leral.net | S'informer en temps réel

Irrégularités dans la gestion du carburant au Coud : Ça coule à flot !

Dans le rapport de la Cour des comptes, les contrôles effectués sur la gestion du COUD ont permis de déceler des irrégularités écœurantes. Il s’agit entre autres de dotations excessives et irrégulières de carburant.


Rédigé par leral.net le Jeudi 28 Août 2014 à 21:00 | | 0 commentaire(s)|

Irrégularités dans la gestion du carburant au Coud : Ça coule à flot !
L’examen du rapport de la Cour des comptes révèle un laxisme dans la gestion du carburant du COUD. Et les exemples d’irrégularités notoires font florès. Il en est ainsi de l’appui irrégulier à des structures et des particuliers.

Sur ce, le COUD a accordé sous la forme d’appui en carburant, de 2006 à 2011, un total de 54 692 litres. Ces dons étaient accordés irrégulièrement à des agents, à des structures ou à des particuliers.

Dans le même domaine, des éléments du commissariat du point E et du commissariat central ont reçu du COUD entre 2006 et 2007 1 850 litres de carburant sous forme d’appui. Le COUD a eu à appuyer également en carburant des agents de la présidence de la République, des Dahiras, le Mouvement des élèves et étudiants libéraux (MEEL), l’Union des jeunesses travaillistes libérales de Mbacké, des agents du rectorat. 3 550 litres de carburant ont été ainsi distribués par le COUD, renseigne le rapport de la Cour des comptes.

A ces irrégularités s’ajoutent aussi 3 950 litres de carburant pour faire fonctionner les groupes électrogènes des restaurants Central, Argentin, Ecole normale supérieure, et du restaurant Self alors que l’électricité au niveau des restaurants est à la charge des repreneurs.

Par ailleurs, concernant les dotations excessives et irrégulières de carburant, l’examen des fiches de suivi des exercices contrôlés fait ressortir les dotations suivantes : 640 litres par mois pour le directeur, 320 litres pour le chef des services administratifs, 320 litres par mois pour l’agent comptable.

Pour la Cour des comptes, ces dotations sont excessives et dépassent les quantités prévues par les dispositions d’une instruction du 5 novembre 2008 qui stipule : “pour les véhicules de service, la dotation ne peut en aucun cas excéder 200 litres par mois”.

En plus, la Cour renseigne que le COUD alloue, en l’absence de base réglementaire, 100 litres de carburant à chaque chef de service, fondé de pouvoir, à chaque conseiller technique et 80 litres à chaque médecin et chargé de mission. Elle estime que ces dotations alourdissent les charges l’établissement.

En outre, du carburant est également utilisé pour des missions sans rapport avec l’objet social du COUD. C’est le cas entre 2006 et 2011, période durant laquelle la Cour des comptes révèle que le COUD a doté en carburant des missions ayant pour destination Touba, Mbacké, Kaolack ou Fatick et n’ayant aucun rapport avec son objet social et dont les motifs exacts ne sont pas précisés.

Concernant ces derniers, il est mentionné sur les ordres de mission “service commandé”, “mission de sécurité “, ou “conduit de chef des services administratifs”. Les quantités de carburant consommées durant ces missions sont de 2 990 litres en 2006, 2 590 litres en 2007, 9 650 en 2009, 11 260 litres en 2010, et 11 560 litres en 2011. Quant au chef des services administratifs (CSA), ses seules missions en 2010 et 2011 ont couté au COUD 3 180 litres de gasoil et 790 litres de super.

EnQuête






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image