leral.net | S'informer en temps réel

Il y a 79 ans, le 11 mai 1934, disparaissait Blaise Diagne

Premier député noir d’Afrique élu à la Chambre des députés française. Né le 13 octobre 1872 à Gorée d’un père lébou, Niokhor Diagne et d’une mère mandjaque, Gnagna Anthony Preira, Blaise Diagne, à l’état civil Galaye Mbaye Diagne, a très tôt appris à lire et à écrire tout en bénéficiant d’une solide éducation qui lui a permis de connaitre une forte ascension dans le monde des intellectuels.


Rédigé par leral.net le Samedi 11 Mai 2013 à 12:53 | | 1 commentaire(s)|

Il y a 79 ans, le 11 mai 1934, disparaissait Blaise Diagne
Faisant son chemin, Blaise Diagne a très vite gravi les échelons au point d’attirer l’attention des plus hautes autorités de la France coloniale. Le jeune Blaise n’a pas connu de retard, tant il était intelligent et travailleur. D’ailleurs, il a figuré au palmarès de la distribution des prix de l’école laïque de Saint-Louis en août 1884. Entre autres raisons pour disposer d’une bourse du gouvernement français. Une occasion pour aller poursuivre ses études en France, plus précisément à Aix-en-Provence. Malade, Blaise revient à Saint-Louis pour suivre les cours de l’école secondaire Duval où il sera major de sa promotion en 1890. Premier noir élu à la Chambre des députés d’une France impérialiste, il est également le premier noir sous-secrétaire d’Etat aux Colonies. Il a également joué un rôle important en faveur des droits des noirs engagés dans les troupes coloniales. En septembre 1899 à Saint-Denis, Diagne est devenu franc-maçon. Il est le premier Africain à siéger, dès 1922, au Conseil de l’Ordre du Grand Orient de France et donc de fait un des hommes les plus influents de la franc-maçonnerie française. Il bénéficie de ce parrainage jusqu’à sa mort en 1934 tout en étant largement soutenu par les milieux parlementaires auxquels il renvoie, par effet de miroir, l’image du parfait assimilé. Il apparaît clair que le Sénégal a le droit de revisiter et le parcours de personnalités de la trempe de Blaise Diagne, mais aussi de Galandou Diouf, Birago Diop, du Professeur Assane Seck. Lamine Coura Guèye, Cheikh Anta Diop, Majmouth Diop, Alioune Diop et tant d’autres… En ce 11 mai 2013, le Sénégal se souvient du grand homme qu'a été Blaise Diagne.



1.Posté par Alkarim Gueye le 11/05/2013 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

YA QUELQUE CHOSE D'EXTRAORDINAIRE DANS CE PAYS, ON A TELLEMENT PERDU NOS REPAIRES QU'ON EN EST REDUIT A VOULOIR CELEBRER UN HOMME COMME BLAISE DIAGNE UN DES PREMIER PILLIER DE LA COLONISATION DE NOTRE PAYS, UN HOMME QUI PLUS FQIT POUR LA FRANCE QUE POUR SON PAYS. ON A RIEN A CELEBRER POUR CE VENU, COMBLE DE L'IGNOMINIE, IL PORTE LE NOM DE AEROPORT EN CONSTRUCTION.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image