leral.net | S'informer en temps réel

IDRISSA DIOP, AUTEUR COMPOSITEUR : «Aujourd’hui, dans la musique, tout est basé sur la vulgarité»

Le chanteur sénégalais Idrissa Diop, qui était basé à l’étranger où il poursuivait sa carrière depuis des décennies et qui est rentré définitivement au Sénégal, a déploré la mauvaise influence de la musique d’aujourd’hui sur la jeunesse. Venu soutenir son ami Makhou Lébougui, avant-hier, à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, lors de son point de presse sur le Festival de Thiaroye-sur-Mer, Idrissa Diop a été très dur envers la nouvelle génération.


Rédigé par leral.net le Mercredi 24 Novembre 2010 à 17:16 | | 4 commentaire(s)|

IDRISSA DIOP, AUTEUR COMPOSITEUR : «Aujourd’hui, dans la musique, tout est basé sur la vulgarité»
«L’éducation que la musique donne, le reflet qu’elle transmet aux enfants n’est pas bien», a dit d’emblée celui qui a fêté ses 40 ans de musique en décembre dernier. «Aujourd’hui, dans la musique sénégalaise, tout est basé sur la vulgarité, la danse, la musique, les chansons, les paroles», a-t-il clamé avant d’ajouter que son premier combat après son installation définitive au Sénégal était de trouver des solutions par rapport à ce fléau. «Mon premier problème a été de savoir comment mettre en place quelque chose pour changer cela», a affirmé Idrissa Diop.


«Nous sommes des marchands de bonheur, pas de vulgarité»

Le chanteur sénégalais qui a été l’un des membres fondateurs du groupe «Sahel de Dakar» de préciser que les musiciens ne doivent pas être de mauvais exemples. Au contraire, ils doivent porter leur public sur un nuage et lui faire plaisir. «Nous sommes des vendeurs de rêve, des marchands de bonheur, pas des marchands de vulgarité», a souligné M. Diop.

L’auteur compositeur, qui souligne que le futur culturel doit produire une bonne influence sur les enfants, a estimé qu’il doit de ce fait être une priorité de tout un chacun. Parce que ce qui se passe actuellement est inquiétant et qu’il faut arrêter de faire dans la dérive. «Qu’est-ce qu’on peut laisser aux jeunes comme éducation culturelle ? C’est cela la principale préoccupation», a indiqué l’auteur de «Nima Yalla Def».

Il faut noter que le chanteur aime mélanger sa musique, en s’inspirant par exemple d’un style de sonorités latino qui a influencé son enfance qu’il a passée à Malika (banlieue de Dakar) et de l’Afro jazz.


Oumou Sidya DRAME
Source Le Populaire



1.Posté par Omar le 24/11/2010 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et le deal sur les visas vers les Etats-Unis, il n'en parle pas aussi?
Et pourtant c'est bien de lui qu'il s'agit.................
Il ya deux mois ce même monsieur ( Idrissa DIOP) a fait voyager cinq faux musiciens vers New York pour une somme de 5.000.000 de frans cfa par personne.
N'est-ce-pas une forme d'amateurisme?

2.Posté par yakh der le 25/11/2010 17:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oumar , il faut arreter de salir le nom des gens ! Ce monsieur est tres credible je le connais personnellement .

3.Posté par boy medina le 25/11/2010 17:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bilaye wakhatiko cet imbecil de oumar est un grand menteur ,lol

4.Posté par buref le 02/12/2010 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

omar mi khana tassoukatla

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image