leral.net | S'informer en temps réel

Il la battait et la martyrisait jusqu’à sa fuite : Dix ans après, le sergent retrouve sa femme

Le sergent de l’armée de terre était caporal au moment où il liait amitié avec FT en 1990 à Sikasso, avant d’opter pour une relation sérieuse et officielle en mai 1995. Un mariage scellé à une époque de paix totale, dans un Mali démocratique. Révolue « la guerre des pauvres » pour ne pas parler de ce conflit armé entre le Mali et le Burkina Faso, encore révolue cette crise éclatée au nord du pays. Comment procéder par la suite, pour ne pas oublier ses techniques d’autodéfense apprises pendant la formation initiale militaire ?


Rédigé par leral.net le Dimanche 14 Novembre 2010 à 04:12 | | 6 commentaire(s)|

Il la battait et la martyrisait jusqu’à sa fuite : Dix ans après, le sergent retrouve sa femme
Jeune, fougueux et voulant coûte que coûte rester dans l’action, il choisit pour cible sa femme. Chaque jour, des coups de poing et de pied s’abattaient sur la bonne dame. En plus des coups, elle encaissait une tonne d’injures par jour. Les prétextes ne finissaient jamais : « tu dors trop pour être une femme de militaire », « tu es trop lente pour être une femme de militaire », « tu sors trop pour être une femme de militaire », « tu es trop idiote, illettrée pour être une femme de militaire » etc. En mars 2000, malgré la volonté manifeste de FT et en dépit de son amour ses deux enfants, notre Sergent chasse FT de son foyer. Les interventions des parents, encore moins celles des amis ne parvinrent à raisonner l’homme têtu. Faudra-t-il le traîner en justice ? C’est insensé, pourquoi compliquer davantage sa vie ? Elle part à Kita chez un frère. Des mois ont passé. En 2001, FT est demandée en mariage par un Sous-préfet du Cercle de Kita. Un polygame à deux conjointes. Une enseignante et une vendeuse au marché. Le Sous-préfet accomplit les formalités d’usage et FT déménage chez lui. Prête à obéir et à se laisser diriger, elle se mit à entretenir les enfants, à préparer pour la famille. Désormais, ses coépouses vaquèrent à leurs occupations. En 2002, sa première maternité chez le Sous Préfet se passa dans une parfaite cohésion. Toutes ses charges financières étaient supportées par les coépouses séduites par la gentillesse de cette femme réaliste et soumise. En 2005, la seconde maternité de FT coïncida avec l’abandon du foyer familial de la nouvelle maitresse du Sergent. En 2007, l’individu violent et querelleur contracta un troisième mariage qui prit fin en 2008.

En 2010, notre Sergent abattu, découragé part à la reconquête de l’amour de FT. Ce samedi, il la retrouve entrain de balayer la cour. Au vu de celui qui l’a battu durant 5 ans nuit et jour, elle court se blottir derrière le Sous-préfet. Alors, débutèrent des explications.


« FT, n’aie pas peur, je ne te battrai pas, je suis venu te demander de rentrer seulement à la maison.
-De quelle maison parles-tu ? demande le Sous Préfet. « Cette femme est mon épouse devant la loi. Seul le mariage civil a une valeur juridique. FT, est ce vrai ce qu’il dit ?
-Oui, mais il m’avait chassé de chez lui et tout était fini entre nous.
-Pouvons-nous trouver quelque arrangement ? demanda le Sous Préfet

Vous êtes un homme de droit, rétorqua le Sergent, je demande pardon et je prie ma femme de revenir à la maison car elle est la femme qu’il me faut sur cette terre.

La sagesse guida notre Sous-préfet qui accepta que FT regagne son premier mari. Le Dimanche toute la famille du Sous-préfet accompagna FT à la gare et assista à son retour. En se serrant les mains pour la dernière fois, le Sous Préfet et FT fondirent en larmes.

Comme quoi, une femme exemplaire, soumise, brave et à conscience large peut toujours sauver un belliqueux, du désespoir et de la violence.

Mamadou Sangaré
REWMI.COM



1.Posté par PAPE le 14/11/2010 05:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Waw on dirait k c une conte.

2.Posté par maty le 14/11/2010 07:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

leal boul lene nou fonto c'est quoi cet article a balles !!!!!

3.Posté par Gégé le 14/11/2010 12:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce journaliste raconte sa vie, il a du réver et voulez nous le raconter .... pffff!

4.Posté par tess le 14/11/2010 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une telle histoire peut se passer seulement au mali.

5.Posté par Awo Bourou Keureum le 15/11/2010 08:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tièy Yalla ! réé ba tass - Mamadou SANGARE daal moy Vieux Père Ndiaye fi thi Sénégal. Yalla nalène yalla may fane bou goude, weer gou yaram ak khaliss bou bari.
té niou yague fii diniou rétaane lo ba souniou yaram di metti. AMINE

6.Posté par Etranger le 15/11/2010 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est vraiment trop con ce tess.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image