leral.net | S'informer en temps réel

Kara hausse le ton: «Guissouma loufi diar fayanto ak goukhi lékh»

Le «Général Kara» défend ses hommes que l’Etat ne veut plus voir en uniforme. Faisant une revue des troupes hier, devant son domicile, le leader du Pvd pense que le Président Macky Sall et son gouvernement n’ont pas saisi le vrai sens de son «armée de la paix».


Rédigé par leral.net le Lundi 19 Mai 2014 à 18:50 | | 17 commentaire(s)|

C’est une cérémonie aux allures de revue des troupes. Serigne Modou Kara Mbacké a rassemblé hier, dans le terrain de basket qui fait face à sa demeure sise à Mermoz, les membres de «Kara sécurité» ; lesquels étaient dans le viseur de l’Etat. En effet, le marabout a été récemment auditionné à son domicile par la police

qui lui demandait de mettre fin au port d’uniforme de ses «lieu- tenants». Préparant sa troupe à la commémoration du magal de Darou, Kara en a profité pour lancer des piques à l’Etat du Sénégal. «Guissouma loufi diar fayanto ak goukhi lékh. (Ndlr : Je ne vois pourquoi être si arrogant et rancunier)», a dit le «Général», comme le surnomment ses disciples.

Selon lui, les autorités n’ont pas décodé le sens spirituel de «cette armée de la paix». «Si l’Etat et Macky Sall savaient qui vous êtes ! Je ne vais pas répondre à des gens qui n’ont pas compris. Celui qui n’a pas compris il ne faut pas lui en vouloir, il faut prier pour lui», ajoute-t-il.

Avant de mettre en garde, en wolof, ceux qui seraient tentés de déclarer la guerre aux «soldats de la paix». «Nous sommes une armée sans arme. Lolou kouko diéma dindi dingako guiss (Ndlr : Quiconque cherchera à l’empêcher verra). On gagnerait plutôt à chercher mon amitié.»

S’agissant par contre des élections locales auxquelles sa formation politique le Parti pour la vérité et le développement (Pvd) participera, Kara appelle ses disciples à la «sérénité» et à «l’esprit de dépassement». «Les élections doivent se passer dans la discipline. Je ne veux pas vous entendre dans des scènes de violence», prodigue le guide religieux.

Faisant allusion, par ailleurs, à la polémique que suscite la liste non paritaire de Touba, il invite les différentes parties en conflit sur la question à «se référer à Médine», c’est-à-dire à la loi divine. Une manière pour lui de rappeler que Touba est une ville religieuse qui a sa particularité qui est le legs du fondateur du mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba, qu’elle garde jalousement.

D’après son porte- parole, Seydou Bamba Diop, «Kara a toujours prôné un statut spécial pour Touba».

Le Quotidien

Le titre est de la rédaction






Hebergeur d'image