leral.net | S'informer en temps réel

« Ibrahima Sadikh Ndour », l’impertinent porteur de boue - Par René Pierre Yehoumé


Rédigé par leral.net le Lundi 5 Janvier 2015 à 09:53 | | 18 commentaire(s)|

René Pierre Yehoumé
René Pierre Yehoumé
J’ai lu avec consternation, dans les médias en ligne, une contribution affligeante de légèreté et de bassesse, d’un certain Ibrahima « Sadikh » Ndour, ou alors de celui qui se cache derrière ce nom, tentant de jeter l’ombre sur la dernière sortie de Monsieur Souleymane Jules Diop, concernant ses actions comme Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’Extérieur. Nous aurions pu nous taire, si certaines des affirmations de cet illustre inconnu n’appelaient pas de notre part, une mise au point immédiate, ferme, pour ne pas que l’opinion se laisse tromper par cet illusionniste. Cette démarche est symptomatique de la jalousie érigée en vertu, de l’envie haineuse qui charrie certaines pensées, alors que le ministre Souleymane Jules Diop méritait d’être félicité pour sa démarche originale.

Il n’est pas lieu de rappeler certains des propos de Monsieur Ndour, notamment concernant la qualité du texte. Il a dû lire une version de ce texte publiée sur facebook, altérée par le logiciel de traitement de texte de facebook. Souleymane Jules Diop n’a rien à prouver quant à sa maîtrise de la langue française et à sa maîtrise des outils de la communication. Il est, à n’en pas douter, un de ceux qui maîtrisent le mieux la langue française, sa syntaxe, et ne se fera certainement pas corriger par un homme qui, lui-même, a rédigé un texte plein d’incohérences et de fautes grammaticales. Quelle que soit la logique dans laquelle on veut s’inscrire en lisant le décret de répartition des services, Monsieur Diop a été nommé Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’Extérieur par le Président Macky Sall et à ce jour, malgré vos vociférations intempestives et votre déni de la réalité, il est le seul à occuper ce poste et à siéger au Conseil des ministres au titre de patron du secteur des Sénégalais de l’Extérieur.

Il se doit donc de rendre compte aux citoyens, à l’opinion, mais surtout aux Sénégalais de l’Extérieur, qui ont unanimement approuvé sa démarche comme étant novatrice et pleine de sens. Il a décidé, dès sa nomination par Monsieur le Président de la République, de s’inscrire dans une logique de reddition des comptes et rien ne le fera dévier de ce chemin, sans doute pas les baves lointaines de ceux qui lui en veulent pour délit de grande intelligence. Si certaines personnes sont prises de jalousie, et certains autres se faisant les caisses de résonnance de ceux qui commandent leurs plumes, qu’ils laissent leurs commanditaires se livrer à l’exercice, et nous verrons. Vous verrez qu’à tout point de vue, Souleymane Jules Diop vous dépasse en grandeur, en hauteur, en générosité et en ouverture. Nous qui travaillons avec lui découvrons chaque jour un homme loin des clichés qu’on tente de coller à sa face.

Nous savions que cette démarche susciterait des jalousies et ferait des jaloux, inéluctablement, notamment ceux qui voient le danger partout et voient en Souleymane Jules Diop une menace pour leur promotion personnelle. Notre ministre, le seul à porter ce titre avec Mankeur Ndiaye, a le courage de s’exposer, d’exposer ses idées, ses actions au jugement de l’opinion. Il n’a jamais prétendu que son texte est parfait. Il l’a rédigé en assurant que cela susciterait un débat, mais pas du genre nauséabond que cet illustre inconnu veut nous imposer.

Pour la bonne gouverne de ce monsieur qui veut se faire un nom sur le dos de Souleymane Jules Diop, nous disons que malheureusement, dans ce qu’il appelle le fond, il pêche par ignorance. Les deux fonds qu'il confond sont différents, les chiffres qu'il donne du FAISE datent de 2013. Les ambassades ont effectivement reçu cette année des fonds pour la prise en charge de cas sociaux. Ces fonds, tirés du Fonds d’assistance aux Sénégalais de l’Extérieur, n’ont rien à voir avec le Faise et ne sont pas remboursables. Quand aux financements du Faise, ils sont contenus dans le bilan 2014 du Faise, et les informations y contenues ne sauraient faire l’objet d’une discussion. Il est donc inacceptable que pour se prévaloir d’une lecture erronée du décret organisant le Ministère des Affaires étrangères et des sénégalais de l’Extérieur, des esprits malveillants tentent de semer le trouble parmi nous.

Pour savoir si Souleymane Jules Diop tient vraiment la barre, il faut ouvrir vos yeux et ne pas vous laisser aveugler par la haine qui vous habite et qui risque de vous perdre. Il y a quelques personnes qui se voyaient bien à son poste, mais c’est lui que le Président de la République a choisi et nul autre. Les compétences de Monsieur Diop ne sont plus à démontrer et s’il faut chercher des médiocres, ce n’est certainement pas de son côté qu’il faut aller. Pour finir, je veux dire à ce monsieur Ibrahima Ndour faux Sadikh de demander à ceux qui ont commandé sa sortie d’avoir plus de courage et d’assumer leurs positions au-devant de la scène. Mais ils ont bien peur, de cette peur qui prend tous les hommes lâches, comme il y en a malheureusement dans notre pays. Souleymane Jules Diop ne se cache pas, il avance ouvertement, se laisse découvrir et assume ouvertement ses positions sur toutes les questions.

Le président de la République l’apprécie pour son honnêteté, son courage intellectuel, lui qui a fait face au régime de Wade sans jamais se cacher ou raser les murs, comme faisaient ceux qui aujourd’hui ouvrent leurs gueules grandes. Contrairement à l’idée que l’on veut véhiculer, personne n’a mieux défendu le Président Macky Sall du temps de l’opposition que lui. Pendant son limogeage à l’Assemblée nationale, sur toutes les accusations, notamment de blanchiment d’argent, Souleymane Jules Diop a vaillamment défendu le Président Macky Sall, et répétait toujours que c’était par principe. Il était de tous les combats et tous les responsables Apr de la Diaspora peuvent témoigner qu’il nous a aidé dans l’implantation du Parti un peu partout, jusqu’à Londres où il m’a trouvé. Deux ans avant, il nous avait assuré en nous disant « notez-le », que Macky Sall serait président du Sénégal en 2012. Mme Mbacké, aujourd’hui vice-consul, était présente. Monsieur Demba Sow, de France, présent, et nous l’avons tous vu vanter les qualités de Macky Sall. Il l’a fait aussi partout aux Etats-Unis. François Gaye, alors patron des cadres, peut en témoigner.

On lui reproche de l’avoir critiqué, mais qui dans l’Apr, jusque dans sa direction, ne s’est pas fâché, n’a pas parlé un jour sous le coup de la colère ? Heureusement que le Président Sall, qui l’a trouvé à Franckfort, n’a pas oublié cette rencontre, puisque dans son émission d’après cette rencontre, Souleymane Jules Diop a fait une sortie prophétique, en disant qu’il ne faudrait pas être surpris, si Macky Sall devenait président de la République. Il a été l’un des rares à défendre l’actuel Président de la République, en disant qu’il fallait faire campagne et que Wade ne pouvait pas truquer les élections. C’est cet homme, qui devait être porté comme un héros, que certains cherchent à salir, ils ne le pourront pas. Il est un des rares nommés à se tourner vers les jeunes de l’Apr, pour leur proposer des emplois dans son cabinet. Il est le seul membre du Gouvernement à donner la moitié de son salaire en bourses d’études et à payer la scolarité à 13 jeunes. Qui l’a fait parmi tous ceux qui le regardent avec jalousie ? Nous avons la chance d’avoir un homme d’une si riche et grande expérience, nous n’allons pas le laisser piétiner.

Qu’ils viennent, ceux qui ouvrent grande leur gueule, que l’ont entre dans le vrai pays, que l’on rencontre les Sénégalais dignes et honnêtes, qui vont juger. Ce n’est pas pour rien que les articles qui concernent Souleymane Jules Diop sont toujours les plus commentés, au point que certains sites Internet en abusent. Mais qui pourra nous dire qui est ce monsieur Ibrahima Ndour et ceux qui se cachent derrière lui pour commanditer leurs sales besognes ? Encore une fois, Souleymane Jules Diop n’a fait que présenter des actions passées et celles à venir, programme, a-t-il pris le soin de dire, validé en Conseil des ministres, suivant la vision du Président de la République. Une démarche de partage, soumise à l’opinion, peut-elle être la preuve d’une démarche solitaire ? Il s’agit d’un non-sens. Franchement !

René Pierre Yehoumé
Membre de l’Apr
Responsable du Moder
Chef de Cabinet du Ministre
Souleymane Jules DIOP






Hebergeur d'image