leral.net | S'informer en temps réel

«J’aurais souhaité être le candidat de tous les conseillers élus à Guédiawaye»

L’OBS – En dépit d’une candidature controversée et d’un tir groupé d’adversaires politiques et d’une bonne partie de leaders d’opinion de Guédiawaye, Alioune Sall a joué et gagné. Le stade des compétions électorales dépassé, le frangin du président de la République est déjà dans la peau d’un maire de ville qui s’estime capable de conduire l’équipe qui va faire émerger Guédiawaye. Pour y parvenir, il devra relever l’autre défi, la bénédiction des conseillers municipaux élus.


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Juillet 2014 à 18:26 | | 1 commentaire(s)|

«J’aurais souhaité être le candidat de tous les conseillers élus à Guédiawaye»
Contre toute attente, votre coalition a remporté les élections dans les 5 communes d’arrondissement sur les 4 que compte Guédiawaye. Quelle a été la recette pour parvenir à ce résultat ?

Non, ce n’est pas contre toute attente, au contraire, c’est le couronnement logique d’un travail ardu entrepris depuis de longs mois. La coalition BBY est une coalition, composée de 3 grands partis que sont le Parti socialiste, l’Alliance des Forces du Progrès de Moustapha Niasse et l’Alliance pour la République : 3 grands partis. La victoire d’une telle coalition ne saurait être une surprise, surtout qu’en ce qui nous concerne au niveau de l’Alliance pour la République, nous avons travaillé depuis de longs mois a élargir les bases de notre parti, a affirmer notre leadership politique dans le département de Guédiawaye et surtout à établir un climat de confiance avec les populations et les électeurs. Donc, accompagné d’autres alliés tels que l’Afp et le Ps, l’on pouvait bien s’attendre à ce qu’il y ait une large victoire comme c’est le cas dans le département de Guédiawaye.

Mais il y a que votre candidature pour la mairie de Guédiawaye a fait beaucoup jaser au début. C’est en ce sens que la victoire a été surprenante. Quel a été le déclic pour amener les populations à finalement adhérer à votre cause politique. C’est le sursaut d’orgueil ou la volonté ferme de servir Guédiawaye ?

Je dois d’abord préciser que ce n’est pas la coalition Alioune Sall, mais la coalition Bennoo Bokk Yaakaar, bien que j’aie un rôle déterminant dans la victoire finale. Ceci dit, je crois que les gens étaient partis sur des préjugés liés à mon statut de frère du président de la République, en tirant la conclusion hâtive consistant à dire que les populations n’accepteraient pas Alioune Sall parce qu’il est le frère du président de la République. D’autres allant jusqu’à dire que je ne suis pas de Guédiawaye. Nous avons travaillé à annuler ces préjugés et à mettre en avant quelque chose qui me paraît plus important, la confiance. Qui est de convaincre les populations et électeurs que nous avons de véritables ambitions pour la ville de Guédiawaye. Un postulat que nous avons essayé de démontrer par notre disponibilité, notre présence physique et par le dialogue permanent que nous avions instauré avec les différents acteurs de la société civile, de la vie politique, économique et culturelle de Guédiawaye. Donc on a finalement réussi à convaincre les populations que nous étions un des leurs et que nous étions crédibles pour porter cette ambition qui a été celle de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar à faire de Guédiawaye une ville moderne. Au vu des résultats, notre coalition a convaincu. J’estime que si on engage un combat sans en mesurer les risques, notamment en politique, on peut être découragé en cours de route. Moi j’avais très lucidement mesuré les risques, notamment les risques liés à ma présence politique à Guédiawaye et à ma candidature. Ces risques étaient de 2 ordres. La critique, du fait que je suis le frère du président de la République et du fait que je n’habitais pas Guédiawaye depuis longtemps. Mais Après réflexion, nous nous sommes rendu compte qu’en dehors de ces 2 considérations, il y avait la considération politique, qui est la présence sur le terrain, la disponibilité, le dialogue et l’adoption d’un comportement exemplaire envers les populations. Et nous avons jugé que cette dernière considération était plus déterminante. C’est à partir de ce moment que nous nous sommes dit qu’il fallait foncer en nous disant que Dieu, l’Omniscient, sait seul ce qui se passera et qu’il ne fallait pas abdiquer au milieu du combat.

Des responsables politiques qui ne sont pas de votre camp ont fait une sortie pour promettre de vous barrer la route qui mène à la ville de Guédiawaye. Qu’est-ce qu’une telle posture vous inspire ?

Je voudrais demander à chacun de savoir raison garder. Nous avons fait une élection, notre coalition a gagné 4 communes et la coalition autour du parti démocratique sénégalais a gagné une commune, celle de Ndiarème Limamoulaye. En ce qui me concerne, j’aurais franchement souhaité que les 4 communes gagnées par notre coalition soient conservées à l’ultime par notre coalition et que la commune de Ndiarème Limamoulaye qui a été gagnée par la coalition autour du Pds revienne à cette coalition. Et que la ville qui, majoritairement a choisi notre coalition soit gérée par nous-mêmes.

Maintenant, tout le monde sait comment se passe le processus électoral, notamment au niveau municipal. Les populations ont choisi, mais il revient aux conseillers de choisir les différents maires. Aujourd’hui, notre coalition a une large majorité de conseillers au niveau de la ville comme au niveau des 4 communes d’arrondissement déjà citées. Mais je ne voudrais pas qu’on s’arrête à cette frontière. Moi je suis candidat à la mairie de ville de Guédiawaye. Et j’aurais souhaité être, non pas seulement le candidat de la coalition Bby, mais le candidat de la quasi-totalité des conseillers qui seront élus en ville au-delà des frontières de notre coalition. Je crois qu’il vaut mieux être un maire élu par une très large majorité que d’être un maire élu à l’arrachée. En tant que candidat à la mairie de la ville, je tends la main à tout le monde, y compris aux conseillers des autres coalitions afin de constituer une équipe gagnante, pour l’intérêt supérieur des populations de Guédiawaye.

« Je ne dispose pas des forces politiques pour imposer mes hommes dans les mairies »

L’On susurre que vous allez vous immiscer dans l’élection des maires des communes d’arrondissement pour placer vos hommes, à telle enseigne que des maires sortants en sont arrivés à craindre pour leurs fauteuils. Est-ce que vous pouvez les rassurer ?

Je ne peux rassurer personne. Si je pouvais imposer mes hommes, je l’aurais fait. Mais je n’ai pas tous les moyens politiques aujourd’hui pour imposer des maires Apr dans toutes les communes. Evidemment, si mon parti avait toutes les forces qu’il lui fallait, on occuperait tous les postes de maire, mais ce n’est pas le cas. La réalité, c’est que nous sommes dans une coalition, même si nous pouvons réclamer le leadership de cette coalition, nous ne pouvons pas dire que nous avons le mérite exclusif de cette coalition.

La générosité qui nous a poussés, nos partenaires et nous, à créer cette coalition et à la conserver à Guédiawaye, doit nous amener vers des convergences de vue qui doivent être crédibles pour nous permettre de travailler demain pour l’intérêt général.

AMARY GUEYE






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image