leral.net | S'informer en temps réel

Invité de la TFM : Mame Mbaye Niang attaque Malick Ndiaye, Mimi Touré, Moubarack Lô et les cadres de l'Apr

Sa nomination au poste de ministre de la Jeunesse n’a pas refroidi ses ardeurs. Mame Mbaye Niang a plus que jamais des positions tranchées sur les grandes questions politiques contre ceux qui s’en prennent à son patron le président de la République qu’ils soient de l’opposition, ou de l’Apr. Invité hier par Pape Ngagne Ndiaye dans l’émission "Faram facce", sur la TFM, Mame Mbaye Niang n’a pas été tendre envers Mimi Touré, Moubarack Lô, Malick Ndiaye et ceux qui occupent des postes de responsabilité dans le régime et qui refusent d’aller au charbon pour défendre le chef de l’Etat.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Août 2014 à 08:29 | | 6 commentaire(s)|

A l’ancien Premier ministre, le ministre de la Jeunesse demande d’être fair-play. "Quand on la nommait ministre de la Justice au lendemain de l’accession du président de la République au pouvoir, elle n’était ni la plus valeureuse, ni la plus douée, ni la plus compétente", a-t-il rappelé avant de poursuivre : "C’est le président de la République qui l’a choisie en vertu de son pouvoir discrétionnaire et des critères de choix que lui seul maîtrise, entre des millions de Sénégalais qui s’y connaissent quelquefois plus qu’elle en matière de justice". Mame Mbaye Niang de rappeler que Mimi Touré est venue sur le tard dans le staff et que des gens ont construit une véritable légende sur son rôle et sa place dans le pôle de campagne du président de la République. "Elle n’était pas Directrice de campagne du Président Macky Sall. Elle n’était que le chef du cabinet du candidat. Il ne faut pas falsifier l’histoire", invite-t-il.

A propos de Moubarack Lô, Mame Mbaye Niang révèle s’être, à l’époque, opposé à sa nomination parce que ce dernier fait partie de ceux qui ont défendu la thèse de la sortie du Sénégal à l’Asecna. Pour Malick Ndiaye, le ministre de la Jeunesse a évoqué certaines péripéties de sa vie d’enseignant avant d’indiquer que ce dernier avait dit que le Sénégal ne pouvait pas avoir mieux que le Pse. "Si ce dernier revient pour dire que le Pse n’a pas d’âme, cela renseigne de sa versatilité", cogne-t-il.

Le ministre n’a pas épargné les cadres de son parti. "C’est la première fois au monde qu’on voit un parti politique gagner les élections et qu’on n’entende pas ses cadres. Des cadres nommés à de hauts postes de responsabilité se cachent sous la table pour refuser de défendre le régime et son bilan, pourtant si élogieux en si peu de temps", se désole-t-il. Même si le porte-parole, le Directeur des structures, le chargé des élections… ont tous été battus lors des Locales dans leur fief, ce n’est pas, à ses yeux, une raison pour déserter le champ de bataille. "Tout le monde a fui pour laisser le président de la République seul monter au créneau. C’est dommage", regrette-t-il, d'après L'As.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image