leral.net | S'informer en temps réel

Hurricane Wade - Par Ibra Pouye

Encore lui, bigre ! Il est de retour, et chez nous encore ! On le croyait enterré et disparu de la scène politico-médiatique depuis la cinglante défaite qu’il a subie lors du pugilat électoral de 2012 qui l’avait opposé à un de ses enfants formés sur les braises du Sopi, en l’occurrence Macky Sall. Cette litanie de mots n’émane pas de moi mais de ceux qui croyaient le pape du Sopi mort de sa belle mort politique.


Rédigé par leral.net le Samedi 3 Mai 2014 à 11:15 | | 3 commentaire(s)|

Hurricane Wade - Par Ibra Pouye
En politique, la bête ne meurt jamais, elle renaît toujours de ses cendres même enfouies profondément. La terreur est là, prête à entrer en action et à découdre avec le régime en place qui est resté très aphone durant le retour de Wade à Dakar où le peuple, déçu des deux ans du régime lui a déroulé un tapis bleu ciel. Oust du balai ! Une des phrases qui a fait valser les cœurs et les gorges nouées de faim et de soif des citoyens sortis en trombe dans les rues de la capitale. La chanson populaire reprenait le dessus sur tout avec ce fameux cantique consacré à Wade, « Gorgui ! Ya bari dolé ! », le Vieux est fort. La tasse de thé est bue mais a un goût amer pour le président Sall et sa clique. Pauvrement seul ou terriblement seul était Macky ! Scénario très désolant mais Macky en restera-t-il là bouche bée à l’image de François Hollande, président d’une France en hibernation et en pleine désillusion ?

Les masques sont vite tombés et l’hypocrisie a fait place à un mode de gouvernance. Pour survivre dans ce laps de temps, l’Etat a cherché à tirer le diable par la queue. Macky Sall esseulé a fait peur plus d’un sénégalais lambda. Aucun tir groupé sur Wade et sa horde de politiciens qui cherchent désespérément à se faire voir sur les chaines de télévision. Le seul sniper de Macky Sall, en l’occurrence Souleymane Jules Diop a eu maille avec la venue de Wade et a dit ce qu’il pensait. Couac de communication ou pas? Motus bouche cousue ! Quel méli-mélo médiatico-politique et dramatique ! Même le Premier ministre, en l’occurrence Aminata Touré que l’opinion peint comme combattive et bravache, nul mot d’elle ! Haro sur le gouvernement Sall ! Occupé et la tête dans les élections à venir et se disant que Macky est là avec son glaive tel un templier.

La télévision manquait terriblement à cette ancienne horde de pilleurs et d’alter-noceurs de la République bananière et bamboula ; je veux parler de la nomenklatura de Wade. République des joyeusetés et des fainéants ! Wade le sauveur, disent certains et Wade, celui qui veut foutre le pays en l’air, disent les autres voire ses farouches adversaires politiques. De cet écart de langage, je m’en offusque et fais profil bas. Mais force est de constater que Wade a servi le pays et qu’il en est un digne fils. Il a le plein droit de rentrer et de continuer à servir mais de servir dans la paix parce que ce pays qu’est le nôtre a toujours connu une paix sociale durable. Cela se susurre que le gouvernement actuel n’a vu que la poudre mais pas encore le bout de la baïonnette. A feu et à sang, impossible ! Macky devra décortiquer le message dans les jours à venir. Plus malin qu’Hurricane WADE il n’en existe pas ! Il voulait faire un buzz médiatique et il a eu ce qu’il voulait. Wade est buzz et buzz est Wade.

Un coup de pied dans la fourmilière de Macky et de son gouvernement. Wade en plein dans le mille ! Et pourtant Macky Sall pouvait envoyer une délégation l’accueillir mais mon doigt me disait que ce dernier déclinerait l’offre. Garder le fils de ce dernier en prison et aller l’accueillir sont deux choses incompatibles. La guerre est déclarée et de fort belle manière. Wade a fait exprès de retarder son retour avec sa stratégie qui lui est propre. Malin comme un singe, il a montré à Macky que la responsabilité du pouvoir est lourde de conséquences et ce dernier l’a appris à ses dépens. Le réveil après le passage de l’ouragan a été brutal et a surpris tout le camp adverse. On rit sous cape quand on entend le fameux Monsieur ‘’pleurs’’ du gouvernement ergoter sur cet évènement et que dire des autres, nenni.

La gouvernance de Wade, d’une manière fort succincte, a été calamiteuse sur le plan de l’éthique mais bonne en une moisson de réalisations même si l’Etat ne peut pas tout faire. L’Etat providence n’existe pas et je ne crois pas à cette thèse absurde de ces inventeurs épicuriens et rêvasseurs. Wade, selon lui, est venu en bon sauveur de la République. Et oui sauver son rejeton et le mettre sur orbite, tel est le schéma qui se dessine à l’horizon politique. Toujours tenace, planificateur et féru de la ruse. J’ose espérer que l’avenir me donnera raison même si je ne suis pas dans le secret des djinns.

POUYE Ibra

Critique de l’actu politique






Hebergeur d'image