leral.net | S'informer en temps réel

Honneur à celui qui transmet le savoir et qui enseigne la vertu et les valeurs

Le prétexte de cette contribution est la crise profonde des valeurs qui tend à résider et à élire domicile dans notre pays. Nous faisons allusion à cette crise des valeurs qui a vite entraîné une pénurie nationale de vertu et d’éthique. Notre avis est qu’au-delà de tout un chacun, il revient au corps professoral et aux enseignants (du public/du privé, des institutions musulmanes & chrétiennes) d’assurer le minimum requis pour faire de chaque sénégalaise et de chaque sénégalais qui va à l’école, un bon citoyen.


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Octobre 2012 à 16:41 | | 4 commentaire(s)|

Honneur à celui qui transmet le savoir et qui enseigne la vertu et les valeurs
A ce propos, et nous y reviendrons dans d’autres écrits, car il nous plaît maintenant de nous adresser à nos chers compatriotes, nous pensons qu’il y a un minimum du cursus scolaire que la loi doit rendre obligatoire pour tous. L’enseignant et le professeur doivent être bien formés et bien dotés pour pouvoir sereinement et brillamment assurer leur sacerdoce. Eux peuvent de façon décisive, à coté de ce qui peut être fait ou défait par la famille et le proche environnement sociétal, « former » des sénégalaises et des sénégalais de qualité. En effet, d’un bon système éducatif peuvent émerger des gens de qualité, des gens nobles, des gens d’une grande intelligence, des gens utile à notre nation.

Seulement, il faut savoir rendre à César ce qui appartient à César. De ce point de vu, même si nous ne cautionnons pas les grèves et autres boycotts, nous soutenons que la rémunération du Professeur et de l’Enseignant doit être super-élevée, elle doit être l’une des plus élevées du système. La perception de ce très noble métier qui est la transmission du savoir, de la vertu et des valeurs doit changer. Une réforme profonde doit pousser les meilleurs élèves et étudiants à désirer ces professions si ces professions les mettent réellement à l’abri du besoin et de la pauvreté. Le professeur et l’enseignant doivent être riches en argent de par leurs seuls salaires. Ils le méritent et c’est un excellent investissement pour l’Etat. Véritablement, est-ce logique de payer très cher celui qui juge un délinquant, de payer très cher celui qui défend un délinquant ou encore de payer très cher celui qui soigne un malade et de sous-payer celui qui par son travail peut éviter qu’un individu soit délinquant ou lui éviter les maladies contractées par ignorance ? Les professeurs et enseignants doivent être des parents très riches de la société. Leur sacerdoce est noble et honorable. L’honneur a besoin d’argent ; le penseur l’a bien dit : sans argent l’honneur n’est que maladie.
Nous sommes d’avis que la grande réforme pertinente de notre système éducatif et ce qui à moyen et long terme évitera au Sénégal des matchs suspendus par des jets de pierres, des pare-brises casses….

Avec une école obligatoire, des enseignants rigoureusement bien sélectionnés puis bien formés et très à l’aise financièrement pour se consacrer à leur sacerdoce, le Sénégal pourra dans quelques années réduire l’indiscipline qui se généralise.
Pour que devienne un grand pays, le Sénégal, notre patrie bien aimée !


Michel Simel BASSE



1.Posté par Citoyen le 27/10/2012 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sauvons nos universités publiques du naufrage.

Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l’enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l’UNESCO. Nos instituions d’enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu’à présent, feignent de ne rien savoir (n’ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques!) qui sont nommés à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.

Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s’évertue à demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d’existence » et parfois au détriment des intérêts de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l’inaction de l’État.

En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le moindre du monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c’est le début du CHAOS.

A l’État de faire l’état de la gestion de ceux qu’il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d’étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti.

L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d’enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées.

Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je propose des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d’être juge et parti.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire un devoir citoyen.

2.Posté par Touré le 27/10/2012 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonne analyse, Michel.

3.Posté par FocusActu le 28/10/2012 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

4.Posté par ARFANG SECK le 31/10/2012 21:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les enseignants forment une armée noble aux exploits quotidiens jamais chantés ,jamais décorés,..armée sans uniforme rutilant... plante partout le drapeau du SAVOIR et de la VERTU MARIAMA BA une si longue lettre

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image