leral.net | S'informer en temps réel

Il était une fois, un Prince …

28 JUILLET, LE SENEGAL SE SOUVIENT : ANNIVERSAIRE DU RAPPEL A DIEU DE BOUNA ALBOURY NDIAYE DERNIER ROI DU DJOLOFF (28 Juillet 1952 - 28 Juillet 2009 ) & DE MANSOUR BOUNA NDIAYE ANCIEN DEPUTE – MAIRE DE LOUGA. (28 Juillet 2008 - 28 Juillet 2009)

Source : L’univers du Djoloff www.bouna.fr


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Juillet 2009 à 20:58 | | 5 commentaire(s)|

Il était une fois, un Prince …
« Ferêêêêy dane dieul ! Niaye alla gaynako » ! Un maître de l’histoire et de la parole déclame l’épopée du Djoloff, premier Empire du Sénégal ! L’Empereur est victorieux ! dit-il le maître. L’éléphant qui n’a pas besoin de berger ! chante-t-il dans le tourbillon de l’Histoire ! C’est l’hymne à la noblesse royale. C’est le chant des Princes. Et la légende la recueille….
Il était une fois, un Prince… Les Sages ont dit qu’il n’avait pas d’âge et il avait la sagesse de tous les âges. Il avait des yeux de fauve. Sa chevelure toujours en ordre avait l’image d’une crinière. Elancé comme un pharaon, son sourire naturel, ses dents d’une blancheur édénique et son regard de lion lui donnaient un hypnotisant charisme. La démarche chaloupée et seigneuriale de ce Prince était un magnifique spectacle. Son nom était simple et beau. C’est d’ailleurs le nom de ceux qui furent à la guerre et surent être partout. Il s’appelait Mansour, nom arabe qui signifie simplement Le Victorieux. Et comme les grands princes, il fut victorieux, ayant su affronter les ennemis souriants qui jalonnaient son royal humaniste dans une République dont il a toujours été fidèle aux grandes valeurs héritées de la Révolution.
Mais là-bas dans son royaume, la noblesse se signe. On l’appelait Mansour Ndiaye Bouna. Bouna, nom de son Illustre Père Bouna Madjiguène Bassine que chérissait aussi la Linguère Arame Mbodji Dieng une des épouses de Alboury. Bouna est le dernier Roi du Djolof, adoubé par la France dont il a obtenu la Légion d’Honneur et adulé par son peuple. Yeli Bira Yamb fut son nom authentique de Sabre. Mais Bouna est le nom musulman qu’il portait jusqu’à son élévation à la station mystique du Tawhid. Ce nom Bouna est mis en asyndète à celui de Mansour Ndiaye. Et l’épopée suit encore le chant des oiseaux bénis accrochés aux cordes des khalams qui psalmodient.
Mansour Ndiaye Bouna est à la fois le produit d’un Royaume et le produit d’une République. Il avait réuni en lui, dans une parfaite symbiose, les valeurs de sa lignée royale et les valeurs de la République. C’est ainsi qu’il fut, par la jointe des Vertus, un homme dont le cœur ne vibrait qu’au rythme d’un humanisme pur.
Il était Prince par la naissance, par l’action et par le génie. Homme de culture, homme de lettres, homme politique, homme de vertu très versé dans la mystique de la méditation divine, il donna , étant député du peuple, à l’année musulmane, sa dignité et institua la Loi Mansour Bouna qui fit du lendemain de la Tamkharite, fin d’année musulmane, un jour férié.
Ce Prince fut Maire élu avec panache et comme son Illustre Père, le Roi- Bâtisseur, il s’engageait dans des projets d’envergure pour faire de son terroir un lieu d’émergence. Historien doté d’une vaste culture, chercheur, gardien des valeurs, mécène, protecteur et promoteurs des monuments du Djoloff du haut desquels parle le génie de sa guerrière ascendance royale, il fut décoré et adulé parce qu’il avait finalement réuni toutes les conditions de l’autorité charismatique et traditionnelle : l’événement de l’avènement, l’acclamation de l’adoubement et la consécration de la légitimité. Et quand on évoque ce qu’il fit et ce qu’il fut, son nom résonne : Mansour Ndiaye Bouna Madjiguène Bassine Alboury Seynabou!
AL Fatiha + 41 Ikhlass
Tamsir Ndiaye Jupiter, Journaliste Chroniqueur
Source : L’univers du Djoloff www.bouna.fr




1.Posté par SEYNI MBAYE BASSOU le 28/07/2009 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qu'allah l'accueille dans son paradis eternel Hadj Mansour Ndiaye

2.Posté par Jolof le 28/07/2009 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Niouguilay Dioy té nopé gougnou , hana dila niaanal yalla rék , seu yakar bagne tass.

3.Posté par petitpresi le 28/07/2009 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'etait un homme d'une dimension incommensurable. Il a beaucoup oeuvre dans cette vie ici bas. Et au moment de quitter ce bas monde, il est parti avec decence comme un prince qui se retire d'un festin. Tonton Mansour, comme je l'appelais affectieusement, repose en Paix.

4.Posté par thiat le 29/07/2009 14:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Tamsir Ndiaye Jupiter de ce si beau témoignage que vous faites sur Mansour Bouna Ndiaye.
En temps djolof-djolof originaire de linguère je suis vraiment contente que la terre de linguère lui soit légère. Amen

5.Posté par Mor Aly le 31/07/2009 01:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tamsir, ceci een est un tres beau article a la gloire de Mansour , de Bouna et de toute la Famille Alboury Seynabou.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image