leral.net | S'informer en temps réel

Incendie au Daaka de Médina Gounass: Témoignages poignants des rescapés et blessés


Rédigé par leral.net le Jeudi 13 Avril 2017 à 13:56 | | 0 commentaire(s)|

La 76e édition du Daaka de Médina Gounass (retraite spirituelle) a tourné à la tragédie hier, causé par un violent incendie. Selon un bilan officiel, "20 morts et une cinquantaine de blessés sont provisoirement dénombrés".
Sur l'origine du drame, certains avancent que "l'explosion d'une bonbonne de gaz d'un vendeur de café Touba", d'autres indexent catégorique un jeune fumeur de cigarettes. Ce dernier aurait été pris en tain de griller un clope dans un endroit où cela est formellement interdi . Dans le feu de l'action, il a pris " la poudre d'escampette pour éviter d'être lynché tout en jetant la cigarette sur l'herbe sèche, d'où l'incendie qui a suivi".

En tous les cas, la situation est dramatique. Les rescapés tout comme les blessés admis aux urgences de l'hôpital régional de Tambacounda, ont du mal à l'expliquer.

"Le feu a tout brûlé tout sur son passage. Seules les tentes modernes réservées aux marabouts ont été relativement épargnées par les flammes. 22 corps calcinés ont été dénombrés, plus de 100 pèlerins sont portés disparus et 75 à 80% du site sont complément ravagés par les flammes. Provisoirement, le préjudice matériel est estimé à plus d'un milliard de nos francs", témoigne Aziz Thierno Belly Bâ. Ce même chiffre de 22 corps calcinés aurait été confirmé par une source de la gendarmerie qui dit également avoir dénombré 79 blessés, dont, certains dans un état critique.

"C'est dans la partie sud-ouest du site que le feu s'est déclaré, plus précisément du côté de la place réservée au marché. A la faveur de la forte canicule et de l'action du vent, les flammes se sont vite propagées. Changeant constamment de direction, le feu a vite atteint la centaine d'habitats de fortune (faites de paille sèche) érigés pour la circonstance.

Du coup, soulignent les milliers de pèlerins qui, pour la plupart, s'étaient retranchés dans ces abris où ils lisaient le Coran, ils ont été pris de court par la violence de l'incendie sur le site enveloppé par une immense nuage de fumée asphyxiante et noirâtre. Ce fut alors sauve-qui-peut
", ajoute-il .

A l'hôpital de Tambacounda, c'était l'émoi et la consternation. Des proches des victimes inconsolables, se jettent par terre ou tombent en transes.

"J'ai du mal à vous expliquer ce qui s'est passé. Je souffre énormément. Il est difficile de se remémorer le film des événements. Tout ce que je peux dire, est que des pèlerins qui se trouvaient à mes côtés, ont été tués par les flammes. Ils ont été calcinés tout simplement. D'autres sont grièvement blessés, ils sont comme moi", révèle Assane Hamlady Bâ, un ressortissant mauritanien.

"Je n'ai jamais vu un incendie d'une telle violence. Les choses se sont passées tellement vite qu'il est impossible de se remémorer tout. Je souffre de plusieurs brûlures. Je l'ai échappé belle, c'est à la limite un miracle. Nous prions Allah qu' Il nous sorte de cette situation. C'est regrettable qu'un tel drame se produise au Daaka", ajoute pour sa part, Mady Kassé, originaire de Gourel Hamad.

L'Observateur









Hebergeur d'image


Hebergeur d'image