leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Ismaïla Madior Fall interpellé par la famille d'Ibrahima Mbow tué à Reubeuss, il y a un an


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Septembre 2017 à 16:11 | | 0 commentaire(s)|


Cela fait une année depuis que des prisonniers de la maison d’arrêt de Reubeuss se sont révoltés pour dénoncer leurs conditions de détention. Une mutinerie qui avait fait un mort du côté des détenus et plusieurs blessés parmi lesquels les agents de l’administration pénitentiaire et les prisonniers.

La famille de victime de cette mutinerie, Ibrahima Mbow, réclame plus de diligence et la poursuite de la procédure judiciaire pour trouver le coupable. « Nous appelons le nouveau ministre de la justice qui est un professeur de droit, Ismaïla Madior Fall, à faire en sorte que ce qui s’est passé à Reubeuss ne se reproduise jamais. Nous lui faisons confiance et pensons qu’il fera tout pour le suivi de l’affaire. Nous ne doutons ni de la justice sénégalaise, ni de la compétence des magistrats. Mais ce qui nous inquiète, c’est le fait que le dossier soit entre deux bureaux. Nous souhaitons vraiment qu’il y ait une suite », lance Maguèye Thiam, au téléphone de l’enquête.

L’oncle et porte-parole de la famille d’Ibrahima Mbow renseigne qu’à trois jours de la célébration de la Tabaski, le doyen des juges avait appelé les membres de la famille pour une audition, de même que les blessés de Reubeuss.

« Maintenant, s’ils ne veulent pas rendre l’audition des pénitentiaires, ils n’ont qu’à actualiser le dossier, au moins pour qu’on puisse faire en toute sérénité les funérailles de notre fils. Ce qui va calmer la famille, c’est qu’on trouve le coupable et qu’il soit condamné. Et il faut l’indemniser à la hauteur du préjudice. Parce qu’elle a beaucoup souffert de cette perte », renchérit l’oncle. Qui refuse que leur fils soit ‘’envoyé dans l’au-delà’’ et que le ‘’coupable continue à vaquer tranquillement’’ ses occupations. « C’est comme si, au sénégal, on a légalisé le crime. Nous dénonçons aussi l’absence des autorités, lors de la commémoration de l’an 1 du décès du détenu Ibrahima Mbow. Personne n’est venue nous conforter », a regretté, M. Thiam.

La maman du défunt : « mon fils n’avait que 33 ans »

En effet, la famille a organisé hier une cérémonie de commémoration du décès de leur fils, mort à l’âge de 33 ans. Sa maman Amy Kassé a tenu a lancé ce cri de cœur : « depuis que mon fils a été tué, je n’ai pas vu d’actes qui me rassurent. Tout ce que nous demandons à l’état et au président de la république Macky Sall, c’est la prise en charge du dossier. Que le coupable soit condamné. Car, Ibrahima était soutien de famille. Il s’occupait de tout, ici. Il payait les frais scolaires de son jeune frère et depuis qu’il est décédé, ce dernier a arrêté les études. Je n’ai personne pour me soutenir. Que la justice fasse son travail, mon fils n’avait que 33 ans, au moment où il a été abattu ».
Enquête