leral.net | S'informer en temps réel

"Je ne suis pas Charlie" (Mamadou Lamine Bâ, Journaliste - Blogueur)


Rédigé par leral.net le Jeudi 8 Janvier 2015 à 22:06 | | 21 commentaire(s)|

"Je ne suis pas Charlie" (Mamadou Lamine Bâ, Journaliste - Blogueur)
Je ne suis pas Charlie, parce que je ne nomme pas Charlie, à priori, je ne me comporte pas comme Charlie et je ne partage pas la « pseudo-liberté », que veut incarner Charlie. Je ne suis pas Charlie, parce que je refuse de suivre la tendance d’opinion qui veut que, même avant la publication d’un quelconque résultat d’une enquête, qu’on pointe du doigt les musulmans, pour encore salir l’image de l’Islam, qu’une partie de l’occident attaque à souhait, aidé par des lobbies Juifs et maçonniques, que cette belle religion, remplie de valeurs universelles, dérange, dans leur projet de « Blue Beam ».
Je ne partage non plus, ce qui est arrivé à Charlie. Je ne partage pas cette façon d’exprimer ou de régler un désaccord. C’est aussi regrettable que nécessaire de creuser en profondeur sur ce qui a conduit à ce « résultat macabre ».
Mais pourquoi Charlie Hebdo est le seul organe de presse français à bénéficier d’une protection policière, au détriment de tous les milliers autres ? La réponse à cette question me semble d’autant plus importante pour la suite de l’enquête, qui doit nécessairement être ouverte et indépendante, qu’elle édifiera les esprits.
Que cherche le gouvernement français à protéger des gens qui se plaisent à commettre des « attentats ciblés et répétés », contre des valeurs que vivent les autres et qui veulent continuer à les incarner ? Pourquoi cet attentat, contre Charlie Hebdo, arrive au moment où François Hollande est au plus des sondages et que son « ami » Nicolas Sarkozy le titille, en prélude des prochaines élections présidentielles françaises ?, entre autres interrogations...
Qui a intérêt à sacrifier Charlie, au moment où la France traverse une crise sans précédant, au moment où la Russie a quasiment fermé le robinet ? Qui chercherait à s’acheter les pays du golf arabo-musulmans, producteurs de pétrole, pour son énergie, alternative au gaz russe ?
Je ne veux pas être Charlie parce que le mensonge et la volonté manifeste des médias français - ça ne me surprend pas- ont déjà donné une direction à la suite des événements, en indiquant la piste « islamiste », terme créé pour étiqueter les musulmans de barbares et de violents, anti-civilisation occidentale, qui n’est la standard mondiale.
Si les deux mots, « Allahou Akbar », supposés prononcés par les assaillants, suffisent pour montrer l’appartenance confessionnelle des coupables, il faut, me semble t-il, enterrer les fondamentaux du journalisme, en occident, notamment en France. Car, ces deux mots peuvent être répétés par n’importe qui : musulmans, chrétiens, juifs, athées, etc., d’autant plus qu’ils ne sont difficile à prononcer.
Des fausses traductions, dans le seul but de manipuler l’opinion française et internationale, que les télévisions occidentales, ont habitué à leurs téléspectateurs, sont assez suffisantes pour inviter à une recherche de la vraie vérité, différente de celle livrée par des médias contrôlés et financés par le Quai-d’Orsay. L’opinion occidentale doit avoir logiquement peur, par la violence de l’attaque et le lourd bilan, tout de suite relayé par les médias français ; qui, à mon avis, étaient préparés à prendre la relève du gouvernement dans cette affaire, et faire le reste du travail de propagande anti musulman et pro français et culture occidentale.
Quand à la sortie de François Hollande, elle laisse à désirer.
"Aujourd'hui, la France a été attaquée dans son cœur", s’est-il désolé, appréciant que "des dessinateurs de grand talent, des chroniqueurs courageux, sont morts". Un talent qui sert le politique que les attentats ont permis de se refaire une image, écornée par des insatisfactions des français qui en demandent mais qui sont perdus entre les uns incompétents et les autres décevants.
"Ce message de liberté, nous continuerons de le défendre, en leur nom", après les avoir sacrifié ? "Ces hommes, cette femme, sont morts pour l'idée qu'ils se faisaient de la France, c'est à dire de la Liberté". La liberté de s’attaquer, ironiquement certes, à qui l’on veut, comme on le souhaite, à des dates ciblées, pour rendre service à qui sinon le politique. Un politique pour lequel le message de la peur doit passer pour continuer à exister, à l’instar des américains après les supposés attentats du 11 septembre 2001.
"Ce sont aujourd'hui nos héros". Comme les millions de combattants arabo-musulmans et noirs africains que la France ne veut plus voir ou supporter après qu’ils l’aient libéré des nazis. "Demain sera une journée de deuil national". Normal, la propagande le vaut bien. C’est la même méthode que Georges W. Bush "Les drapeaux seront en berne pendant trois jours". Quand il n’y aura plus le bleu, le blanc et le rouge dans le ciel français, il restera le noir et le beurre. La direction est clairement indiquée.
"Rien en peut nous diviser, rien ne doit nous opposer". Alors, pourquoi ne pas créer les conditions d’existence et de vie décente pour des millions de noirs et d’arabo-musulmans en France ? "Je convoquerai les présidents des deux assemblées pour montrer notre détermination". Pour corser la loi anti-islamique en France ou appeler à légiférer plus dur contre « la racaille intolérante», même blessée à outrance ?
"Aujourd'hui, c'est la République toute entière qui est menacée". Oui, quand une importante partie, un tiers des français, est exclue, minorisé et frustrée, il y a une réelle menace contre la république française, qui devait, pour la beauté de son image, constituer une majorité de minorités et non une majorité, manipulée par les juifs, capitalistes et manipulateurs, qui cherche à polluer et stigmatiser les reste du tableau.
"Enfin, nous devons être nous-mêmes, conscients que notre meilleure arme, c'est notre unité". C’est prometteur, car j’entends par là, l’acceptation de la réalité de la société française composée de plusieurs catégories sociales, confessionnelles, professionnelles, etc., à l’image de l’équipe de France, les bleus.
"La Liberté sera toujours plus forte que la barbarie". Je partage le principe, mais il faudra le réaliser par les actes et non par des propos volatiles. "Le rassemblement, c'est ce qui doit être notre réponse". C’est pour mieux ameuter l’opinion contre ceux qui sont pointés du doigt, de la chambre d’à coté, de l’appartement d’à coté, du bâtiment d’à coté ou du quartier où vivent majoritairement, malgré eux, « les autres ». "Rassemblons-nous", a-t-il martelé plusieurs fois, pour réussir le coup de publicité en sa faveur.
Je ne suis tout simplement pas Charlie.

Mamadou Lamine BA
Journaliste - Blogueur
00221 70 203 16 81
ballamine@gmail.com







Hebergeur d'image