leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Idy derrière Khalifa aux Législatives: Logique ou simple stratégie politique ?


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Juin 2017 à 17:10 | | 0 commentaire(s)|

Dans un contexte d’élections législatives assez mouvementé où les alliances se font et se défont, le président de Rewmi joue la carte de la discrétion.  Rangé derrière Khalifa Sall, dans la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, Idy observe, depuis, un silence assourdissant.
 
Pourquoi donc Idrissa Seck se fait discret depuis qu’il a décidé de s’allier avec le maire de Dakar ? Connu pour être un fin stratège, pour ne pas dire un futé calculateur, l’attitude de Ndamal Kadior intrigue.

L’ancien maire de Thiès dont un observateur averti de la chose politique disait qu’il a épuisé tout son crédit avec ses va-et-vient incessants au palais du temps de Wade, a-t-il sagement décidé de se faire remorquer par l’actuel maire de Dakar, à l’aura décuplée depuis son emprisonnement à Rebeuss ?
 
Résultat de recherche d'images pour "idrissa seck khalifa sall getty images"
 
 Idy est-il en train de préparer un nouveau coup de Trafalgar ? A-t-il simplement décidé de renvoyer, désormais, à l’opinion publique une image plus policée d’un homme politique devenu vertueux ? L’équation est à mille balles. Toujours est-il qu’en annonçant qu’il allait se ranger derrière le candidat de l’opposition le mieux placé à l’élection présidentielle de 2012, Idrissa Seck avait tenu parole en soutenant Macky Sall, même s’il est devenu dans la foulée, l’un des opposants les plus farouches de l’actuel chef de l’Etat.
 
En intégrant la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, Idy a-t-il sans doute estimé que Khalifa Sall est actuellement l’un des hommes politiques qui jouit le plus de crédit aux yeux de l’opinion parmi l’opposition.

Mais, le maire de Thiès tiendra-t-il cette posture de «second couteau» jusqu’au bout ? Au risque de sacrifier ces élections législatives derrière une coalition naissante, qui n’a pas encore commmencé à étendre ses tentacules dans le pays. Et surtout au rythme des nombreuses défections dans son parti, devenu un véritable vivier de l’APR ? Rien n’est moins sûr.
 
Elhadji O Ndiaye (Tactic.sn)