leral.net | S'informer en temps réel

Ibrahima Faye alias Ibson étudiant-rappeur-écrivain : «Je fais de la Litté-rap-pure»

Ibrahima Faye plus connu sous le nom de Ibson est un étudiant en licence de lettres modernes. Il est aussi rappeur et en même temps écrivain. Ibson vient de mettre sur le marché, un album qui s’intitule «2main», composé de dix-huit titres. En plus de l’album, l’étudiant-rappeur a écrit un livre sur le rap «Demain», préfacé par le professeur Omar Sankharé. Entretien.


Rédigé par leral.net le Samedi 28 Juillet 2012 à 13:56 | | 0 commentaire(s)|

Ibrahima Faye alias Ibson étudiant-rappeur-écrivain : «Je fais de la Litté-rap-pure»
Qui est Ibrahima Faye alias Ibson ?

Je suis un natif de Kaolack, étudiant en licence de Lettres modernes à l’université Amadou Hampâté Bâ. Je suis un intellectuel qui est entré dans le mouvement hip hop et un rappeur très au courant de la poésie. Ibson, c’est mon nom de rappeur, le diminutif d’Ibrahima.

Quand avez-vous démarré dans le rap ?

J’ai commencé par la chanson en 1995 lors des colonies de vacances et par la suite en 1998, j’ai pris le temps d’écouter des rappeurs comme le groupe Dara Dji. En cette période, j’étudiais à Mbacké. Au début, j’avais comme nom MTN (l’homme aux trois confréries, je suis né dans une famille mouride, tout en fréquentant un ami qui est de la confrérie Tidiane et on habitait Kaolack qui est le bastion de la famille Niassène). Pendant tout ce temps là, je ne faisais qu’écouter les morceaux de rap et imiter les rappeurs. C’est en 2003 que j’ai démarré le rap avec un ami qui m’a conseillé de changer le nom de MTN en Mouvement sans fin et anonyme. Par la suite, nous avons rencontré le groupe Xamlé Clan, des Parcelles Assainies avec lequel nous avons fusionné pour créer le groupe Never Mine. Après avoir échoué au baccalauréat, mon père qui ne voulait pas que je fasse du rap, m’a envoyé à Thiès pour aller y poursuivre mes études. C’était une manière pour lui de me faire abandonner le rap. Mais là-bas aussi, j’ai continué. Et avec le groupe Siki Saka de Thiès, on a sorti un single. J’ai pu décrocher mon diplôme et de retour à Kaolack, mon groupe avait éclaté. Une fois à l’Université, j’ai formé le groupe «United University Connection» et on a eu à participer à une compétition où il fallait écrire sur le thème l’étudiant et la drogue. Il y avait une multitude de candidats, mais mon texte a été retenu et on m’a financé. C’est avec cet argent que j’ai produit un clip avec Yoro Ndiaye

Parlez-nous de votre album ‘’2main’’.

Il est composé de dix-huit titres. «2main», il faut comprendre par là deux mains pour symboliser l’union. Cependant le «U» dans union traduit le ‘’U’’ de l’Unité et le ‘’A’’ de l’Avenir justifie le A d’Afrique. Autrement dit, je prône l’unité Africaine. Il y a « Haine Trop» qui laisse apparaitre un sentiment que l’on ressent contre quelqu’un. Mais je me suis démarqué du lot de tous les artistes parce que je débute l’album non pas avec un intro comme on le voit, sur tous les albums mais avec une Haine-Trop. Cheval de Troie qui traite de l’immigration clandestine, 300 à l’heure qui est la philosophie du chiffre trois et du chemin vers le destin avec des artistes comme Xuman et Maestro –Roller. Il ya aussi le son « Lou xew-Lou nara xew, « Nafi Diok », « Xarou ou suicide », « Témoignages », « Le berceau des mots », « Yeddeu Dom », « Sénégal ; ce n’est égal », « Fokk ma deem », « Enfants de la rue », « Sœurs petites », « Cloche de luxe », « Outro : Hi-bess-how-haine », « Alerte », « Koti-Koti Yoli-Yoli ». En plus des trois titres, il y a trois clips inclus, plus le nom du VIP (le Docteur Dieng du Cesti).

Pourquoi avoir écrit un livre sur le rap ?

Je veux transformer le parler populaire en vers littéraire. J’ai constaté que dans le mouvement hip hop, chacun se contente d’aller en studio, décrypter les morceaux et les présenter au public. Moi je compte procéder autrement. C’est pourquoi, j’ai écris ce livre pour permettre aux gens de lire les textes de rap. Je vais reprendre la préface du professeur Omar Sankharé pour vous expliquer le contenu du livre. «Le recueil rappologique intitulé DEMAIN représente une œuvre de pionnier tant par l’originalité que par la beauté. A travers des poèmes dont les accents retentissent par l’éthique et l’esthétique. Ibson nous promène vers le littérap. Mais le poète qui écrit en langue française, manifeste une grande habitude à rédiger les chants en wolof. Et ce n’est pas tout car le créateur est également le critique qui dévoile la création. Le thème de la nuit, particulièrement présent dans cette poésie, hisse le recueil dans une intime communion avec Chants d’Ombre de Senghor». Le livre n’est pas encore sorti, j’attends la maison d’édition qui m’a donné rendez-vous dans les mois à venir.

Est-ce facile de concilier les études, le rap et l’écriture ?

Ce n’est pas du tout facile car parfois j’ai d’énormes difficultés pour allier les trois. Il y a les devoirs, les examens et les travaux qu’on nous confie à l’université. Je m’en sors bien car chaque année j’obtiens une mention. Mais ces temps-ci, je suis trop fatigué. Je vends les cd, je fais la promotion de l’album et ça risque de déteindre sur mes notes. Je crois en moi et je vais tout faire pour réussir.



Réalisé par Abdoul Aziz Bane
Source:Lesenegalais






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image