leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Installation de la 13e législature : Khalifa Sall, le grand absent, Me Wade, la grande attraction

Les 165 députés élus à l’issue du scrutin du 30 juillet dernier, seront installés jeudi prochain. A cet effet, l’Assemblée nationale est convoquée en session extraordinaire ce jour, à 10 heures. Seulement, certains comme l’actuel Premier ministre, ainsi que le maire de Dakar pour ne citer que ceux-là, ne seront pas de la partie. Mais Khalifa Ababacar Sall sera le grand absent.


Rédigé par leral.net le Jeudi 7 Septembre 2017 à 10:18 | | 0 commentaire(s)|

La tête de liste de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal est en effet incarcérée depuis le 7 mars dernier pour détournement de deniers publics. D’ailleurs, ses avocats avaient introduit une demande de libération d’office, du fait de l’immunité parlementaire que lui confère sa nomination. Mais la requête a été rejetée par le Doyen des juges d’instruction.

Par conséquent, il risque tout simplement de perdre son mandat si l’on se fie à certains juristes. « Khalifa Sall est détenu selon les dispositions du Code de procédure pénale, c’est-à-dire qu’il est en détention préventive. Son incarcération est antérieure à son élection au poste de député.

La loi électorale n’est pas au-dessus de la loi pénale, dont les exigences ont voulu qu’il soit en détention. Si aujourd’hui, il est élu député et que de par les exigences de la loi pénale, il ne peut être libéré, alors il sera empêché d’être installé. Et s’il est empêché, il est remplacé
», expliquait un avocat dans les colonnes de Enquête.

Une thèse que réfute les conseils et partisans du maire de Dakar qui ne cessent de réclamer sa libération, après son élection comme député du peuple.

Par ailleurs, il faut révéler que l’ex-Président Abdoulaye Wade sera la grande attraction. A moins qu’il ne se désiste au profit de son suppléant, il sera installé. D’ailleurs, âgé de 92 ans, il devra présider la séance. C’est un privilège que lui confère le règlement intérieur de l’Assemblée nationale compte tenu de son âge.

L’article 9 stipule : « au début de la Législature, le plus âgé des membres présents, sachant lire et écrire la langue officielle, assure la présidence de la séance jusqu’à l’élection du Président. Il est assisté par les deux plus jeunes, sachant lire et écrire la langue officielle, pour assumer les fonctions de secrétaires… »

Pour rappel, selon les résultats des Législatives du 30 juillet dernier, la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar a obtenu 125 sièges de députés sur les 165. Elle est suivie de la Coalition Wattu senegaal dirigée par Me Abdoulaye Wade, créditée de 19 députés.

Quant à Mankoo Taxawu Senegaal du maire de Dakar, Khalifa Sall, elle se contente de 7 sièges. Le Parti pour l’unité et le rassemblement (Pur) s’en est bien tiré avec 3 représentants à l’Hémicycle. La Convergence patriotique Kaddu askanwi du maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé suit avec deux députés.

A noter que 9 listes de coalitions et partis ont pu bénéficier du système du plus fort reste, réussissant ainsi à envoyer un représentant à l’Assemblée nationale. Parmi ces « rescapés » figurent en bonne place, Aïda Mbodj, Aissata Tall Sall, Modou Diagne Fada, Cheikh Tidiane Gadio, Diop Sy, Ousmane Sonko, Ibrahima Abou Nguette, Théodore Monteil et Sokhna Dieng Mbacké.



Enquête








Hebergeur d'image