leral.net | S'informer en temps réel

Khalifa menace Macky

Il a battu Mimi Touré à Grand-Yoff et Benno bokk yaakaar à Dakar. Par cette victoire écrasante dans la capitale, qui représente le 1/3 de l’électorat national, Khalifa Sall constitue une sérieuse menace pour le Président Macky Sall à la prochaine Présidentielle, réduit les chances de Idrissa Seck d’être le 5ème Président et ravit le statut de l’opposition au Parti démocratique sénégalais.


Rédigé par leral.net le Lundi 30 Juin 2014 à 18:30 | | 10 commentaire(s)|

Khalifa menace Macky
Taxawu Dakar s’impose dans la capitale sénégalaise. Et Khalifa Sall aussi s’impose contre Mimi Touré puis s’ouvre un boulevard pour la Présidentielle. Cette raclée du maire de Dakar sortant ne se limite pas en réalité aux Locales. Le Socialiste confirme qu’il est en même temps un potentiel présidentiable pour 2017 ou après. Il dégage l’air d’un candidat local mais aux ambitions présidentielles certaines et ce, au nez et à la barbe de celui qui était prédestiné au poste d’un 5ème présidentiable, Idrissa Seck.

Le maire de Thiès, après avoir échoué dans le pari d’être le 4ème Président, semble avoir cédé la place, même s’il reste le maî(t)re incontestable de son fief. Lorsque, un peu partout à Dakar en tout cas, Rewmi s’allie avec Taxawu Dakar, donc accepte d’être derrière Khalifa Sall, c’est politiquement réaliste, mais c’est aussi là une voie tracée au vainqueur de Mimi Touré à Grand-Yoff pour monter sur le podium de l’opposition.

C’est inédit ! Le principal opposant de Macky Sall est dans «son propre camp», c’est-à-dire dans sa coalition présidentielle. Même si Khalifa Sall a toujours été contre ce qu’il appelle une «coalition souppou kandja (fourre- tout)».

Il vient ainsi retirer au Parti démocratique sénégalais son statut d’«opposant naturel» que lui avait conféré sa défaite du 25 mars 2012 et ses résultats aux Législatives du 1er juillet de la même année. Si Khalifa Sall est la menace pour Macky Sall au prochain rendez-vous présidentiel c’est parce que, comme l’ont admis nombre des candidats de Benno bokk yaakaar battus à Dakar, c’est plus sa personne et son bilan qui ont joué pour ces élections.

Il se trouve que le message est clair : voter Taxawu Dakar qui est partout dans la capitale, c’est voter Khalifa Sall qui, pourtant, n’est candidat qu’à Grand Yoff. Et voilà pourquoi l’homme est une véritable menace pour le patron de l’Alliance pour la République et de la majorité présidentielle.

CANDIDAT ‘’NATUREL’’ DU PS

Et si le congrès du Parti socialiste s’était tenu après les Locales ! Ce score salvateur du maire de Dakar aurait été une grosse contrainte pour Ousmane Tanor Dieng puisque son camarade aurait eu plus de légitimité pour diriger le parti. Et en ce moment, peut-être qu’il n’y aurait pas eu cette «coalition» entre les deux pour écarter Aïssata Tall Sall. Mais qui a gagné d’ailleurs ? Khalifa Sall ou le Parti socialiste pour ces Locales ? L’on se serait trompé de croire que, grâce au chargé de la Vie politique, que le Ps s’est ressuscité, étant entendu que Taxawu Dakar est justement une mayonnaise de plusieurs partis de Benno bokk yaakaar derrière un maire consensuel, le seul qui a appliqué le programme de Benno siggil senegaal comme le soulignait Abdoulaye Bathily.

BBY PERDUE PAR SON ESPOIR

Moustapha Diakhaté avait pourtant vu juste en plaidant pour un autre mandat de Khalifa Sall. Quand un tel réalisme provient d’un conseiller municipal de l’Apr à Dakar et qui juge le bilan de son maire «excellent», il n’y avait de quoi chercher l’humiliation. Même dans sa sortie au vitriol, propos de campagne bien sûr, contre Khalifa Sall, le coordonnateur du Comité électoral de Bby avait encore applaudi un «bon bilan» du maire de Dakar. Macky Sall aussi avait pourtant, de son côté, vu venir un tel scénario en ordonnant à ses «gourmands candidats» de laisser passer ceux qui sont les mieux placés.

KHALIFA, MAÎ(T)RE DE DAKAR

Cette fois-ci, à Dakar, la victoire n’a pas plusieurs pères. Elle n’en a qu’un seul. Il s’appelle Khalifa Ababacar Sall. Il est le chouchou des Dakarois. Il emporte dans sa vague le Pm Mimi Touré et toute sa compagnie de ministre (Seydou Guèye) et ministres d’Etat (Mbaye Ndiaye et Marième Badiane). Malgré l’appui du beau-frère du Président, Adama Faye, à son adversaire.

Ayant en bandoulière sa sérénité, son humilité, le culte du résultat (satisfecit de l’Armp et de la Cour des comptes) et un discours de vérité mettant en avant l’art du possible -pour dévaliser le doyen socialiste et président de l’Iaaf, Lamine Diack- Khalifa Sall montre à Mimi qu’il a tété au bon sein politique et n’a pas peur de l’épouvantail de l’audit. Parce que conscient d’avoir déjà accompli son devoir de maire. Au Président Macky Sall d’en tirer toutes les conséquences politiques. Aucun autre choix ne s’offre à lui que le sabre. Des têtes vont être coupées.

Le Quotidien






Hebergeur d'image