Leral.net | S'informer en temps réel



Inondations : les Russes cherchent des responsables

le 10 Juillet 2012 à 10:37 | Lu 711 fois

Les autorités de la région de Krasnodar sont accusées de ne pas avoir anticipé la catastrophe. Une enquête pénale est ouverte.


Inondations : les Russes cherchent des responsables
La journée de deuil observée lundi en Russie après les inondations dans le sud-ouest du pays (171 morts) n'a pas éteint la polémique. Est-ce la colère imprévisible du ciel ou «l'irresponsabilité» des autorités locales qui ont conduit à un tel bilan? «Des erreurs ont été commises», a tranché lundi le ministre des Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov. Une enquête pénale a été ouverte pour «homicide par imprudence».

Riche région agricole, Krasnodar traîne une sulfureuse réputation. Le réservoir d'eau, situé en amont de la ville martyre de Krymsk et dont la population cible la responsabilité dans l'inondation, est géré, via plusieurs sociétés offshore chypriotes, par deux hauts fonctionnaires fédéraux. Le premier, Stanislav Svetlitski, a été ministre adjoint de l'énergie. Le second, Anatoli Ballo, est le chef adjoint de la banque d'État VEB qui subventionnait largement cette compagnie hydraulique. Les deux hommes sont poursuivis depuis peu pour escroquerie.

«Intouchable»
Pour sa part, le gouverneur de Krasnodar, Alexandre Tkatchev, est connu pour son goût des affaires. Il est propriétaire de vastes terres agricoles. Selon Vedomosti, sa fille aînée est mariée à un député local de Russie unie - le parti présidé par Medvedev - qui gère aussi bien les fonds agraires qu'une compagnie gazière régionale. À 22 ans, sa nièce Anastasia, étudiante et fille d'un député de Russie unie, possède des intérêts dans la fabrication de tuyaux, l'immobilier et l'élevage de volaille. Sa femme, Olga, fait partie du Top 10 des femmes de gouverneurs les plus riches de Russie.

Aujourd'hui, Alexandre Tkatchev est mis en cause par des parlementaires d'opposition. Ses services n'ont pas été en mesure d'alerter la population, alors que les premiers bulletins météo étaient antérieurs de plusieurs heures à la crue. «Semblable à un tremblement de terre, cette catastrophe était impossible à prévoir», s'est défendu dimanche l'intéressé, avant de limoger le chef du district, coupable, selon lui, d'imprévoyance. «Quant au gouverneur, dans la mesure où à chaque élection, il apporte un large stock de voix à Russie unie, il est intouchable», regrette le député communiste Vadim Soloviev.

Un tel ordre ne pourrait émaner que de Vladimir Poutine. Pour sa première tragédie nationale depuis son retour au Kremlin, le chef de l'État apparaît à la télévision en secouriste suprême. En tant qu'architecte de la verticale du pouvoir, ses détracteurs le considèrent comme corresponsable.


Par Pierre Avril