leral.net | S'informer en temps réel

Incroyable : Des faussaires installent un centre d'état civil, un commissariat et un Palais de justice à domicile

C'est Libération qui donne l'info. La police de Grand Dakar a éventé une rocambolesque affaire mettant en cause des faussaires hors normes dont un brigadier chef de la police à la retraite. Ce dernier a volé les cachets de tous les services où il est passé.


Rédigé par leral.net le Samedi 31 Octobre 2015 à 11:23 | | 4 commentaire(s)|

Le 28 octobre 2015, les éléments du poste de police de Grand Dakar ont été requis par le maire de la localité. En effet, une dame s'est présentée au centre d'état civil avec un faux extrait de naissance pour se faire délivrer une nouvelle. Sur place, les policiers ont interpellé la dame, Maman Alimatou Kamara, enseignante, qui détenait un faux extrait de naissance de son fils, M. Al. Coly, portant la signature et le sceau de l'officier d'état civil. Interrogée sur la provenance dudit document, elle a déclaré l'avoir acquis auprès de son oncle, Kaoussou Sonko. En effet, elle a dit qu'elle souhaitait obtenir un jugement pour son fils. C'est alors qu'elle s'en est ouverte à son oncle qui lui a remis, quelques jours plus tard, ledit document.

Interpellé, le sieur Kaoussou Sonko, brigadier chef de la police à la retraite, a reconnu les faits. Après la visite de sa nièce, il s'est tourné, selon journal, vers le nommé Mor Talla Faye, ex-agent de la mairie de Dakar. D'après lui, il croyait que ce dernier allait suivre la procédure normale pour établir un jugement. En sa compagnie et sur ses indications, les limiers se sont rendus à Pikine où les nommés Souleymane Fall et Mor Talla Faye ont été interpellés.

Dans leur chambre, il a été trouvé tout un arsenal de matériel, que du faux. 27 sceaux de centres d'état civil (Bonconto, Niomré, Touba mosquée, Matam, Yeumbeul Nord, Podor, Tambacounda, Vélingara, Kounkané, Sédhiou, Gamadji Saré, Centre principal de Dakar, Kaolack, Ziguinchor...), un cachet de matérialisation de signature, un cachet de légalisation de documents, un cachet de la direction générale de la Sûreté nationale, 17 cachets nominatifs, 17 livrets de famille, 20 certificats de mariage constatés vierges, 16 bulletins de décès vierges, 75 extraits de naissance remplis portant des cachets de différents états civils, 23 copies de cartes nationales d'identité, 47 extraits de naissance vierges, 01 jugement annulant un acte de naissance délivré par le tribunal départemental de Mbacké portant signature et le sceau du juge Mouhammadou Moustapha Sarr, 29 certificats de célibat vierges, 04 certificats de vie individuel vierges, 35 certificats de vie collective, 07 encriers, 03 dateuses et une centaine de documents d'actes d'état civil de divers catégories...

Interrogés, ils ont reconnu sans ambages être des faussaires spécialistes dans la confection d'actes d'état civil de tous genres. Ils ont aussi reconnu avoir confectionné le faux extrait de naissance que détenait la dame Kamara ainsi que d'autres en utilisant les sceaux des différents officiers d'état civil trouvés sur les lieux. Ils ont également avoué qu'ils délivraient de faux jugements du tribunal en imitant les signatures des juges. En somme, ils avaient installé chez eux à la fois un centre d'état civil, un commissariat de police et un Palais de justice... Ils ont toutefois tenu à préciser que c'est le sieur Sonko qui se chargeait de la légalisation des faux documents et c'est, d'ailleurs, lui qui a amené les cachets de police qu'il a volés dans les différents services qu'il a eu à fréquenter lorsqu'il était en fonction.

Au terme de leur garde à vue, nos confrères renseignent qu'ils ont tous été déférés au parquet pour association de malfaiteurs, faux, usage de faux sur un document administratif, faux en écritures publiques authentiques, contrefaçon du sceau de l'Etat.






Hebergeur d'image