leral.net | S'informer en temps réel

Interdiction de stationner au stade Senghor : Des taxis «clandos» parlent d’«arbitraire»

Priés de ne plus circuler sur l’axe allant de la Patte d’oie à l’aéroport, des chauffeurs de taxis urbains «clandestins» stationnant aux alentours du stade Léopold Sédar Senghor dénoncent la «nouvelle guerre» qui leur est faite, à travers cette mesure selon eux arbitraire.


Rédigé par leral.net le Jeudi 8 Juillet 2010 à 03:07 | | 0 commentaire(s)|

Interdiction de stationner au stade Senghor : Des taxis «clandos» parlent d’«arbitraire»
Ils ont en effet dernièrement reçu la visite d’un émissaire du préfet de Dakar, qui leur a fait parvenir le message qui suit, venant des pouvoirs publics : «Quitter les alentours du stade Léopold Sédar Senghor, cesser de rouler sur la route de l’aéroport.» l’émissaire leur a précisé qu’ils devaient en urgence déguerpir des lieux destinés à être intégrés au garage aménagé à la Patte-d’Oie.

Il s’agit là de mesures arbitraires, dénonce Youssou Ndiaye, le président de la gare routière pour taxis «clandos» située aux environs du stade Léopold Sédar Senghor. «Personne ne nous a consultés. C’est une nouvelle guerre contre les taxis clando», peste Ndiaye.

«Cette gare ne peut pas nous contenir tous. Mais la volonté des autorités est de rayer les clandos de la ligne aéroport-Patte d’Oie », accuse le président Ndiaye. Les tracasseries, constate-ils, ont débuté. «Depuis plusieurs semaines, les forces de l’ordre nous interdisent d’emprunter l’autoroute. Nous contournons jusqu’à Yoff. Mais cela ne peut pas durer.»

Son camarade chauffeur Sidy d’ajouter : «On nous avait interdit de circuler en ville au début de l’alternance (2000). Maintenant, l’Etat est sur le point de nous chasser de notre dernier bastion. Nous ne nous laisserons pas faire», ajoute Sidy.

Ousmane Mbaye, habitant la Patte D’oie, est d’un avis tout contraire. « Entre l’échangeur et ce vieux pont, il y a quatre gares routières. C’est quand même trop. Il faut organiser les acteurs.»

Un chauffeur de la grande gare routière de Grand Yoff renseigne : «Tous ces chauffeurs de clandos ont créé leurs gares pour leurs propres intérêts. Chacun veut être leader d’un groupe. La gare de clando non loin de l’échangeur est faite pour tous. Il y a de l’espace».

«Les chauffeurs de clando de la Patte d’Oie sont divisés, poursuit-il. La multiplication des gares de clandos a créé un véritable manque à gagner, alors que c’est ici la gare légale.» Selon ce conducteur, la municipalité qui devait s’occuper de l’occupation anarchique de l’espace urbain se contente de collecter ses taxes quotidiennes.

Vincent Corréa
Source Kanal150.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image