leral.net | S'informer en temps réel

Horizon sans frontières sur le bilan définitif de la Cellule de crise : « Elle n’a pas comptabilisé les Sénégalais de l’extérieur morts à Mouna »

Dans son bilan, la Cellule de crise et de prise en charge psychologique, installée au ministère des Affaires étrangères, n’a pas pris en compte les pèlerins sénégalais de l’extérieur morts à Mouna, c’est le constat fait par Horizon sans frontières (Hsf). Annonçant une victime sénégalaise, qui résidait en Côte d’Ivoire, Boubacar Sèye trouve que le nombre de morts arrêté par les autorités en charge du Hadj pourrait s’alourdir.


Rédigé par leral.net le Jeudi 22 Octobre 2015 à 09:39 | | 3 commentaire(s)|

Horizon sans frontières sur le bilan définitif de la Cellule de crise : « Elle n’a pas comptabilisé les Sénégalais de l’extérieur morts à Mouna »
Horizon sans frontières est convaincu que le bilan de pèlerins décédés à Mouna pourrait s’alourdir. En effet, cette structure, qui défend la cause des immigrés, trouve que la cellule de crise et de prise en charge psychologique installée au ministère des Affaires étrangères n’a pas, par exemple, comptabilisé El Hadj Seck, un Sénégalais qui résidait en Côte d’Ivoire et qui fait partie des milliers de personnes qui ont perdu la vie dans cette tragédie. Ainsi, l'organisation reste ferme dans sa conviction puisqu’il trouve que le nombre de victimes avoisinerait les 3000 morts, très loin des 769 publiés par l’Arabie Saoudite.

« La cellule n’a pas pris en compte les Sénégalais de l’extérieur, ceux qui ont accompli le Hadj depuis leur pays d’accueil », précise M. Sèye dans Walf quotidien. Dans ses calculs, Hsf s’appuie sur les lenteurs administratives, le coût exorbitant du Hadj, les problèmes liés à l’obtention des visas qui ont fait que beaucoup de Sénégalais ont préféré s’inscrire dans les pays voisins moins chers comme le Mali, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Bénin … Donc, à l'en croire, le cas d’El Hadj Seck, résidant en Côte d’Ivoire, dont les funérailles ont été célébrées, dimanche dernier, dans la commune de Koumassi, à Abidjan est fort illustratif de cette liste de Sénégalais non pris en charge par la cellule de crise.








Hebergeur d'image