leral.net | S'informer en temps réel

Habré à Me Ciré Clédor Ly : « Vous parlez au nom de qui là ? Taisez-vous et ne me défendez pas »

Le procès de l’ancien Président tchadien a débuté hier avant d’être suspendu, aujourd’hui, jusqu’au 7 septembre. Mais, le moins que l’on puisse dire, c’est que Hussein Habré a une grande facilité lorsqu’il s’agit de virer ses avocats. Outre Me El Hadji Diouf qu’il a récusé, il y a quelques mois, pour, dit-il, avoir rencontré Idriss Déby sans son aval, un de ses anciens avocats, Me Ciré Clédor Ly, en a eu pour son grade.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Juillet 2015 à 13:45 | | 9 commentaire(s)|

A en croire Libération, tout se passait bien avant le début du procès. Le public, par groupe, commençait à envahir la salle pour assister au procès. Mais, le calme qui régnait dans la salle a été perturbé par Me Ciré Clédor Ly, avocat de la défense. Les journalistes se sont aussitôt rués sur lui pour lui asséner des tonnes de questions. Dans un premier temps, le journal indique que la robe noire n’a pas voulu parler mais, sur insistance des journalistes surtout ceux étrangers, il accepte de donner son point de vue sur le procès. « La composition du tribunal est irrégulière. En tant qu’Africain et en tant que compatriote, je dis que c’est un complot, de l’impérialisme européen avec des chevaux de Troie et des compradors africains », dit Me Ly. Mais, avant même que l’avocat ne termine son interview avec les journalistes, Hussein Habré a bondi de la chaise où il était assis, rapportent nos confrères, pour rabrouer son propre conseil. « Vous parlez au nom de qui là ? Vous êtes un faux avocat. Vous n’avez pas le droit de parler, taisez-vous et ne me défendez pas », lui crie-t-il avant d'être maîtrisé par Epi. C'est alors que les familles et proches de l'accusé, dont son propre frère qui n'a pas voulu se présenter, sont entrés dans la danse pour crier à l'injustice.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image