Leral.net | S'informer en temps réel



IL VOULAIT INSTALLER SA TENTE BEDOUINE DANS LES RUES DE NEW YORK : Kadhafi chassé de New Jersey, de Manhattan et de New York

Rédigé par leral .net le 25 Septembre 2009 à 06:32 | Lu 1267 fois

La 64eme Edition de l’Assemblée générale des Nations-Unies a été la grande attraction hier. Les grandes puissances de la planète se sont données rendez-vous à New York. La tension était vive avant le début de cette rencontre. L’on craignait des provocations du Président iranien Mahmoud Ahmadinejad et du libyen Mouammar Kadhafi. Certains s’attendaient à un départ massif des délégations européennes. Mais surtout, l'intervention du libyen Kadhafi qui a suscité beaucoup de commentaires. Comme s’ils s’étaient passés le mot, le Guide libyen a vu les autorités locales américaines lui refuser l’installation de sa tente bédouine à New York d’abord, à New Jersey ensuite et à Manhattan en fin. Finalement, il sera obligé d’aller rejoindre la délégation libyenne.


IL VOULAIT INSTALLER SA TENTE BEDOUINE DANS LES RUES DE NEW YORK : Kadhafi chassé de New Jersey, de Manhattan et de New York
Les commentateurs n’ont pas tort de qualifier le Guide libyen d’ennemi des Etats Unies. Car les autorités locales américaines n’ont pas manqué de lui manifester leur opposition à son séjour dans leur pays. «Des ennemis des Etats-Unis, il y en aura aussi à la tribune aujourd’hui comme l’Iranien Mahmoud Ahmadinejad qui teinte régulièrement ses discours aux relents antisémites ou comme le Libyen Mouammar Kadhafi qui fera ce mercredi sa première apparition devant les Nations-Unies. Il interviendra juste après Barack Obama puisque c’est son pays qui préside cette année l’Assemblée générale de l’Onu» a dit un journaliste qui revenait sur l’événement. Comme c’est connu de tous, Le Guide libyen ne fréquente pas les hôtels. Il se déplace avec des tentes bédouines qu’il installe quelque part quand il est en déplacement hors de son pays. Il se déplace avec ses cuisiniers, ses garde du corps, ses chauffeurs, des valets, bref rien ne sera oublié, mêmes les petits accessoires. Après chaque séjour hors de son pays, les valets nettoient les lieux. Ils ne laissent aucune trace mêmes les serviettes utilisées par le Guide sont ramenés par sa délégation. Selon un ami du Guide que nous avons interrogé, la présidence libyenne ne veut pas laisser sur les lieux des choses qui pourraient être analysées dans les laboratoires. C’est ainsi que la Présidence libyenne a pris toutes les dispositions lors du déplacement du Guide aux Usa. D’abord des Services du palais présidentiel ont été envoyés en mission d’éclaireur à New York avant l’arrivée du Guide. Les libyens avaient d’abord porté leur choix sur un site situé dans la banlieue New Yorkais plus précisément sur un terrain appartenant à Donal Trump, un homme d’affaires et promoteur américain. Mais là, les autorités locales lui ont refusé cela. Les libyens s’en vont pour New Jersey. Là, ils ont choisi un terrain qui appartient à l’Ambassadeur de la Libye aux Usa. Le maire d’Englewood, Michel Wlides refuse catégoriquement de recevoir le Guide libyen dans sa collectivité locale. Selon lui, «un criminel comme Kadhafi ne mérite pas d’être accueilli dans cette localité». Les libyens retournent vers Central Park au cœur de Manhattan, mais le refus du Maire de New York a été catégorique. La présidence libyenne ne savait plus où installer la tente bédouine du Guide qui n’entre pas dans les hôtels. Une délégation a été finalement envoyée dans un hôtel de luxe «The Pierre Hôtel» mais pour des questions de sécurités le Guide n’a pu séjourner dans cet hôtel. Il sera obligé de rejoindre la délégation libyenne. Les autorités de ces collectivités locales américaines ont voulu prendre leur revanche sur la manière dont le dossier de l’attentat de Lockerbie a été géré par la Libye. Car 189 des 270 victimes de l’attentat, attribué à la Libye, étaient américaines. Les familles de ces victimes se sont mobilisées devant le siège des Nations-Unies hier pour protester contre la tribune exceptionnelle offerte à Kadhafi. Et ils n’arrivent pas à digérer l’accueil triomphal réservé à Tripoli à Abdel al-Megrahi principal auteur de cet attentat, le mois dernier, après sa libération de prison.

KADHADI DERAPE ET FRUSTRE SES COLLEGUES AFRICAINS

Provocateur, le Guide libyen l’était hier. La délégation libyenne n’a pas apprécié le refus des autorités locales américaines de l’accueillir. Son discours a été sévère contre les dirigeants du monde. Mouammar Kadhafi s'en est vertement pris au Conseil de sécurité de l'Onu, dès le début de son discours devant l'Assemblée générale de l'Organisation. La première fausse note dans le discours du Guide c’est la manière dont il a été présenté au public. Le haut parleur central aurait déclaré : «Kadhafi, le président des Chefs africains». Ce bout de phrase a été mal apprécié par les Chefs d’Etat africains. Et avant de monter sur la tribune, Kadhadi a fait attendre l'auditoire pendant plus de cinq minutes. Le Guide libyen s'en est pris en particulier à la domination exercée sur le Conseil de sécurité par ses cinq membres permanents : Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie sans oublier leur droit de véto. Selon Kadhafi, «le veto est contraire à la Charte de l'Onu, l'existence de membres permanents est contraire à la Charte». Tout le long de son discours, il brandissait le petit livre bleu contenant le texte fondateur des Nations unies. Kadhafi a demandé à ce que le siège des Nations-Unies soit délogé hors des Usa. «Pourquoi pas à Syrte» a-t-il dit. Les discours sont chronométrés sur 15 minutes, mais le Guide Mouammar Kadhafi a parlé pendant plus d'une heure. Dehors, des centaines de manifestants de l'organisation, Nations de l'Islam sont rassemblés pour soutenir Kadhafi, tandis que d'autres protestent à l'inverse contre sa venue ou celle de l'Iranien Ahmadinejad. Le colonel Kadhafi souhaite que les prérogatives du Conseil de sécurité soient transférées à l’Assemblée générale, l’Assemblée générale présidée cette année par un diplomate libyen Ali Treki.

LES PROVOCATIONS DU GUIDE

Toujours aussi provocateur, le colonel Kadhafi a comparé les Nations unies à Hyde Park, le célèbre parc londonien où s’expriment toutes les opinions y compris les plus originales. « Vous êtes ici comme à Hyde Park. Vous parlez et vous partez », a-t-il dit. Sans surprise, le colonel Kadhafi a également critiqué la justice internationale et, en particulier la CPI, la Cour pénale : « Il est facile d’envoyer Charles Taylor et Hissène Habré à La Haye. Et pourquoi pas ceux qui sont responsables de la guerre en Irak ? ». Le colonel Kadhafi a également suggéré que le siège des Nations unies soit transféré ailleurs : « Pourquoi pas Syrte ?». Le choix de Syrte, sa ville natale, ne lui paraissait pas incongru et il a demandé à Ali Treki, le président de l’Assemblée générale d’inscrire cette question du déménagement de l’ONU à l’ordre du jour. Le colonel Kadhafi a conclu son discours fleuve, le point levé, par la formule révolutionnaire classique « La lutte continue ».



1.Posté par galay le 25/09/2009 20:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dis-moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es.
KHADAFI-WADE deux amis inséparables.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site