Illégalité de la Crei, dépénalisation de l’homosexualité, procès Habré: Sidiki Kaba se défend

Rédigé le Vendredi 6 Septembre 2013 à 19:33 | Lu 1106 fois | 4 commentaire(s)

Sa nomination au ministère de la Justice a été fortement décriée par une partie de l’opinion, pour avoir défendu la dépénalisation de l’homosexualité, déclaré illégale la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), et été conseiller de la partie civile dans la procédure initiée par l’Etat contre l’ex-Président tchadien, Hissène Habré. En marge de sa passation de service avec l’ex-Garde des Sceaux, devenue Premier ministre, Me Sidiki Kaba, sans renier ses positions, s’est plié à la politique définie par le chef de l’Etat.



Illégalité de la Crei, dépénalisation de l’homosexualité, procès Habré: Sidiki Kaba se défend
Vos premiers mots Me Sikibi Kaba, ministre de la Justice ?

Je voudrais remercier le président de la République, madame le Premier ministre, de m’avoir fait l’honneur de servir mon pays en tant que Garde des Sceaux, ministre de la Justice. Et je voudrais m’y consacrer en ne ménageant aucun effort pour contribuer au renforcement de la justice, son indépendance, en continuant à faire de sorte qu’il ait renforcement de l’Etat de droit, reposant sur le socle de l’indépendance de la justice. Mais aussi respectueux des droits et libertés des justiciables et des citoyens sénégalais.

Vous nomination au ministère de la Justice a été fortement controversée…

Vous parlez de l’avocat militant des droits de l’homme ou du ministre de la Justice. L’homme des droits de l’homme a son parcours qui est connu de tous, et qui a assumé, pendant les trente-cinq (35) années de ce combat au Sénégal, en Afrique, à travers le monde, la défense de la liberté des femmes, des hommes, des handicapés, des faibles contre les puissants. Maintenant quand vous parlez du ministre de la Justice qui vient de commencer à compter de ce jour, il s’imprègne des dossiers qui lui sont affectés. Mais, d’ores et déjà, ce que je voudrais dire, c’est que je veillerai à ce que la justice s’exerce dans l’intérêt supérieur de l’Etat du Sénégal, mais en veillant à ce que cette justice soit au service des justiciables dont les droits seront garantis, les libertés assumées dans une société démocratique, un Etat de droit, qui va fonctionner sur les principes d’égalité, d’impartialité, de non-discrimination, de non- exclusion et d’équité.

Vous aviez dénoncé la légalité de la Crei. Quelle est votre position actuelle ?

Il y a eu un processus qui est en cours. Ce processus va aller jusqu’à son terme. Et si vous voulez savoir si je suis juge, eh bien, je dirais que je ne serai pas juge. Je ne rédigerai pas avec mes mains les décisions de justice. Quand je parle de l’indépendance de la justice qu’il faut renforcer, ce n’est pas moi le juge. Ce n’est pas aussi ce qui est se dit dans la rue qui lie le juge. Ce sera au juge d’apprécier si cette Cour doit fonctionner sur la base de la loi. Et qui va dire, quels sont les droits de ceux qui sont déférés devant cette Cour, et c’est cela l’Etat de droit.

Quelle est votre position actuelle sur la dépénalisation de l’homosexualité ?

Mon point de vue, j’ai exprimé celui de mon organisation (Ndlr : Fédération internationale des droits de l’homme (Fidh)). Je suis un ministre de la République qui exerce dans le cadre d’un gouvernement et qui exprime ses positions à travers celles du Chef de l’Etat, et qui s’imposent, donc, à l’ensemble de ceux qui servent sous sa direction.

Les avocats de Habré sont inquiétés de votre nomination à la tête de ce ministère de la Justice en remplacement de Mme Aminata Touré. Que leur dites-vous ?

Dites leur qu’ils se rassurent. Je pense que le Sénégal a une occasion historique de rendre une justice exemplaire et qui sera un procès historique. Parce que ce procès démontera sans doute que l’Afrique a la capacité de juger ses bourreaux sur son propre continent. Je pense que ça était un choix fondamental de juger Habré ici (Ndlr : au Sénégal) et non en Belgique.

Le Populaire



1.Posté par Ate le 06/09/2013 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est évident que les avocats de Habre ont des soucis à se faire avec un Garde des Sceaux qui traite un présumé innocent de "bourreau".

2.Posté par lecture le 07/09/2013 03:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

«MARY TEUW NIANE MENE LE PRESIDENT DROIT AU MUR»
SEYDI ABABACAR NDIAYE, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SAES

Oumar KANDE  |   Publication 23/08/2013
http://seneplus.com/article/«mary-teuw-niane-mene-le-president-droit-au-mur »

« Seydi Ababacar Ndiaye, continuant son interpellation, demande quelle suite sera donnée à l’audit des universités où il a été noté une mauvaise gestion généralisée, «y compris la gestion du ministre actuel quand il était recteur de l’Ugb».
«Est-ce qu’on peut continuer à faire confiance à des dirigeants qui ont été épinglés par différents rapports ? IL Y A AUSSI UN AUTRE DOCUMENT COMMANDITÉ PAR L’ACTUEL RECTEUR DE L’UGB AU NIVEAU DE LA DÉLÉGATION POUR LA RÉFORME DE L’ETAT ET DE L’ASSISTANAT TECHNIQUE (DREAT), QUI ÉPINGLE LE MÊME MINISTRE.
Ce document à montré que l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, quand il était recteur à l’Ugb, son jeu favori c’était de créer des postes de responsabilité, de direction. Il en avait créé dix-neuf dans une petite université comme l’Ugb et il y avait des conséquences sur la masse salariale car tous ces directeurs avaient l’équivalent d’un million d’indemnité.
Ces manquements devraient édifier qu’il faut faire les bonnes enquêtes et prendre les individus qu’il faut pour les missions importantes. Quelqu’un qui dirige une simple université et qui a ces types de comportement, on lui confie le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il y a lieu de se poser des questions», a dit Seydi Ababacar Ndiaye.  »

LE RAPPORT D’AUDIT QUI MET À NU LA GESTION DE MARY TEUW NIANE - Lundi 22 Juillet 2013 -
(rapport commandité conjointement par les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Économie et des Finances, sur financement de la Banque mondiale)
http://www.popxibaar.com/UNIVERSITE-GASTON-BERGER-DE-SAINT-LOUIS-Le-rapport-d-audit-qui-met-a-nu-la-gestion-de-Mary-Teuw-Niane_a16505.html

3.Posté par Politicien sénégalais le 07/09/2013 13:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ate lek nga sama lanthie !
Vous avez parfaitement raison et c'est triste, parce que ce ministre à déjà rendu le verdict d'avant procès . Pauvre Habré

4.Posté par wakh deug le 08/09/2013 15:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis d'avis que l'on tente de protéger certains leaders qui ont accepté de rendre gorge! Un voleur, même s'il restitue tout ce qu'il a volé, doit être jugé et condamné! Protéger un voleur, c'est être son complice! La médiation pénale pour les grands bandits de la République avec une proposition de restituer les 80% de ce qu'ils ont détournés, revient à encourager la délinquance républicaine au haut sommet de l'Etat! Si je veux détourner 20 milliards, je vais donc détourner 100 milliards et avec la médiation pénale qui sera jurisprudence, je rembourserai les 80 milliards et garder les 20 milliards! Ceci est un crime économique odieux, monstrueux! Le peuple a élu Macky Sall pour, entre autres, que justice soit faite et que les deniers publics volés soient restitués et que les coupables soit traduits devant la justice! Si le Président de la République valide cette médiation pénale, le PEUPLE du 23 Juin SOUVERAIN se soulèvera pour montrer son mécontentement!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site



TELEVISIONS & RADIO SENEGAL