Injures publiques, menaces de mort, voies de fait : Un entrepreneur envoie son cousin qui le menaçait avec un couteau, en prison


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Juillet 2017 à 09:54 | | 0 commentaire(s)|


Cette affaire aurait pu se régler en famille, mais puisqu’il y a des menaces de mort avec une arme blanche, H. Wone n’a pas voulu prendre de risques. Entrepreneur de son état, ce dernier s’est fait attaquer par son cousin ivre, qui lui réclamait de l’argent pour l’achat d’une cigarette.

Il faut dire qu’il est difficile de vivre avec un alcoolique ou d’avoir un parent drogué. Et cela, l’entrepreneur H. Wone ne le dément pas, lui qui a été attaqué gratuitement par un de ses cousins. Son seul tort aura été d’avoir tardivement répondu aux sollicitations de son cousin, qui lui réclamait de l’argent pour acheter de la cigarette. Et pour peu, le pire se serait produit, puisque ce dernier qui était armé d’un couteau, s’était attaqué à lui.

Dans sa plainte pour menaces de mort, injures publiques, violence et voies de fait, déposée à la police de Dieuppeul, l’entrepreneur a indiqué que le 11 juillet dernier, il revenait d’une course à la cité des Eaux, lorsque l’idée de faire un crochet à la maison familiale sise à Castors, lui a traversé l’esprit. Une fois sur place, il dit s’être installé dans un coin pour égrener son chapelet, après les salutations d’usage.

Et c’est là que son cousin, A.B. Wone, qui titubait à cause de son état d’ivresse, l’a retrouvé pour lui tapoter l’épaule en lui demandant de lui acheter une cigarette. Et puisque ce dernier avait fait la sourde oreille dans un premier temps, ce dernier a insisté. Et malgré l’intervention des occupants de la maison, l’ivrogne a campé sur sa position. Et l’insulte à la bouche, il a créé un boucan indescriptible dans la maison.

Mais ce qui a le plus irrité le plaignant, c’est lorsque son cousin a osé l’insulter de mère. Automatiquement, les nerfs ont commencé à se tendre. Et comme pour montrer que personne ne pouvait rien contre lui, indique l’entrepreneur, son vis-à-vis est allé s’armer d’un couteau.

Ce, après quoi, il s’est rué sur le plaignant. Il faut dire que n’eut été l’intervention des membres de la famille, le pire se serait produit. Pourtant, souligne l’entrepreneur, malgré le ton irrespectueux du mis en cause, il avait sorti 100 francs cfa pour les lui donner.

Finalement interpellé, A.B Wone n’a pas cherché à nier l’évidence. Mais malgré tout, il a essayé de tirer la couverture sur lui en voulant faire croire que c’est son cousin qui a ouvert les hostilité,s en chassant son fils du repas. Il a par contre nié systématiquement qu’il détenait un couteau au moment des faits. Ce qui ne l’a pas empêché d’être déféré au parquet.


Voxpopuli