Leral.net | S'informer en temps réel



Jérusalem sous le règne d’Omar ibn Al-Khattab

le 21 Décembre 2012 à 10:14 | Lu 7481 fois

Omar ibn al-Khattab était un des plus proches compagnons du Prophète Muhammad (s) et était le deuxième calife / chef des musulmans (après Abou Bakr Siddiq.)


Jérusalem sous le règne d’Omar ibn Al-Khattab
Cet article relate quelques faits historiques durant la conquête de Jérusalém au 7e siècle par les forces d’Omar Ibn Al-Kahttab. Il est tiré du livre Jérusalem est la nôtre : Les nombreux siècles de vielles luttes chrétienne, juive et islamique pour la Terre Sainte - écrit et publié par IqraSense.com.

Après la mort du Prophète Muhammad, les forces de Omar ibn al-Khattab ont conquis Jérusalem. [1] Pendant le règne d'Omar, Jérusalem fut conquise sans effusion de sang pour la première fois par les musulmans en 638. Comme le Prophète Muhammad (s) a jeté les bases de la religion islamique (à travers la révélation de Dieu,), la conquête de Jérusalem par Omar est considérée comme la première dans l'histoire islamique.

Pendant le règne d'Omar, ses armées avancèrent dans de nombreux territoires. Au cours d’une de ces conquêtes, alors que les forces musulmanes se dirigeaient vers Jérusalem, les Byzantins furent forcés de quitter la Syrie. L’armée musulmane sous le commandement de Amr Ibn Al-As atteignit Jérusalem et assiégea la ville. Amr a ensuite été rejoint par d'éminents chefs musulmans tels que Khalid Ibn Walid et Abu Ubaidah ibn al Jarrah. A cette époque, l'évêque Sophronius était le patriarche [3] de Jérusalem. Sophronius , qui était d'une origine arabe, était vénéré comme un Saint dans l’ Église catholique ainsi que l’ Église orthodoxe orientale. Constatant les faibles espoirs de résistance, les chrétiens de Jérusalem ont alors décidé de se rendre aux forces du calife Umar.

Cependant, l'évêque avait demandé que les clefs de la ville soient remises aux musulmans sans résistance seulement si le calife Omar venait personnellement les récupérer de sa main. Les musulmans à cette époque n'étaient pas favorables à cette exigence du patriarche car, disaient-ils, les forces chrétiennes avaient été vaincues, ils ne devaient en aucune manière dicter leurs conditions, et donc il n'était pas nécessaire pour le calife de se déplacer à Jérusalem. Sur ce, le calife Omar a demandé l'avis d'Ali [4] l'un des plus proches collaborateurs et compagnons du Prophète.

Ali conseilla plutôt Omar d'aller à Jérusalem sous prétexte qu'il était le vainqueur et que c’était de Jérusalem que le Prophète Muhammad (s) est monté aux cieux. Sur ce, le calife Umar fut convaincu d'aller à Jérusalem pour accepter l’armistice chrétienne. Lorsque Omar entra dans la ville, il a d'abord demandé l'emplacement du site d'Al-Aqsa et le rocher d'où le Prophète Muhammad (s) est monté pour Mi'raj. A cette époque, le Dôme du Rocher n’avait pas encore été construit. L'évêque l’amena au site (connu par les Juifs comme le Mont du Temple), ce fut la déception d’Omar de voir que ce lieu faisait office de dépotoir. Ceci s’explique par le fait que sous la domination chrétienne à cette époque, les Juifs n'avaient pas le droit d'adorer ou même d’entrer dans Jérusalem et le site d'Al-Aqsa (Mont du Temple) n’avait aucune signification religieuse particulière pour les chrétiens. Il a également découvert que la mosquée Al-Aqsa avait été détruite par les Romains. En voyant l'état du site d'Al-Aqsa (Mont du Temple), Omar a dit: "Allah (Dieu) est grand, je jure par celui qui détient mon âme dans sa main qu'il s'agit de la mosquée de David, que le prophète d'Allah nous avait décrit après son voyage nocturne»

[5] Le calife demanda alors à Kaab al-Ahbar, un rabbin juif qui s'était converti à l'islam et venu avec Omar de Médine, de le guider vers le lieu du Rocher. Umar enleva ses vêtements qu’il utilisa pour nettoyer le Rock, et d'autres musulmans le suivirent et c’est ainsi qu’ils nettoyèrent le site d'Al-Aqsa. Umar a également clôturé la roche et plus tard, un souverain omeyyade construisit le Dôme du Rocher, sur le site d'Al-Aqsa (le site où se trouvent le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa.)

A Jérusalem, le calife Omar a également été amené à l'Eglise du Saint Sépulcre et il lui a été donné la possibilité par les Responsables chrétiens de prier dans l'église. Le calife, de l'avis des musulmans, a agi avec prudence et a refusé de prier à l'intérieur de l'église. Craignant que les futures générations musulmanes suivent ses traces jusqu’à demander à ce que l'église soit transformée en mosquée, il préféra alors prier à l'extérieur de l’église et une mosquée fut construite plus tard en son nom (la mosquée est appelée la Mosquée d'Omar). Cette mosquée est actuellement située en face de la cour sud de l'église.

Avec la capitulation du Patriarche Sophronius de Jérusalem, aucune mort ou destruction n’a été enregistrée à l’actif des musulmans. Ce fut une transition pacifique et tous les lieux saints des chrétiens ont été laissées intactes. Le calife Omar signa un traité avec Sophronius et, les chrétiens ont le droit de vivre dans la ville. Le traité signé par Omar était intitulé comme suit :
« Du serviteur d'Allah et Commandeur des croyants, Omar : « la sécurité des personnes et des biens est garantie pour les habitants de Jérusalem. Leurs églises et les croix doivent aussi être sécurisées. Ce traité s'applique à tous les habitants de la ville. Leurs lieux de culte doivent rester intacts. Ceux-ci ne seront ni repris, ni démolis. Les gens sont tout à fait libres de suivre leur religion. Ils ne doivent être affectés à aucune difficulté » ... »

[6]L’histoire note qu'avant la conquête musulmane de Jérusalem, les Juifs n'étaient pas autorisés à vivre à l'intérieur de la ville. Bien qu’ils aient finalement été autorisés à venir à Jérusalem pour le culte, le souverain chrétien avait demandé que les Juifs ne devaient pas être autorisés à vivre à Jérusalem. Selon les termes de la capitulation, le calife Omar accepta cette demande. Cependant, plus tard les musulmans assouplirent les règles et les Juifs eurent l’autorisation d’entrer dans la ville et de s'installer avec le reste de la population. Le calife Omar a également assuré le dirigeant chrétien que les chrétiens ont leurs pleins droits en vertu de la règle musulmane et qu'ils ne seraient pas lésés en aucune façon. Ils bénéficient d'une protection complète spécifiquement basée sur les lois islamiques. Les dirigeants musulmans qui suivaient le calife Omar comprirent la noblesse de Jérusalem dans le cœur des juifs et des chrétiens, et donc les trois religions ont commencé à pratiquer leurs croyances librement à Jérusalem.

Au fil du temps, de nombreux chercheurs appartenant aux trois religions s'installèrent à Jérusalem. Pour les musulmans, Jérusalem, en particulier la mosquée Al-Aqsa, est devenue une plaque tournante importante de l'apprentissage. Il était aussi devenu commun pour les musulmans de mentionner dans leur testament le désir d'être enterré à Jérusalem. C'est l'une des raisons pour lesquelles il y a des milliers de tombes musulmanes à Jérusalem. Plus tard, les dirigeants musulmans, construisirent aussi de nombreuses écoles, des centres religieux et hôpitaux à Jérusalem. De vastes zones de terres furent aussi achetées et dédiées à des activités religieuses.


Notes :
[1] Omar était le deuxième calife de l’Islam après Abu-Bakr al-Siddiq. Abou-Bakr était le premier Calife musulman (dirigeant), nommé après la mort du Prophète Muhammad.
[2] Le Levant comprend le Liban, la Syrie, la Jordanie et l'Irak. Parfois Chypre, le Sinaï et Israël sont également inclus. L'Institut d'Archéologie décrit le Levant comme le «carrefour de l'Asie occidentale, la Méditerranée orientale et Afrique du nord."
[3] En général, les évêques de haut rang dans l'Église orthodoxe orientale, et l'Église catholique romaine, sont appelés patriarches.
[4] Ali est devenu le calife après le règne de Othman, qui à son tour est devenu le calife après l'assassinat de Omar.
[5] Al-Aqsa - http://muslimwiki.com
[6] Encyclopédie Nouveau Monde - http://www.newworldencyclopedia.org/