Leral.net | S'informer en temps réel



Îles Senkaku : la Chine durcit le ton face au Japon

le 19 Septembre 2012 à 11:00 | Lu 446 fois

Pékin a dépêché onze navires gouvernementaux dans la zone sensible. Par ailleurs, un millier de bateaux de pêche chinois seraient en route pour les îles Senkaku-Diaoyu.


Îles Senkaku : la Chine durcit le ton face au Japon
La chine se réserve le droit d'entreprendre des «actions supplémentaires» dans le différend qui l'oppose au Japon en mer de Chine orientale. C'est le ministre chinois de la Défense qui a lancé l'avertissement mardi, exhortant Tokyo à «revenir sur ses erreurs» et se disant espérer toujours «une solution pacifique» au conflit. Le général Liang Guanglie a fait ces déclarations après une rencontre avec le secrétaire américain à la Défense, Leon P anetta, qui a appelé les deux parties au «calme et à la retenue». Les garde-côtes japonais ont affirmé hier que Pékin avait dépêché 11 navires gouvernementaux dans la zone sensible: 10 bâtiments de surveillance de l'Administration océanique d'État (SOA) et un du service de contrôle des pêches. Deux d'entre eux seraient entrés dans ce que les Japonais considèrent comme leurs eaux territoriales.

Leon Panetta en visite à Tokyo, mercredi
Par ailleurs, un millier de bateaux de pêche chinois seraient en route pour les îles contestées, appelées Senkaku par les Japonais et Diaoyu par les Chinois. Le patron du Pentagone, qui arrive de Tokyo, devrait normalement rencontrer le vice-président Xi Jinping mercredi. Mardi, la presse chinoise s'insurgeait contre la décision américaine d'étendre son bouclier antimissile en Asie, en installant un nouveau radar d'alerte avancée dans le sud du Japon.

En ce jour anniversaire de «l'incident de Moukden», qui en 1931 a servi de prétexte à l'invasion de la Mandchourie par les Japonais, les manifestations ont repris mardi en Chine. Des milliers de personnes hurlant des slogans nationalistes ont défilé devant l'ambassade du Japon à Pékin, avec en tête du cortège des portraits de Mao. Le gouvernement japonais a «pressé la Chine d'assurer la sécurité» de ses ressortissants, soulignant que «les entreprises japonaises jouent un rôle important dans l'économie et l'emploi chinois». En attendant, un voyage de 175 dirigeants d'entreprise nippons emmenés par le patron de Toyota pourrait être annulé. Une rencontre avec le premier ministre, Wen Jiabao, était au programme. L'équipe chinoise de badminton, elle, s'est retirée de l'Open du ­Japon.




Par Arnaud de La Grange