Leral.net | S'informer en temps réel



Journée noire dans les Hautes-Alpes: cinq morts en montagne

le 2 Avril 2015 à 01:17 | Lu 244 fois

Journée noire dans les Hautes-Alpes: cinq morts en montagne

Cinq skieurs ont péri mercredi dans deux accidents de montagne dans les Hautes-Alpes: deux Autrichiens et un Italien dans une avalanche dans le massif des Ecrins, parmi un groupe d'étrangers dont un autre membre a été grièvement blessé, et deux qui ont dévissé dans le Dévoluy.

La victime grièvement blessée, un Autrichien, était en état "d'urgence absolue" et son pronostic vital était engagé, avait indiqué dans un premier temps la préfecture. Evacué en hélicoptère vers l'hôpital de Grenoble, il faisait toujours l'objet d'examens, notamment de scanner, dans la soirée, a précisé à l'AFP le parquet de Gap.

Des vérifications d'identité, toujours en cours, ont permis de déterminer que l'une des victimes décédées était de nationalité italienne, contrairement à un premier bilan évoquant trois Autrichiens.

L'avalanche s'est déclenchée mercredi vers 15H00, sous le col Émile Pic, à plus de 3.000 mètres d'altitude, sur la commune de Pelvoux. Les quatre victimes faisaient partie d'un groupe de dix skieurs étrangers, encadrés par un guide, dont on ignore encore s'il figure parmi les victimes.

Les sept autres personnes, qui n'ont pas toutes été emportées par la coulée de neige, ont été mises en sécurité au refuge des Ecrins, a indiqué le directeur départemental du Service départemental d?incendie et secours (SDIS), le lieutenant-colonel Patrick Moreau.

De nombreux secouristes aidés d'hélicoptères ont été dépêchés sur place: 24 secouristes des PGHM de Modane, Briançon et du Versoud avec leurs chiens, ainsi qu'une trentaine de sapeurs-pompiers des Hautes-Alpes. Mais le vent soufflant à plus de 80 km/h sur les lieux de l'avalanche compliquait leur tâche.

"Les secouristes font des levées de doute mais il n'y a pas de signe qu'il y ait d'autres personnes sous l'avalanche", a souligné M. Moreau.

- Risque "marqué" de 3 sur 5 -

"Il y avait beaucoup de vent et avec la neige de Pâques, c'est une neige très lourde et nous avons eu, comme ça s'est passé en janvier, une plaque à vent qui a malheureusement emporté les skieurs", a déclaré sur Europe 1 le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, qui s'est rendu sur les lieux.

Le risque d'avalanche était "marqué", avec un risque de 3 sur une échelle de 5, mercredi sur tous les massifs des Hautes-Alpes.

Un peu plus tôt dans la journée, dans ce même département, deux randonneurs à ski ont été retrouvés morts dans le massif du Dévoluy, au lieu-dit "Les Aiguilles du Mas" à Saint-Disdier.

Selon le préfet, ces skieurs de randonnée ont très certainement dévissé. "Ils ont chuté et sont décédés", a-t-il dit à l'AFP.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a exprimé sa vive émotion après cette avalanche meurtrière.

Depuis le début de la saison de ski, les avalanches avaient déjà coûté la vie à 31 personnes au cours de 23 accidents, majoritairement lors de randonnées à ski ou en hors-piste, selon un décompte de l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (Anena). Avec l'avalanche de mercredi dans les Hautes-Alpes, le bilan monte à 34 morts.

L'accident le plus meurtrier s'est produit le 24 janvier dans le village de Ceillac, dans le massif du Queyras, déjà dans les Hautes-Alpes. Une cordée de six skieurs expérimentés avait été retrouvée ensevelie par une des avalanches les plus meurtrières dans les Alpes françaises ces dernières années.

Chaque hiver, la montagne fait une trentaine de victimes. La saison dernière avait été moins funeste avec 21 personnes décédées.



Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage