leral.net | S'informer en temps réel

Kaolack : Ibou Sané libre dans 5 mois, après 3 ans trois de prison pour trafic de yamba

Ibou Sané, emprisonné depuis le 30 septembre 2009 pour trafic de yamba (chanvre indien), va recouvrer la liberté dans cinq mois, après sa condamnation, jeudi par la cour d’assises de Kaolack, à 3 ans de prison ferme, assortie du paiement d’une amende de 180.000 FCFA.


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Avril 2012 à 17:41 | | 0 commentaire(s)|

Kaolack : Ibou Sané libre dans 5 mois, après 3 ans trois de prison pour trafic de yamba
La cour d’assises, présidée en sa troisième séance par le magistrat Pape Malick Sanokho, assisté des assesseurs Abdoulaye Ba et Babacar Diouf, a disqualifié l’accusation de trafic de chanvre indien en tentative d’offre et de cession en vue d’une consommation personnelle, d’où Ibou Sané a écopé de 3 ans de prison.

‘’Coxeur’’ (rabatteur) de son état, Ibou Sané, 34 ans, avait été appréhendé en septembre 2009 à Keur Ayib (Kaolack) par l’unité de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants, au moment où il avait sur lui en détention un sac en plastique contenant 3 kilogrammes 50 grammes de chanvre indien.

Ibou Sané se trouvait dans un car de transport interurbain appelé ‘’Ndiaga Ndiaye’’, parti de Ziguinchor pour rallier Dakar.

L’accusé qui a reconnu les faits à la barre a affirmé avoir été tenté de vendre le chanvre indien pour faire face aux frais médicaux de son épouse.

En vendant de la drogue pour venir en aide à sa femme malade, l’accusé crée d’autres problèmes et cela est préjudiciable, a soutenu l’avocat général Cheikh Bamba Niang.

Tout en demandant à la cour de lui accorder des circonstances atténuantes du fait de son statut de délinquant primaire, il a requis une peine d’emprisonnement ferme de 5 ans et une amende équivalant au triple de la valeur de la marchandise saisie.

’’C’est vrai qu’on ne doit pas soigner sa famille par un mal fait aux autres’’, a soutenu Me Ibrahima Ndiéguène de la défense qui a reconnu que son client s’était momentanément égaré et le regrette.

’’Mon client qui s’est amendé mérite de larges circonstances atténuantes’’, a dit Me Ndiéguène qui a appelé la cour à disqualifier les faits en offre ou cession en vue d’une consommation personnelle et de condamner l’accusé à la peine qui plaira à la juridiction.

La Cour d’assises lui a infligé en définitive une peine 3 ans de prison ferme, plus le paiement d’une amende de 180.000 FCFA. Vu que l’accusé était en prison depuis septembre 2009, il sera libre dans cinq mois.


SOURCE:APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image