leral.net | S'informer en temps réel

Jeux Olympiques - Le CIO ouvre la porte à une attribution simultanée des JO-2024 et 2028

Le président du CIO, Thomas Bach, a annoncé vendredi la création d'un «groupe de travail» pour plancher sur l'attribution simultanée des Jeux Olympiques 2024 et 2028.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Mars 2017 à 11:10 | | 0 commentaire(s)|

Le Comité international olympique (CIO) a ouvert la porte vendredi à une attribution simultanée des Jeux Olympiques 2024 et 2028. Le but est de conserver, selon le président Thomas Bach, «les deux excellentes candidatures» de Paris et Los Angeles, deux villes pour le moment en course uniquement pour 2024.

Bach a annoncé la création d'un «groupe de travail» composé des quatre vice-présidents de la commission exécutive du CIO, à l'issue d'une réunion de cette commission à Pyeongchang, ville sud-coréenne hôte des JO d'hiver 2018.

Présentation des propositions au CIO en juillet
Ce groupe de travail, qui réunit notamment l'Australien John Coates ou l'Espagnol Juan Antonio Samaranch Junior, est chargé d'examiner des options concernant le processus d'attribution et présentera ses propositions lors d'une présentation des candidatures de Los Angeles et Paris aux membres du CIO en juillet prochain à Lausanne.

«Tout est sur la table. Aucune option n'est écartée. Cela inclut également les procédures de candidature pour 2024 et 2028», a commenté Thomas Bach.

Un ordre à définir
Evoquée depuis des mois, l'éventualité d'une double attribution des JO 2024 et 2028 lors de la 130e session du CIO en septembre prochain à Lima, est donc plus que jamais à l'étude, ce qui serait une façon de garantir à Paris et Los Angeles d'obtenir l'organisation des Jeux, en 2024 ou 2028.

Reste à voir dans quel ordre les JO pourraient être attribués. Paris comme Los Angeles répètent qu'elles ne sont candidates que pour 2024. Paris met en avant notamment un aspect symbolique, rappelant que 2024 marquera le centenaire des JO 1924 organisés dans la capitale française. Les deux candidatures arguent également que les garanties financières ne leur ont été accordées que pour cette édition.
AFP