leral.net | S'informer en temps réel

Jërëjëf Sëriñ Tuubaa ! Jërëjëf Cheikh Sidy Al Mukhtar ! - Par Ouza Diallo


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Septembre 2015 à 14:24 | | 5 commentaire(s)|

Jërëjëf Sëriñ Tuubaa!
Jërëjëf Cheikh Sidy Al Mukhtar!

L’homélie de notre guide à Nganda, à l’endroit des jeunes marabouts, sonne plus que jamais comme un rappel à l’ordre de la vérité des préceptes de Sëriñ Tuubaa.

En effet, dans « Tazawoudou Sikhaar », Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul a dit : « ô vous les adolescents ! Ne vous préoccupez que de droiture, évertuez-vous à la recherche du savoir ! », « Efforcez-vous d’assimiler et de réviser (vos leçons), fuyez les assemblées qui entraînent la perdition ! »

Cette sortie nous permet, à nous talibés, de relever définitivement la tête suite à la série de sombres événements où l’espace politico-médiatique et judiciaire a été sans doute occupé par les petits-fils qui veulent faire feu de tout bois ; ce qui relève sans doute de leur fougue de jeunesse indiscrète qu’ils auraient visiblement du mal à dompter.

A priori, ils semblent ignorer malencontreusement cette prière de Sëriñ Tuubaa dans Matlaboul Fawzeyni (la quête du bonheur des deux mondes) « fais de ma demeure, la cité bénite de Touba, un lieu où l’on sort des ténèbres pour entrer dans la lumière, protège cette cité du disgracié qui a porté préjudice à Allah ou à son prochain ! ».

Last but not least, ils oublient tout simplement que le mouridisme a été porté au pinacle par des jeunes épris des enseignements et des préceptes du saint homme. Je me rappelle, pourtant, leur avoir confié à l’ombre bleue de l’alternance dans mon album « politiciens » de se garder d’oublier et de sacrifier nos valeurs, ceux du mouridisme à travers le « ndigël » (Buñu l'an 2000 mëna mënn bañu fatte ndigël li).

En 2015 également, je me souviens leur avoir rappelé que « bu ndama yabe ndiol, ci doxine wa la » et, comme disait l’autre, « dañu bayyi sunu kër bayee jël Tuubaa muy kër ».

Alors, ça devient aberrant frustrant décevant d'entendre : Mbacké Mbacké apéristes, libéraux, karimistes ou wadistes, rewmistes, bokk gis gis, socialistes, progressistes, même du Grand parti et que sais-je encore.

Aujoutd'hui, on ne sait plus à quel Mbacké Mbacké se vouer car chaque parti politique a son Mbacké Mbacké et son siège social à Touba. Chers wassila, comme l'a si bien énuméré notre guide religieux, notre Khalife général : "Vous ignorez tout ce que Serigne Touba a fait pour vous, vous n'avez besoin de rien que de perpétuer son œuvre car tout se dont vous avez besoin, il l'a réalisé pour vous et pour tous les talibés". De grâce, retournons aux champs " ñaqq tedd, jëf jël".

Ouza Diallo






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image