leral.net | S'informer en temps réel

" Journée de prières" pour Gaïndé Fatma, samedi


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Mai 2014 à 14:18 | | 0 commentaire(s)|

" Journée de prières" pour Gaïndé Fatma, samedi
Les parents et disciples de Serigne Cheikh Mbacké dit Gaïndé Fatma, décédé en 1978 à l'âge de 65 ans, se souviendront de lui lors d'une "journée de prières" prévue samedi au quartier Sicap Grand-Dakar, a appris l’APS de sa famille. Ce sera l’occasion pour eux de revenir sur la vie et l’œuvre de ce chef religieux qui a, de son vivant, travaillé au "rayonnement du mouridisme" et à "l’unité de la Oumma islamique", selon son fils Serigne Alioune Mbacké. "Serigne Cheikh Mbacké est une figure religieuse, qui a marqué son époque par son engagement pour l’islam, ses actions en faveur du rayonnement du mouridisme et sa dimension politique. Cette journée de prières sera l’occasion pour nous de revenir sur les différentes facettes de son œuvre", a expliqué Modou Mamoune Diop, disciple du défunt chef religieux et membre du comité d’organisation de la manifestation. Le khalife général des tidjanes, Cheikh Ahmad Tidiane Sy "Al Maktoum", est le parrain de la manifestation. "Au-delà de la communion des mourides et des tidjanes, le choix porté sur Cheikh Ahmad Tidiane Sy s’explique par sa ressemblance avec Gaïndé Fatma, sur les plans religieux et politique", a indiqué Modou Mamoune Diop. Il est revenu sur la vie de Serigne Cheikh Gaïndé, en rappelant que ce dernier "avait produit un document synthétisant ses multiples rencontres avec les autorités politiques et religieuses du Sénégal et de la sous-région, dans le cadre de ses actions visant l’unité des musulmans". Selon lui, Serigne Cheikh Mbacké a visité de nombreux pays: de l’Arabie Saoudite aux Amériques, en passant par la Syrie, le Liban, le Maroc, l’Irak, la Jordanie, le Pakistan, l’Egypte, la France et d’autres pays d’Europe. "Ses actions visaient l’unité de la communauté musulmane. Il a créé la Fédération des groupements religieux et culturels de Cheikh Ahmadou Bamba, la première organisation religieuse légalement constituée au Sénégal", a déclaré M. Diop. Serigne Cheikh Mbacké dit Gaïndé Fatma naquit en 1913. Il fut baptisé par son grand-père Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927), le fondateur de du mouridisme, qui lui donna son propre nom. Il fut envoyé par son père, Serigne Mouhamadou Moustapha Mbacké (1886-1945), chez le grand-père Serigne Makhtar Allé Lô, à Tindoly, puis à Touba, chez Serigne Modou Mokhtar Dieng, qui se chargera de son éducation. Gaindé Fatma se rendra plus tard en Mauritanie, pour se perfectionner en littérature, en théologie et au "tadjwid". La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (RADDHO) avait organisé une "cérémonie nationale d'hommage" à Gaïndé Fatma, en mars 2006, à Dakar. Alioune Tine, qui dirigeait la RADDHO à l’époque, avait rappelé la dimension politique du défunt chef religieux: "Si vous voulez travailler sur le multipartisme au Sénégal, vous ne pouvez pas contourner Gaïndé Fatma, parce qu'il a travaillé avec beaucoup de leaders de l'opposition." Aussi avait-il loué le "travail qu'il a fait pour comprendre le développement de la démocratie sénégalaise (...) le secteur privé et les hommes d'affaires au Sénégal". Et pourtant, "pas de rue qui porte son nom, aucun édifice non plus. C'est un scandale, une injustice, et il faut y mettre un terme", avait déclaré Alioune Tine. APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image