leral.net | S'informer en temps réel

Halte aux agissements de l’ex-administrateur général du CERES, et actuel conseiller technique au ministère de l’agriculture


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Août 2012 à 20:21 | | 6 commentaire(s)|

Nous, employés de la fondation CERES-Locustox (crée par décret n° 99-1297 du 31 décembre 1999), tenons à vous informer de la situation dramatique dans laquelle se trouve le Centre Régional de Recherches en Ecotoxicologie et Sécurité Environnementale.
Cette situation est le fruit d’un lourd passif découlant de la gestion de l’ancien Administrateur Général et de ses agissements qui, même après avoir été révoqué continue de nuire à notre institution.

Mr Djibril Mbaye, Administrateur Général de la Fondation CERES-Locustox de 2000 à mars 2007 a été révoqué de ses fonctions par le Conseil de Fondation suite à une série de manifestations des travailleurs qui venaient de boucler leur 10ème mois d’arriérés de salaires et qui par la même occasion dénonçaient à l’époque sa gestion gabègique et patrimoniale.

Cette gestion qui avait pour crédo l’opacité s’illustrait, entre autres, par :

1. L’absence de déclaration des impôts, prélevés sur les salaires des travailleurs et non reversés, laissant une ardoise de plus de cent millions de francs CFA à payer ;
2. La non-imposition de son salaire, se permettant ainsi d’empocher en toute illégalité un salaire brut de trois millions CFA durant plusieurs années en tant qu’Administrateur Général;
3. Le non versement des charges sociales (IPRESS) prélevées, laissant ainsi une ardoise de près de cinquante millions de francs CFA à payer ;
4. Des « avances » sur salaires que l’Administrateur Général s’octroyait lui-même ; des avances qui n’ont jamais été précomptés ou remboursés ;
5. Le refus de désigner un commissaire au compte comme prévu par la loi et expressément demandé par le conseil de fondation
6. Le maintien de la mono signature malgré les recommandations des audits
7. L’utilisation à des fins personnelles d’une carte de GAB sur les comptes recevant des fonds publiques (sous couvert d’avance sur salaire jamais décomptés)
8. Le non-respect des engagements avec les partenaires, conséquences des libertés prises dans les dépenses faites sur les budgets alloués à des activités contractuelles dans le cadre de projets ;
9. Alors que les employés n’étaient pas payés depuis dix mois, cet Administrateur Général n’avait pas daigné à l’époque en parler au Conseil de Fondation ;

En somme, toutes ces irrégularités, dûment constatées au fil des années par des audits indépendants commandités par l’ambassade des Pays-Bas (principal bailleur de fonds durant cette période), n’ont jamais été soldées ni améliorées.
En conséquence, la fondation s’est retrouvée en fin 2006 sans ressources avec la perte de confiance de ses principaux partenaires, notamment les Pays Bas et la FAO.
Il nous avait semblé logique et même tardif que la décision fut prise en mars 2007 de révoquer l’administrateur pour faute lourde de gestion.
Curieusement, ce louche individu occupe les fonctions de conseiller technique au ministère de l’agriculture depuis le passage de Khadim Gueye à la tête de ce département.
Aujourd’hui, non content des dégâts causés par sa gestion gabégique et patrimoniale, Mr Mbaye Fort d’une « décision de justice » pour ‘licenciement abusif’ (bien que la loi 95-11 sur les fondations prévoit la révocation de l’administrateur général Ad Nutum) a fait bloquer les comptes de la fondation à qui il réclame le versement de plus de cent millions de francs CFA.
Vu le rôle stratégique que joue ce Centre au niveau national et sous régional nous souhaitons que les autorités fassent le nécessaire pour la résolution durable de cette crise en mettant M. Mbaye hors d’état de nuire à cette prestigieuse et stratégique institution d’appui au développement du Sénégal et de la sous-région.
Plainte a été déposé contre Mr Djibril Mbaye qui est aujourd’hui inculpé pour les fautes qu’ils a commise durant son mandat à la tête de la structure.
Notre souci majeur reste la préservation de cet outil ainsi que de nos emplois.



Le syndicat des travailleurs
SATAG-section CERES-LOCUSTOX




1.Posté par ami le 11/08/2012 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'a fait l'administrateur actuel avant de prendre fonction et apès sa prise de fonction?

2.Posté par FALLY le 11/08/2012 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A bien lire cet article je comprends une seule chose: le monsieur a eu raison et exécute une décision de justice. Que peut un syndicat sur l'autorité de la chose jugée? négociez au lieu d'user de cette méthode pour faire pression sur quelqu'un à qui il a été fait du tord. C'est lui la victime et non les travailleurs.

3.Posté par BOLE le 11/08/2012 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MOUY DEUG. que pouvez vous contre une décision de justice en exécution? Apparemment ce qu'on reproche à "l'individu louche" selon vos dires, date de 05 ans au moins. Où étiez vous quand la chose se traitait au tribunal? C'est la méthode que vous utilisez pour "sauver votre outil" qui est louche. C'est pas une démarche honnête. UNE DECISION DE JUSTICE NE SE RAPPORTE PAS. QUELQU'UN QUI FAIT DU TORT DOIT PAYER. QU'IMPORTE LE STATUT D'IMPORTANT COLLE A VOTRE OUTIL QUI N'EST PLUS IMPORTANT QUE NOTRE JUSTICE ET SES DECISIONS RENDUES.

4.Posté par BABA le 11/08/2012 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TCHEY SENEGAL NDIAYE. KII NGUENNE DI WAAKH DEE KHAWMAAKO WANTEE FII MOOME YOOLE LAA FI GUEUNEU GUISS . VOS 07 POINTS ENUmérés sont d'aucune importance. Si c'est à partir de cela qu'il a été licencié je comprends que vous soyez condamés aussi lourdement. ç a sent la diffamation à mille lieux. Si j'étais le gars je n'allais pas vous rater.

5.Posté par Bathie le 11/08/2012 18:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Patati patatata. Et aprés? Condamnés vous avez tort. Nous n'y pouvons rien et notre ami Bolle a raison la décision de justice ne se discute pas ni ici ni ailleurs; Payez au gars ce que vous lui devez et fermez la; l'impunité , c'est fini dans ce pays. vous voulez abuser qui?

6.Posté par modou le 11/08/2012 23:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous êtes de mauvais perdants vous avez tout fait en licenciant Djiby de façon abusive avec la complicité de Farba Senghor. Vous avez une boîte unique en Afrique de l'Ouest mais vous avez fini par démontrer votre incapacité. Depuis le départ de Djiby plus rien ne marche chez vous, Parceque la boîte est animée par une bande méchants qui n'ont que l'invective et l'insulte à la bouche. Pendant qu'on parle de sécurité avec l'utilisation abusive des produits phyto vous êtes au service entrain de tourner les pouces. Le plus rigolo dans ce point de presse est la présence de Touré ex agent du laboratoire qui a abandonné le bateau pour aller voir ailleurs , mais puisqu'il sagit de délation il est présent et a son mot à dire. Le ridicule ne tue point dans ce pays. Vous ferez mieux de négocier avec Djiby car la justice atranché de façon définitive ce contentieux. > Il faut arrêter votre cirque et essayer de fructifier cette boîte qui a un grand rôle à jour au Sénégal, en Afrique et dans le monde. L'export des produits alimentaires à travers le marché européen, américain doit passer par la signature de Locustox. Cessez vos enfantillage ges et mettez vous travail.
Sans rancune

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image