Leral.net | S'informer en temps réel

Journée mondiale de lutte contre le Sida: 25 millions de morts mais baisse des infections en huit ans

Rédigé par Dor Fayou le 1 Décembre 2009 à 11:17 | Lu 468 fois

Quelque 25 millions de personnes sont mortes du sida depuis l'apparition de la maladie et 60 millions ont été infectées, mais le nombre de nouvelles infections a baissé de 17% ces huit dernières années grâce surtout à la prévention, selon un rapport de l'Onusida rendu public quelques jours avant la Journée mondiale de lutte contre le Sida.


Journée mondiale de lutte contre le Sida: 25 millions de morts mais baisse des infections en huit ans
Quelque 25 millions de personnes sont mortes du sida depuis l'apparition de la maladie et 60 millions ont été infectées, mais le nombre de nouvelles infections a baissé de 17% ces huit dernières années grâce surtout à la prévention, selon un rapport de l'Onusida rendu public quelques jours avant la Journée mondiale de lutte contre le Sida.

"Depuis le début de l'épidémie, près de 60 millions de personnes ont été infectées par le VIH et 25 millions de personnes sont décédées de causes liées au VIH", indique le rapport annuel de l'organisme onusien, établi en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et présenté à Shanghai.

En 2008, environ deux millions de personnes sont mortes.

Cependant, s'est félicité lors d'une conférence de presse le directeur exécutif de l?Onusida, Michel Sidibé, le nombre d'infections a baissé de 17% en huit ans alors que "la plupart des progrès s'observent en Afrique subsaharienne".

"La bonne nouvelle, c?est que nous avons des preuves que les baisses que nous observons sont dues, au moins en partie, à la prévention", a-t-il dit.

"La maladie est entrée dans une phase plus endémique, plus stable", a indiqué, pour sa part, devant la presse à Genève Paul de Lay, directeur exécutif adjoint.

L'Afrique subsaharienne demeure la région du monde la plus touchée avec plus des deux tiers (67%) de l'ensemble des personnes vivant avec le VIH et près des trois quarts (72%) des décès liés au sida en 2008, selon les données collectées par Onusida. Le Swaziland était toujours en 2007 le pays le plus infecté au monde, avec un taux de prévalence du VIH de 26% dans la population adulte.

Cependant, depuis 2001, le nombre des nouvelles infections en Afrique subsaharienne a baissé de près de 15%, "ce qui représente environ 400.000 infections de moins en 2008", a précisé l'Onusida.

Conséquence de l'efficacité des thérapies anti-rétrovirales, les personnes infectées vivent plus longtemps et "il y a davantage de personnes infectées par le VIH que jamais" (environ 33,4 millions de porteurs du VIH dans le monde).

Ainsi, le nombre de décès dus au sida a décliné de plus de 10% au cours des cinq dernières années. Selon les statistiques de l'Onusida et de l'OMS, près de 3 millions de vies ont été sauvées depuis qu'un traitement efficace est devenu disponible en 1996.

De même, la thérapie a eu un "impact considérable sur la prévention des nouvelles infections chez les enfants" en empêchant environ 200.000 infections de la mère à l'enfant en 2001.

Cependant, les modes de transmission de la maladie évoluent dans certaines régions du monde sans que les campagnes de prévention ne s'adaptent, déplore l'Onusida qui relève que peu de campagnes s'adressent aux personnes de plus de 25 ans, aux couples mariés ou stables.

"Par exemple, l'épidémie en Europe orientale et en Asie centrale, qui se caractérisait auparavant par la consommation de drogues injectables, se propage désormais aux partenaires sexuels des personnes qui s'injectent des drogues", explique l'Onusida.

"De même, dans certaines parties de l'Asie, l'épidémie autrefois alimentée par une transmission du virus par le biais du commerce du sexe et de la consommation de drogues injectables affecte de plus en plus les couples hétérosexuels".

De nouvelles stratégies de prévention sont indispensables alors que 7.400 nouvelles infections sont enregistrées chaque jour. "A chaque fois que nous commençons à soigner deux personnes, cinq autres sont infectés", a relevé M. Sidibé.


1.Posté par Le kankouran le 02/12/2009 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers internautes.

Je reviens sur un problème récurrent. Wade veut à tout prix savoir ce qui s'est passé à l'immeuble Tamaro, où son fils chéri et unique a failli être pris dans les flammes. Hormis la négligence coupable dé l'épineux problème du Sida dont une politique très avisée avait été conçue avant son arrivée au pouvoir et dont il n'a rien fait pour combattre le fléau de manière visible, le cas des traîtres comme Abdourahim Agne qui sont ses compagnons, ou les pratiques magiques de l'homme comme largement relaté dans la toile ces temps derniers et reconduit dans ce site etc.etc, je crois que nous devons constamment réfléchir ensemble, sur les causes qui font que l'homme Wade ne voit que son fils partout et nous donne là, des raisons de plus pour le chasser du pouvoir d'abord, avant d'avoir le plaisir non feint, de le juger pour le condamner ensuite.

Ainsi, que Wade cherche à tout prix à savoir exactement ce qui s'est réellement passé dans cet immeuble où son fils unique a failli laisser sa peau dans les flammes, quoi de plus normal ? C'est de bonne guerre et c'est même normal, tant il n'a fait qu'accomplir le plus vulgaire de ses devoirs de père. Mais s'il est le père de Karim comme il le fait savoir tous les jours à toute la terre, n'est-il pas devenu, en se faisant élire Président de la République du Sénégal, le responsable suprême de tous les sénégalais et partant, le père ne serait-ce que spirituel, de tous les autres Sénégalais du moins en principe ?

Or comment comprendre qu'il ne mette pas le même empressement, la même volonté et la même détermination, à traduire devant la justice les bourreaux de Talla Sylla, les saccageurs de Walf, les assassins de Me Seye, ceux qui aujourd'hui dans le Sénégal de l'alternance, tuent sauvagement et découpent leurs victimes, comme un animal qu'on morcelle dans l'intention d'en ventre les parts aux plus offrants ?

A regarder la chose de plus près, on dirait que son fils Karim vaut tous les sacrifices de sa part, dépasse en valeur intrinsèque tous les autres Sénégalais et que rien, mais alors rien, ne devait jamais lui être hostile ou contrevenant, du vivant de son saint père.

Ainsi, à la guerre comme à la guerre , ne devons-nous pas nous aussi, à mesure que les élections de 2012 pointent du nez à l'horizon,nous nous unir pour nous attendre à tout, de cet homme qui constamment veut une chose et son contraire et qui n'a honte de rien ?

Mais nous devons restés vigilants et unis. Vigilants car comme le dit justement un autre internaute quelque part dans ce site , même la venue de Macky Sall à l'opposition peut s'avérer un piège mortel, tant cet homme en son temps, savait que Wade avait utilisé Idrissa Seck pour une telle basse besogne. Pour ma part, moi le Kankouran, j'ai toujours conseillé à Bennoo de faire très attention à cet homme qui, comme les autres, peut facilement jouer double-jeu comme le faux dévot d'Idrissa Seck, qui utilise le Coran à tout va pour berner le peuple.

C'est pour toutes ces raisons, que je crois très sincèrement, qu'à l'instar de Wade qui fait tout pour son fils, nous devons nous aussi tout faire, pour sauver ce qui constitue pour nous le seul trésor que nous lèguerons demain à nos enfants: le Sénégal.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site