leral.net | S'informer en temps réel

Karim Wade est libéré et après ? - Par Mamadou Moustapha Fall


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Juin 2016 à 11:30 | | 5 commentaire(s)|

Karim Wade est libéré et après ? - Par Mamadou Moustapha Fall
Oui Karim Wade est gracié. « Le pardon couronne la grandeur », affirmait Hazrat Ali. En signant le décret 2016-880 du 24 juin 2016 libérant Karim Wade et Cie, le Président Macky Sall étale encore une fois toute sa grandeur et tout son sens du pardon. Par cet acte courageux, il montre à la face du monde qu’il sait faire œuvre d’humanisme et de tolérance. Le Sénégal est un pays dans lequel la concorde, la noblesse des sursauts et l’esprit de dépassement sont bien ancrés. Pour le Sénégalais – et c’est une tradition – l’important c’est de s’habituer à passer l’éponge.

Il faut signaler que le pardon du Chef de l’Etat est loin d’être un calcul comme le prétendent certains fossoyeurs de la paix. Faut-il préciser que dans ce cas-ci, le décret 2016-880 est très clair : « Cette mesure dispense seulement les condamnés de subir la peine d’emprisonnement restant à courir. » Autrement dit, « les sanctions financières contenues dans la décision de justice du 23 mars 2015 et la procédure de recouvrement déjà engagée demeurent. »

A travers cette affaire Karim Wade trois leçons se dégagent :
- la prévarication des ressources publiques, la corruption, la concussion et l’enrichissement illicite ne vont plus rester impunis du fait d’un arsenal juridique efficace ;
- l’indépendance de la justice est une réalité indéniable : le Président Macky Sall n’a aucunement – et ceci dans tout le processus – interféré dans les affaires judiciaires, laissant le procès aller jusqu’à son terme ;
- le Président de la République, dans le domaine de la préservation de l’intérêt national, n’a jamais cédé et ne cèdera jamais à aucune pression.
Karim est libéré, et après ? La vie ne s’arrête pas bien sûr à cette affaire. Il n’y a pas à polémiquer sur une prérogative présidentielle consignée dans notre loi fondamentale. Et comme le dit avec raison Sarra Paddison, « un pardon sincère n’attend pas d’excuses ». Le Président, en toute lucidité, a pris la décision qu’il considère la meilleure. La page est tournée. Au moment où une certaine opposition malveillante rue dans les brancards, le Président Macky Sall continue, lui, dans sa marche inexorable vers l’objectif noble qu’il a en ligne de mire : l’émergence du Sénégal.

Dans son souci de s’acquitter correctement de la mission qui lui est confiée par le peuple souverain, le Président Macky Sall pose régulièrement des actes révolutionnaires qui ont permis aujourd’hui à notre pays de faire des avancées considérables dans la démocratie, la sécurité sociale, la diplomatie, l’autonomisation des femmes, l’employabilité des jeunes, la formation, les infrastructures, etc. Le tout avec l’inclusion comme ligne de conduite. Comme le disait Aristote, « le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous ». Ne nous détournons pas de l’essentiel qui est la construction d’un avenir radieux pour notre pays au bénéfice de tous. Tournons la page des querelles et invectives inutiles. Nous avons un héritage à laisser aux générations futures. Quel pire héritage que la rancune et les inimitiés !

Mamadou Moustapha FALL,
Coordonnateur de la Cric (Cellule républicaine
d'Information et de Communication)






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image