leral.net | S'informer en temps réel

Héritage de Serigne Mourtada Mbacké : Les bus réveillent le conflit fratricide

XIBAR.NET (Dakar, 26 Aout 2009) « Tel père, tel fils ». L’adage n’est plus si pertinent même dans les familles maraboutiques, dont celle du très regretté fils cadet du fondateur du mouridisme : Serigne Mourtada Mabcké. Ses fils se tirent, encore, dessus au sujet du gigantesque héritage qu’il leur a laissé.


Rédigé par leral.net le Mercredi 26 Août 2009 à 07:16 | | 2 commentaire(s)|

Héritage de Serigne Mourtada Mbacké : Les bus réveillent le conflit fratricide
Ce mardi, la commune de la Patte d’Oie a frôlé le pire : Cheikh Abdou Diabbar Mbacké avait interdit à son frère aîné Serigne Mame Mor Mbacké de se présenter devant ses employés de Transervice, qu’il avait conviés en réunion. Cheikh Abdou exprimait une frustration qu’il partage bien de ses nombreux frères et sœurs. Il reproche à leur frère aîné, Khalife de Serigne Mourtada Mbacké d’avoir non seulement fait main basse sur la nombreuse fortune de leur père, mais également de phagocyter les sociétés qu’il leur a léguées : Serigne Mame Mor Mbacké a créé sa société de transports, Transervices, dans l’antre de l’entreprise de bus laissés par son père dont la société est dénommée Al Ahzar Transport. De même, il projette de construire une université dans l’enceinte de l’Institut Al Ahzar de Touba Ndame, qui est le premier des nombreux établissements d’enseignement et d’éducation créés par le regretté Serigne Mourtada Mbacké. Le conflit était latent. Récemment ses frères s’étaient soulevés, par presse interposée, contre son accaparement des biens laissés par leur père. Des médiations s’en suivront. Mais, c’était oublier que quelqu’un qui hérite de milliards ne peut pas se résoudre dans la dèche ; surtout si celui qui était sensé les gérer et les partager avec lui se sert à volonté. Le conflit est devenu inévitable, parce qu’autres temps autres mœurs. Autrement, si du vivant des fils de Serigne Touba chacun d’eux trônait à la tête de ce qui lui était légué, cette tradition risque de ne plus prospérer avec l’ère des petits-fils. Car, la « fonction » de marabout rapporte de moins en moins. La crise financière y est pour quelque chose, l’émancipation des disciples également. Seul le travail paye. Les jeunes marabouts le comprenant veulent leur part d’héritage. Les héritiers de Serigne Mourtada ont donné le ton. Si cette querelle ne les honore pas, elle risque quand même de faire tache d’huile. Il est vrai que la famille du regretté Serigne Saliou Mbacké, frère aîné de Serigne Mourtada, n’a pas fait beaucoup de bruit au sujet de son héritage, mais des dents avaient quand même grincé. C’est l’ère de la mondialisation, rares seront les îles qui vont échapper à la loi de la globalisation. Cheikh Abdou Mbacké va ester en justice contre son frère. Inédit entre Mbacké-Mbacké, pour des problèmes d’héritage.

La Redaction



1.Posté par TALIBE CHEIKH le 26/08/2009 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ONZOUBIL LAAHI MINAL CHEYTANE RADJIM.
LES MEDIAS D'AUJOURD'HUI NE CHERCHENT QU'A DESTABILISER LA CONSCIENCE DES MUSULMANS. MAIS HEUREUSEMENT QUE NOUS LES TALIBE LE COMPRENONS BIEN. DIEUREU DIEUFE SERIGNE TOUBA. DIARA AM SERIGNE MOURTADA. SERIGNE MAME MOR YALLA NAFI YAGUE TE WEER.

2.Posté par nite le 26/08/2009 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mo yow khana lo yakar . Kéne destabiliser woufi kène. Gni gnock yow yème khalis molène jital. Balamaye dè guène di yimou si lolène kham ba parè

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image