Leral.net | S'informer en temps réel



Insécurité en Casamance : Le Sénégal et la Guinée-Bissau veulent sécuriser leur frontière

Rédigé par leral .net le 13 Février 2010 à 14:07 | Lu 724 fois

Le ministre bissau-guinéen de la Défense nationale qui séjourne depuis hier à Dakar a promis la participation de son pays à la lutte contre l’insécurité à la frontière entre les deux pays.

Par Mamadou DIALLO le quotidien


Insécurité en Casamance : Le Sénégal et la Guinée-Bissau veulent sécuriser leur frontière
La Guinée-Bissau, à travers son ministre de la Défense nationale et des anciens combattants de la liberté de la patrie, va s’engager avec le Sénégal dans la lutte contre la violence en Casamance, plus précisément au niveau de la frontière qui sépare les deux pays. En visite de travail depuis hier à Dakar, Aristides Ocante Da Silva indique que son pays contribuera à la lutte contre l’insécurité qui caractérise la zone frontalière des deux pays. «C’est une frontière intérieure. Il doit y avoir, dans chacune des deux parties de la frontière, une sécurité pour permettre aux populations qui vivent dans cette région de mener convenablement leur vie. Il nous faut une assistance technique au niveau de nos frontières extérieures», soutient-il.
Le Bissau-guinéen qui tente de rassurer son homologue sénégalais, Abdoulaye Baldé, ajoute que son pays combattra tout ce qui porte atteinte á la paix intérieure et extérieure. «Il faut combattre certains crimes et foyers de tension. Donc, nous devons faire de sorte que nos éléments puissent mener le combat contre la menace qui nous vient de l’intérieur comme de l’extérieur», dit-il. Selon le ministre des Forces armées, la visite de son homologue guinéen permettra de mener des réflexions sur les moyens d’assurer la sécurisation des frontières communes. «Cela nous aidera à mieux lutter contre le grand banditisme transfrontalier, les mouvements subversifs, les trafics de drogue et d’armes légères et les menaces terroristes», précise Abdoulaye Baldé. Le ministre Baldé est revenu aussi sur les altercations qui ont eu lieu, il y a plus de quatre mois, au niveau de la frontière entre les deux pays et opposant des Sénégalais à des Bissau-guinéens. «Nous allons nous pencher sur le tracé de notre frontière commune pour mettre un terme á toutes les velléités tendant à troubler la quiétude et la sérénité de nos populations», informe M. Baldé. Un différend frontalier avait opposé des habitants de la localité de Cabrousse, au sud de la Casamance à ceux de Tcheda, un village bissau-guinéen, près de la frontière. Seulement, de l’avis du ministre des Forces armées, c’est un privé qui s’était basé sur des chartes inexistantes, qui était á l’origine des incidents dans cette zone. «Nous allons repréciser à ces gens-là, par le biais d’une carte, les limites des deux frontières. En discutant avec mon homologue, on trouvera une solution à ce problème. Ce sont des incidents qu’il faut éviter entre nos deux pays», soutient-il. Le Sénégal et la Guinée-Bissau partagent plus de 300 kilomètres de frontière terrestre commune.

madiallo@lequotidien.sn