leral.net | S'informer en temps réel

Kaolack : levée de boucliers contre l’interdiction de la mendicité des enfants dans la rue

Les membres de la communauté musulmane de Léona Niassène (Kaolack) se sont insurgés contre la mesure du gouvernement visant à interdire la mendicité des enfants dans la rue, invitant plutôt ‘’les gouvernants à accompagner les daaras, seule alternative pour la restauration des valeurs’’.


Rédigé par leral.net le Dimanche 10 Mars 2013 à 12:47 | | 5 commentaire(s)|

Kaolack : levée de boucliers contre l’interdiction de la mendicité des enfants dans la rue
Tout au long d’une série de conférences qui a marqué, samedi, la Ziarra annuelle de Léona Niassène, marabouts et islamologues ont défendu les daaras, ''victimes, selon eux, d’une politique de diabolisation de la part de part des autorités’’ depuis l’incendie qui s’est déclaré à La Médina, faisant neuf morts dont sept talibés.

‘’Je suis étonné que le gouvernement veuille prendre des mesures contre la mendicité, alors que les véritables mendiants sont nos gouvernants. Ils mendient auprès des institutions financières. L’objectif de nos autorités est de stigmatiser et de diaboliser les daaras, mais c’est peine perdue’’, a clamé Sidy Lamine Niasse, frère du khalife de Léona Niassène, l’un des conférenciers.

‘’L’Islam n’a jamais offensé, mais il a toujours résisté face à l’offensive. Les écoles coraniques ont produit de grands modèles dans ce pays, ce serait maladroit de les diaboliser. Il y a une sorte d’acharnement exercé sur les daaras de la part de l’autorité politique’’, a estimé le patron du Groupe Walfadjri.

Pour le premier conférencier Mouhamed Boukar Niang, le Sénégal gagnerait plutôt à procéder à ''une utilisation intelligente'' des ressources humaines produites par les daaras.

‘’Il ne doit plus être question de continuer de nous référer à des œuvres produites par des Occidentaux, alors que nos marabouts constituent de véritables modèles pour les générations actuelles et futures’’, a-t-il estimé, plaidant pour ‘’une intégration de l’œuvre des figures religieuses dans le corpus pédagogique du pays’’.

‘’L’école française a formé de grands cadres depuis son installation au Sénégal, mais nous n’arrivons pas à voir le bout du tunnel. C’est parce que nos programmes pédagogiques manquent de soubassement islamique. Seul l’Islam peut nous offrir une autre alternative’’, a estimé Sidy Lamine Niasse devant de nombreux de fidèles.

Les conférenciers se sont accordés sur le fait que les écoles coraniques ont produit de grands modèles dans ce pays.

‘’Des pays comme la Malaisie, l’Indonésie, l’Iran, la Turquie, entre autres nations plus ou moins émergentes, ont su tirer leur épingle du jeu du développement en se basant sur un projet de société adossé sur l’Islam. Cela prouve largement que les daaras peuvent constituer une panacée contre la crise des valeurs et le renversement moral’’, a expliqué Sidy Lamine Niasse.

La communauté musulmane de Léona Niassène (Kaolack) a célèbré sa Ziarra annuelle, samedi. Plusieurs disciples tidianes en provenance du Sénégal et de l’étranger ont pris part à cette manifestation religieuse. Une série de conférences, des séances de Zikr et d’autres prêches étaient au menu de cet évènement religieux.


APS



1.Posté par Maevacoly le 10/03/2013 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais moi ceux qui m étonne c est que tous ceux parlent la . Leurs enfants ne sont pas dans les rues entres de mendier.ils sont dans les écoles de l état entrés d étudier . Tous des hypocrites .

2.Posté par pap le 10/03/2013 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quid du silence complice des marabouts pendant les 12 ans de Wade? Ne mélangeons pas les choses! Le printemps arabe nous montre où tout celà peut mener. Une république laique bien dirigée par les compatriotes qu' il faut doit rester l' objectif!

3.Posté par schwarzeraal le 10/03/2013 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une facon de faire de ces enfants leurs prochaines victimes comme nos politiciens qui profitent de l´ignorance de millions de senegalais pour tout se permettre.la mendicité n´est pas un metier ,elle n´assure pas l´avenir de ces gosses qui adultes resteront toujours les esclaves de de ces marabouts .voila les avantages qu´ils veulent conserver. envoient ils leurs enfants et petits enfants mendier dans les rues? non.

4.Posté par moulass le 10/03/2013 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sidy Lamine, ta gueule ! Tes enfants sont ils dans les daaras ? Sont-ils des mendiants ? Sur que non !

5.Posté par Ahmadou le 10/03/2013 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sidy tes enfants étudient à Paris. Ton chantage ne prendra pas. On interdit la mendicité comme en Arabie Saoudite, pas les daaras.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image