Leral.net | S'informer en temps réel



Interview Mohamed Ould Maloum: "Les frictions Wade-Abdel Aziz risquent de ressaigner gravement la plaie de 1989"

le 4 Octobre 2011 à 21:10 | Lu 961 fois

L’heure est grave entre le Sénégal et la Mauritanie. Le risque de conflit est réel. Le différend est si profond que les populations des deux pays vivent des misères de part et d’autre des frontières. L’opposant Mauritanien, Mohamed Oul Maloum donne les détails de cette brouille. Dans une interview accordée à PressAfrik, il fait la genèse et décortique la chronologie du différend de ces deux chefs d’Etat qui relève plus, selon lui d’un ego surdimensionné des deux présidents Abdoulaye Wade et Mohamed Oul Abdel Aziz. Les conséquences en termes économiques et sociales sont incalculables surtout avec la fermeture des espaces aériens, le blocage des licences de pêche destinées aux pêcheurs de Saint louis et les tracasseries à la frontière. Ce cocktail explosif fait peur et ramène au goût du jour les douloureux événements de 1989 entre Sénégalais et Mauritaniens.


Interview Mohamed Ould Maloum: "Les frictions Wade-Abdel Aziz risquent de ressaigner gravement la plaie de 1989"
Il y’a des raisons qui sont à mon avis d’ordre techniques liées au mauvais fonctionnement de la commission qui est censée faire le recensement qu’ils appellent curieusement, «Enrôlement». Il y a aussi évidement des raisons relatives à des politiques générales. Il ne faut pas se leurrer car les manifestations dans le Fouta, il y a une semaine y sont pour quelque chose. Malheureusement, il y a déjà un mort à Magama, il y a de cela trois à sept jours. On espère que cela en reste là. Mort d’homme c’est toujours grave qu’il y ait un ou beaucoup.

Il y a deux grandes raisons. Les populations négro-africaines de Mauritanie se sentent, à tort ou à raison, marginalisées dans le cas de ce recensement. Il (l’Etat) veut procéder à la modernisation de l’Etat civil avec un système biométrique. Ce qui est louable. Tout Etat Africain a le devoir de faire un état civil fiable pour savoir combien y a-t-il de citoyens, combien y a-t-il d’étrangers. Sans un état civil fiable, on ne peut pas faire de la planification ou de la prospective économique.


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage