Leral.net | S'informer en temps réel



Hollande reprend 35 départements à Sarkozy

le 23 Avril 2012 à 18:27 | Lu 504 fois

INFOGRAPHIE - Le candidat socialiste est en tête à Marseille, celui de l'UMP est plébiscité à Neuilly, Mélenchon perce à Paris ... Retrouvez les tendances régionales à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle.


Hollande reprend 35 départements à Sarkozy
• François Hollande reprend 35 départements à Nicolas Sarkozy

Arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec plus de 28% des suffrages, François Hollande renforce les positions du PS dans les départements d'outre-mer, où il a raflé la majorité absolue dans trois départements, ainsi que dans l'Ouest, où il est arrivé partout en tête, Vendée et Manche exceptées.

En métropole, sans surprise, il réalise son meilleur résultat dans sa terre d'élection, la Corrèze, avec 43%, suivi de la Seine-Saint-Denis (38,7%).

Surtout, le candidat socialiste peut se réjouir d'être premier dans 35 départements qui avaient placé Nicolas Sarkozy en tête en 2007, dont la Sarthe, département de François Fillon. Fait inédit pour une présidentielle sous la Ve République, Paris offre la première place au candidat de gauche (34,8%). Par ailleurs, le candidat PS reprend à celui de l'UMP la première place dans le Nord-Pas-de-Calais, bastion historique de la gauche (28,6%).

Dans toute la France, François Hollande a eu du succès dans les grandes villes, où son total a, la plupart du temps, dépassé les 30%. À Lille (34,98%), à Toulouse (34,44%) et à Rennes, le candidat PS a largement devancé Nicolas Sarkozy.

Avec 28% des voix à Marseille, il est le premier candidat PS à arriver en tête au premier tour d'une présidentielle dans la Cité phocéenne. Même en 1981, elle avait placé Georges Marchais (PCF) en première position, avant d'accorder sa préférence aux scrutins suivants à Jean-Marie Le Pen puis à Nicolas Sarkozy.

Hollande reprend 35 départements à Sarkozy
• Nicolas Sarkozy plébiscité à Neuilly

En revanche, le candidat de l'UMP n'a inversé le rapport de force dans aucun département. Sans surprise, Nicolas Sarkozy, qui a obtenu 27,1% des suffrages au premier tour, réalise ses meilleurs scores dans des départements traditionnellement ancrés très à droite, notamment en Paca, comme les Alpes-Maritimes (37,19%), le Var (34,8%), la Haute-Savoie (34%), le Bas-Rhin (33,6%), la Vendée (32,9%) et les deux départements corses.

Les Hauts-de-Seine lui restent également fidèles avec 34,97%. Et à Neuilly-sur-Seine, ville dont il a été maire de 1983 à 2002, Nicolas Sarkozy est plébiscité avec 72,64%.

Le président-candidat n'est arrivé en tête que dans quelques grandes villes, comme Nice (34,65%), tenue par son indéfectible soutien Christian Estrosi, et Toulon (32,21%). Motif de déception supplémentaire, des fiefs de personnalités de premier plan du parti présidentiel ont voté pour Hollande. À Meaux, ville dirigée depuis 1995 par Jean-François Copé, le candidat socialiste arrive en tête avec 33,03% de même qu'à Longjumeau dans l'Essonne, la ville de Nathalie Kosciusko-Morizet, où Hollande arrive en tête avec 32,51%.

• Marine Le Pen crée la surprise en Corse

La candidate du FN, qui a créé la surprise avec 18,1% de voix, arrive en tête dans le Gard, avec plus du quart des voix. Sans obtenir la première place, elle fait plus de 25% dans une dizaine de départements dont le Vaucluse (son score le plus élevé avec 27%), l'Aisne, la Meuse, la Corse-du-Sud (où elle arrive deuxième), le Pas-de-Calais, la Haute-Marne, l'Aube, la Haute-Saône et l'Oise.

Le Front national a, par ailleurs, pratiquement retrouvé ses niveaux records de 1995 et 2002 en Alsace. Marine Le Pen arrache en effet la deuxième position après Sarkozy, avec 22 %, contre 13,5% en 2007.

• Jean-Luc Mélenchon perce dans la capitale

Le candidat du Front de Gauche, qui est arrivé quatrième avec 11,1% des voix, obtient ses meilleurs scores dans le Languedoc-Roussillon et le centre de la France (Auvergne et Limousin), sans dépasser les 13,5% dans aucune région. Il frôle les 17% en Seine-Saint-Denis.

Il réalise en outre une belle percée dans la capitale, où il est placé troisième, alors que la candidate PCF Marie-George Buffet avait obtenu 1,2% en 2007. Le candidat du Front de gauche atteint même les 14,9% dans le Xe, 15,3% dans le XVIIIe et triomphe à 17,40% dans le XXe.
• François Bayrou recule dans son propre département

Le candidat centriste, qui avait réussi en 2007 à arriver en tête dans son département des Pyrénées-Atlantiques, n'y obtient cette fois que la troisième position, derrière les deux favoris. C'est toutefois là qu'il obtient son meilleur score (15,7%).

• Abstention forte en Seine-Saint-Denis

La participation, tout en restant très élevée avec seulement 20,58% d'abstention, chute de près de sept points par rapport à 2007. Le record de l'abstention au premier tour est détenu par l'île de Saint-Martin (69%) et la Seine-Saint-Denis (26%), tandis que c'est le Lot qui a le plus voté.


SOURCE:Lefigaro.fr