Leral.net | S'informer en temps réel



Hollande va présenter des voeux "combatifs" pour fixer les priorités de 2015

le 31 Décembre 2014 à 15:30 | Lu 219 fois

Hollande va présenter des voeux "combatifs" pour fixer les priorités de 2015
Fidèle à la tradition, François Hollande présente à 20 heures mercredi ses v?ux aux Français, dans un état d'esprit "combatif" pour "affirmer les priorités et la tonalité de l'année 2015" même si aucune annonce majeure n'est attendue, selon l'Elysée.
A l'aube d'une année électorale à hauts risques (départementales en mars et régionales en décembre) et qu'il espère marquée par un sursaut économique attendu en vain depuis son élection en mai 2012, le chef de l'Etat prononcera pour la première fois cette allocution assis à son bureau.
Sa première allocution de la Saint-Sylvestre avait été enregistrée dans la salle des fêtes du palais présidentiel et la deuxième dans un studio aménagé dans l'une de ses pièces de l'Elysée avec, en toile de fond, la cour d'honneur.
"Ces v?ux combatifs font le choix de la solennité mais ils sont également une manière de montrer que le président de la République est au travail, qu'il redouble d'efforts et veut entraîner les Français dans le redressement du pays", souligne l'un de ses proches.
Reparti à la conquête de l?opinion, François Hollande, président le plus impopulaire de la Ve République mais dont la cote a connu un léger rebond en décembre, tentera ainsi de refermer sur une note d'espoir une année 2014 marquée par une série de revers électoraux pour la gauche, un chômage record, un nouveau dérapage des déficits publics et une croissance atone.
Classique sur la forme, cette allocution de huit minutes environ, comme les précédentes, sera enregistrée en fin d'après-midi et retransmise par des chaînes de télévision nationales, TF1, France 2 ou France 3, des chaînes d'information en continu ainsi que plusieurs radios, telles France Info et RTL.
Jérôme Revon sera aux manettes. Ce réalisateur chevronné a signé des émissions aussi diverses que Fort Boyard, Capital, les Molières ou Envoyé spécial mais aussi plusieurs interventions présidentielles depuis François Mitterrand ainsi que des débats comme celui qui opposait François Hollande à Nicolas Sarkozy pendant la campagne de 2012.
Selon son entourage, le chef de l'Etat a longuement préparé cette allocution, y consacrant notamment toute sa journée de mardi avec un déjeuner avec sa garde rapprochée de l'Elysée.
- 'Dans la conquète, la dynamique' -
Sur le fond, "il portera un regard rétrospectif sur l'année 2014 en revenant sur les principales réformes conduites cette année comme le pacte de responsabilité annoncé le 31 décembre 2013 et qui entrera en vigueur le 1er janvier", indique l'un de ses proches.
Au chapitre international, le président Hollande devrait souligner "l'engagement de la France dans la lutte contre le terrorisme et pour la paix dans le monde" et évoquer "les avancées européenne et notamment le plan Juncker" qui prévoit 315 milliards d'euros d'investissements dans les trois prochaines années en Europe.
Mais il ne manquera pas d'évoquer aussi "les grands défis de 2015, à commencer par la préparation de la conférence sur le climat que Paris accueillera en décembre".
François Hollande devrait également faire l'éloge de la loi Macron "pour la croissance et l'activité", censée libérer les énergies entrepreneuriales et qui doit être débattue dans les prochains mois au Parlement.
Et, toujours selon son entourage, il plaidera pour "l'unité du pays et la solidarité entre les Français", s'inscrivant dans le droit fil de son discours de la mi-décembre à la Cité de l'immigration où il avait dénoncé ceux "qui rêvent d'une France en petit, une France en dépit, une France en repli".
Le message devrait être d'autant plus appuyé après la récente série d'agressions à Nantes, Dijon et Joué-les-Tours.
Comme il l'a lui-même confié la veille de Noël, lors d'un déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon, François Hollande se veut "dans la conquête, la dynamique et le mouvement" après avoir montré sa capacité à "encaisser" dans l'adversité.
Arrivé au pouvoir il y a deux ans en pleine crise, il bénéficiera quoi qu'il arrive d'une conjoncture beaucoup plus favorable début 2015 avec la chute du prix du pétrole, la baisse de l'euro, des taux d'intérêt historiquement bas et l'envolée de la croissance aux Etats-Unis.