leral.net | S'informer en temps réel

Hommage aux victimes de Charlie Hebdo : Malick Noël Seck tire à boulets rouges sur les chefs d'Etat africains qui ont participé à la marche

Le déplacement de Macky Sall à Paris ne plaît pas à tout le monde même si tous condamnent quasiment l'attentat. Les critiques ont fusé de partout et les internautes s'en sont donné à cœur joie hier sur les réseaux sociaux traitant de tous les noms d'oiseaux les Président africains qui ont pris part à la manifestation en France pour rendre hommage aux caricaturistes du Prophète (PSL). Mais, il n'y a pas seulement que les internautes, Malick Noël Seck a fait une déclaration incendiaire en ce sens pour exprimer son indignation.


Rédigé par leral.net le Lundi 12 Janvier 2015 à 08:45 | | 17 commentaire(s)|

Hommage aux victimes de Charlie Hebdo : Malick Noël Seck tire à boulets rouges sur les chefs d'Etat africains qui ont participé à la marche
Après avoir exprimé leur « solidarité et (leur) compassion vis-à-vis du peuple de France », Malick Noël Seck et ses amis disent ne pas perdre de vue que « l'attentat contre Charlie Hebdo faisait suite à une série de parutions de ce journal résolument destinées à provoquer les musulmans, en particulier la reproduction de caricatures du Prophète elles-mêmes initialement parues dans une publication scandinave d'extrême-droite ». Pour eux, « si rien ne saurait justifier de tuer un homme qui dessine, qu'il nous soit permis de nous interroger sur les motivations des caricaturistes islamophobes et de leurs soutiens ». Aussi, le Front National de Salut Public ne tombe-t-il « évidemment pas dans le piège de la stratégie impérialiste du 'choc des civilisations' ». C'est pourquoi « le Front national de salut public se désolidarise naturellement des présidents d'Afrique francophone qui ont cru bon de se presser à Paris, sous prétexte de soutenir leur homologue et chef de file François Hollande ». « Dans les faits, ils n'y seront allés que pour se montrer ou faire quelques courses. Quand on sait ce qu'il en est de la presse dans nos pays, on mesure l'hypocrisie de ces chefs d'Etat, nains perdus au milieu de 'grands de ce monde' auxquels ils aspirent caricaturalement à ressembler. Ne serait-il pas temps que ces chefs d'État africains se montrent soucieux et solidaires de leurs peuples ? », s'interrogent M. Seck et ses compagnons dans les colonnes du Pop.






Hebergeur d'image