lui l’urgence était de laisser aux sénégalais un héritage qui servirait de livre de chevet à tout un chacun. Les œuvres posthumes (fataliku demb, sey ou encore borom ndindi) par le niveau de discours ou par la beauté ders textes en disent long sur le caractère spécial du défunt artiste qui inspire encore beaucoup d’artistes de la scene musicale sénégalaise. Par si on jette un regard attentif à ce que nous servent les artistes actuels, on voit que beaucoup d’entre eux nous servent du Ndongo Lo soit par le comportement vestimentaire soit tout simplement par des termes que l’artiste a employés avec tact et à d’autres occasions.

Ce qui est à retenir en dernière analyse, sera une assertion de lui-même « ndanan buu danno jefja du nul ndax netaliga » donc tout artiste ou mieux toute personne ou qu’il puisse être doit jouer pleinement sa partition pour que, ultérieurement, quand il ne sera plus de ce monde, qu’on puisse revisiter ses œuvres avec fierté.

Le cas précis de Ndongo nous pousse à donner raison à Jean Cocteau qui affirmait « le vrai tombeau des morts c’est le cœur des vivants » l’artiste sera à jamais dans nos cœurs.
Qu’il repose en paix 11likhlass.

Malick Sakho (Italie)



1.Posté par mass le 14/01/2011 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci Malick pour cette réélection tu as raison Ndongo Lo était l'un des rares artistes qui chantaient vraiment car ses thèmes tranchaient carrément avec ce qu'on entendait

2.Posté par Samory le 15/01/2011 01:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C Malick Sakho qui était au département danglais de l'Ucad

3.Posté par Kiné le 15/01/2011 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« le vrai tombeau des morts c’est le cœur des vivants », très belle citation...


4.Posté par malick le 15/01/2011 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oui mon ami c'est le malick sakho du departement d'anglais .il s'agit surement d'un ancien ami de la fac . ecris moi à massakh2002@yahoo.it

5.Posté par mass le 15/01/2011 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci waay tu as dit vrai Ndongo etait unique dans son style et ses methodes . merci monsieur de la reflection c'est profond.bravo

6.Posté par moise le 15/01/2011 20:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que la terre lui soit legere. Et que Dieu l'accueille dans son Paradis. Amine

7.Posté par mor le 15/01/2011 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ndogo lo yalla ako yalla yaram oyafal soof ci kawam naco serigne fallou térou amiiiiiiiiiiiiiine

8.Posté par FATOUSECK le 16/01/2011 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ki rek mo way deugue ba wouy dji sougnou borom
TOUBAB BI MOMO NDAR GNOUGUI LAY DIAR MOMO NDAR,ki parmi les artist la osé chanté?
LO WEY WEY T WEYO YONENE WAY WA NENE NA? N'EST C PA L 1er a l chanter


Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image