Leral.net | S'informer en temps réel



Israël expulse des dizaines de clandestins africains

le 18 Juin 2012 à 11:43 | Lu 462 fois

Une campagne d'arrestations lancée il y a une semaine tente de répondre aux inquiétudes de la population.


Israël expulse des dizaines de clandestins africains
Dimanche soir, ce sont près de 150 Soudanais du Sud qui devaient prendre place à bord d'un vol charter qui les mènera de Tel-Aviv à Juba, la capitale du Soudan du Sud. Une première opération qui devrait se répéter toutes les semaines pendant environ un mois après qu'Israël ait initié une «campagne d'arrestations» contre des migrants africains entrés illégalement sur son territoire via sa frontière avec l'Égypte, située dans le désert du Sinaï (sud du pays). Au total, ce sont près de 4500 clandestins qui doivent être expulsés.

Officiellement, il s'agit d'expulsions volontaires. Tous les Soudanais du Sud recevront 1000 euros par adulte et 300 par enfant. Cependant, des expulsés ont peur de leur avenir: «Je n'ai pas de famille là-bas. Je ne sais ni où aller, ni quoi faire», a raconté à la radio militaire Justyna Wanis, en Israël depuis cinq ans. William Tall, fonctionnaire du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), a déclaré avoir reçu l'assurance d'Israël que les cas de ceux qui refuseraient de partir seraient examinés par les autorités.

Les clandestins sont principalement des Érythréens, des Soudanais du Nord et du Sud mais aussi des Ivoiriens. La bonne entente entre Israël et le Soudan du Sud permet l'expulsion des ressortissants de ce pays. En échange de son accord, le pays reçoit l'aide israélienne pour l'exploitation de son pétrole et pour moderniser son agriculture. Il y aurait entre 700 et 1500 Soudanais du Sud en situation irrégulière en Israël, travaillant principalement dans l'hôtellerie et le commerce.

«Maintien de l'identité juive de l'État»
Ces expulsions sont soutenues par une partie de la population. Une psychose est née ces derniers mois en Israël après une succession de viols et d'agressions attribués à des immigrés africains. Plusieurs manifestations violentes à Tel-Aviv contre ces clandestins ont fait la une des médias. Au cours des semaines, plusieurs immigrés ont été molestés dans les quartiers sud de la ville. Des automobilistes africains ont été attaqués. Un minibus a été assailli par les manifestants aux cris de «Soudanais dehors!». Un climat délétère à l'encontre de ces migrants africains, dont la présence est estimée à près de 60.000 personnes. Á Eilat, la grande ville balnéaire du sud d'Israël, ils représentent un quart de la population.

«Le gouvernement lance aujourd'hui l'opération de rapatriement de milliers d'infiltrés», s'est félicité dimanche le premier ministre, Benyamin Nétanyahou qui a ajouté «vouloir expulser ceux qui vivent parmi nous de façon humaine et conformément aux valeurs du judaïsme». Le ministre de l'Intérieur, Eli Yishai, membre du parti ultrareligieux Shass, a, lui, dit craindre pour «le maintien de l'identité juive de l'État», expliquant notamment que les immigrés «viennent prendre le travail des Israéliens».

Israël érige également une clôture de 250 kilomètres le long de sa frontière avec l'Égypte pour tenter d'empêcher les «infiltrations». L'ouvrage sera totalement opérationnel à la fin de l'année.

é

Par Tristan Quinault Maupoil