leral.net | S'informer en temps réel

Jamra &Mbañ Gacce sur l’affaire "Charlie Hebdo": "Ni Charlie, ni Charlot!"


Rédigé par leral.net le Vendredi 9 Janvier 2015 à 22:03 | | 7 commentaire(s)|

Jamra &Mbañ Gacce sur l’affaire "Charlie Hebdo": "Ni Charlie, ni Charlot!"
La posture de JAMRA n’a jamais varié d’un iota, en la matière ; elle est restée constante, trois décennies durant, à savoir: la condamnation ferme de la violence sous toutes ses formes et d’où qu’elle vienne, en nous fondant notamment sur notre suprême référence, le Saint Coran, qui stipule bien que : «Lorsque l’on tue une seule personne non coupable de meurtre, c’est comme si l’on avait tué toute l’humanité» ("Al-Maeda", Sourate 5, Verset 32).
L’Organisation islamique Jamra et l’Observatoire de Veille et de Défense des Valeurs Culturelles et Religieuses, Mbañ Gacce, condamnent sans équivoque la sanglante razzia dont la rédaction de l’hebdomadaire satirique français "Charlie Hebdo" a été le théâtre, le mercredi 07 janvier dernier, ayant entrainé des pertes en vies humaines et endeuillée une douzaine de familles. Cette regrettable tragédie ne devrait cependant pas nous nous décharger de l’exigence morale d’en tirer de nécessaires enseignements pour l’avenir. Car, ce serait travestir ce principe fondamental de la Démocratie, qu’est la liberté d’expression, en le mutilant insidieusement de son indissociable corolaire qu’est le respect des convictions d’autrui, en l’occurrence la liberté de culte.
Lorsque qu’une douzaine de caricatures outrageantes sur le Vénéré Prophète Mouhamed (psl) avaient été publiées, en septembre 2005, par le quotidien danois Jyllands-Posten (avec la prééminence d’une fameuse effigie particulièrement désobligeante sur le Prophète de l’Islam, crayonnée par le caricaturiste danois, Kurt Westergaard), provoquant l’indignation de la Oummah islamique et de nombreux démocrates de par le monde, l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo n’avait pas hésité à jeter de l’huile sur le feu en reprenant à son propre compte, sur son tabloïd, lesdites caricatures! Une volonté délibérée de profaner et d’offenser directement une communauté religieuse, qui avait été même fustigée par un communiqué officiel de l’Elysée, dans lequel le président de la République française, Jacques Chirac, condamnait ce qu’il considérait comme une «provocation manifeste, qui ne respecte pas les convictions d’autrui».
Si le Prophète de l’Islam avait été là, il aurait indubitablement choisi de pardonner tous ces blasphèmes ciblant la sacralité de son honorable personne. Mais il n’existe malheureusement dans aucune communauté religieuse une capacité uniformément partagée au dépassement et au pardon, face à l’outrage gratuit. La croyance religieuse étant un domaine d’une sensibilité avérée, vécue selon des modalités subjectives différentes, par les communautés de croyants, le simple bon sens voudrait – surtout dans ce monde devenu un «Village planétaire» avec l’explosion des Nouvelles technologies -, que tout en exerçant légitimement sa liberté de pensée et d’expression, que l’on tienne justement compte de la liberté de croyance et de culte des autres !
Les quotidiens américains semblent avoir tellement fait sien ce noble postulat, qu’ils ont presque tous fait preuve d’un admirable sens de la responsabilité en pixélisant (rendant floues), dans leurs éditions d’hier, toutes les photos se rapportant à l’affaire Charlie Hebdo, dés lors que celles-ci comprenaient des caricatures à l’origine de cette sanglante tragédie. Dont les auteurs n’auront réussi qu’à porter un coup injuste à l’Islam, religion de Paix, de Tolérance et de Pardon.
Dakar, le 09 Janvier 2015
Imam Massamba Diop
Coordonateur national de
L’Observatoire "Mbañ Gacce"
Président exécutif de l’Organisation
Islamique Jamra – ongjamra@hotmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image