Leral.net | S'informer en temps réel



JUSTICE |«Je n’ai pas vendu de fausse coke. Je le jure»

Rédigé par leral .net le 9 Janvier 2010 à 03:29 | Lu 865 fois

Le dealer suspecté d’avoir fourni de l’héroïne présentée comme de la coke témoigne.
D. a deux vieilles cicatrices. Une sur la pommette, une autre dans le cou. Vêtu d’amples habits bariolés, le détenu a les larmes aux yeux en s’adressant hier à la Chambre d’accusation: «Je n’ai pas vendu de fausse coke. Je le jure.»
Agé de 24 ans, ce dealer sénégalais est suspecté d’avoir, le 26 décembre, fourni de l’héroïne présentée comme de la cocaïne à un homme de 31 ans. Originaire des Pays-Bas, ce dernier a sniffé la drogue, encourant ainsi, sans le savoir, un risque aigu d’arrêt cardio-respiratoire. Il est mort d’overdose.


JUSTICE |«Je n’ai pas vendu de fausse coke. Je le jure»
Trois sniffs
Arrêté le 1er janvier près du parc de Saint-Jean (lire nos éditions du 6 janvier), D. était convoqué hier matin par la justice en vue de la prolongation de sa détention préventive. Durant l’audience, on apprend que le jour du drame, la victime a passé la soirée, notamment avec sa belle-sœur, à L’Usine. A la sortie de l’établissement, la future victime s’approche d’un dealer africain et lui demande un gramme de cocaïne. La transaction s’effectue et le Néerlandais consommera l’héroïne un peu plus tard. Il en sniffera trois fois, à quinze minutes d’intervalle. «Il s’est retrouvé dans un état de somnolence, explique une source proche du dossier. Puis, il s’est endormi et ne s’est plus jamais réveillé.»

Prolongé d’un mois
Un témoin, probablement la belle-sœur de la victime, désigne D. comme le probable dealer. «Ce n’est pas moi, répète l’intéressé. J’ai bel et bien parlé et sympathisé avec la victime mais je ne la connaissais pas avant ce soir-là. Je ne savais même pas où elle habitait. Je ne lui ai pas remis de stupéfiants, je n’en avais pas.» A l’issue de l’audience, la Chambre d’accusation a prolongé d’un mois la détention préventive de l’inculpé, soupçonné d’homicide par négligence, pour les besoins de l’enquête. Selon son avocat, cette accusation «ne tient pas la route puisque même la juge déclare que les dealers ne savent pas toujours ce qu’ils vendent».
La semaine dernière, la police avait déjà interpellé J., un trafiquant malien. On lui reproche d’avoir écoulé de la fausse cocaïne qui a provoqué des malaises graves chez plusieurs consommateurs. Agé de 22 ans, il a en effet vendu le 26 décembre deux boulettes de cocaïne à deux Genevois de 27 et 42 ans. W., un Ivoirien en voie d’expulsion, a également été arrêté, pour les mêmes motifs, le 31 décembre.
Au moins deux autres clients ont dû être hospitalisés. Ils ont été pris d’un malaise après avoir sniffé la drogue. L’un des deux était encore dans un état comateux en fin de semaine dernière. D’autres lots suspects pourraient encore circuler sur le marché.

source ; http://www.tdg.ch/ / leral.net


1.Posté par conduite le 09/01/2010 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cela se passe où?

2.Posté par deug nekhoul le 09/01/2010 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Celui qui vend de la drogue ne peut jamais nier qu il a tue cherchons un travail plus descent .Cessons d envoyer a nos parents de l argent sal

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site