leral.net | S'informer en temps réel

Inauguration d’un centre de dépistage des cancers à Tambacounda

Le gouverneur de la région de Tambacounda a inauguré officiellement, jeudi un centre de dépistage des cancers, réalisé par l’association "Prévenir", dirigée par le docteur Abdoul Aziz Kassé, cancérologue à l’Institut du cancer de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), a constaté l’APS.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Juin 2012 à 17:37 | | 1 commentaire(s)|

Inauguration d’un centre de dépistage des cancers à Tambacounda
Situé dans le quartier Abattoirs de la capitale régionale, le centre, d’un coût d’environ 35 millions selon le docteur Abdoul Aziz Kassé, est équipée notamment d’une mammographie pour la radiographie des seins, appareil dont on ne disposait pas jusqu’ici à l’hôpital régional de Tambacounda et d’une colposcopie destinée au dépistage du col de l’utérus.

Le matériel compte aussi un appareil de cryothérapie, qui permet de traiter les lésions primaires détectées sur le col utérin. Le centre attend un appareil d’échographie qui a été promis par un partenaire, a dit le docteur Kassé.

La structure est composée d’une salle de mammographie, d’une chambre noire où sont développés les clichés des examens de seins, d’une salle de colposcopie, d’une salle d’échographie et de consultations ordinaires ainsi que d’une salle d’attente.

Le centre, placé sous la responsabilité du gynécologue Toura sylla, de l’hôpital régional de Tambacounda, devrait permettre de dépister sur place, et de traiter ces deux types de cancers à l’état primaire. Des lésions qui si elles ne sont pas dépistées à temps peuvent entraîner un cancer dans 10 ans.

‘’Ce centre de dépistage constitue un besoin dans la région (…), confrontée à un problème de référence’’, a indiqué le médecin-chef du district sanitaire de Tambacounda, le docteur Amadou Mbaye Diouf, notant que les gens sont ‘’obligés de se rendre à Dakar (463 km), pour faire un diagnostic’’. Il a insisté sur la nécessité de sensibiliser les populations à l’importance du dépistage primaire.

La méthode du ‘’Screen and Treat’’ (détecter et traiter, en anglais) qu’il va adopter, en lieu et place du frottis, plus coûteux, permet de faire des inspections visuelles, et de traiter les patientes sur place, selon le Docteur Kassé, par ailleurs président de la Ligue sénégalaise anti-tabac (LISTAB), regroupant 15 associations.

Pour ce qui est des nodules détectés sur les seins, les résultats seront envoyés à Dakar, pour être disponibles dans un délai de 21 jours, a indiqué le responsable du centre.

Soulignant l’importance de la prévention en matière de cancer, le cancérologue a relevé que 75% des femmes atteintes par le cancer au Sénégal se présentent aux structures de santé ‘’à un stade où on ne peut plus rien faire’’.

‘’Cette approche me rassure parce que des enfants de la région ont essayé de trouver des solutions locales’’, a dit le gouverneur Gabriel Ndiaye qui a aussi salué la ‘’synergie’’ que l’association Prévenir a développée avec les autorités administratives et sanitaires locales.

Il appartient aux acteurs de la santé de conserver cet ‘’outil précieux’’ et de le pérenniser, a indiqué M. Ndiaye lors de la cérémonie organisée dans un hôtel de la place. Il leur a suggéré de lancer un programme régional de lutte contre le cancer du col et le cancer en général. ‘’Votre action est une leçon pour le Sénégal’’, a-t-il lancé à l’endroit du docteur Kassé, initiateur du centre.

‘’Tambacounda est une zone enclavée, de par sa distance par rapport à la capitale’’, a fait remarquer le docteur Kassé, en marge de la cérémonie, estimant qu’à travers cette méthode de prévention, ‘’on obtient de meilleurs résultats’’, concernant le cancer du col de l’utérus.

Le docteur Abdoul Aziz Kassé a indiqué que le personnel du centre qui sera appuyé dans un premier temps par des agents de son association, et les autorités sanitaires va discuter de la tarification des prestations, notant que son souhait est qu’on arrête un ‘’coût social’’, afin de rendre accessible le service qui se veut public.

A ce titre, son intérêt ne se vérifiera que si la fréquentation est importante, a-t-il dit, même s’il reconnaît la nécessité d'assurer le renouvellement des consommables et la motivation du personnel.

‘’Maintenant, la balle est dans votre camp, le centre est le votre, ce n’est plus le notre’’, a-t-il dit à l’endroit des acteurs de la santé, invitant les autorités administratives, sanitaires et les acteurs économiques à soutenir cette structure pour qu’elle soit pérenne.

Le centre se veut aussi un lieu de formation où seront envoyées des sages-femmes, afin de bénéficier d’un transfert de compétences.



SOURCE:Aps
ADI/ASG



1.Posté par mbengue le 22/06/2012 05:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce gars qui tjrs de cancer comme deum; Les gens n'ont pâs ce qu'il demande comme argent . Et lui il parle de cancer pour vivre de son art parceque c'est ce qu'il a appris c'est en fait du marlketing professionnel

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image