leral.net | S'informer en temps réel

Khombole : L’espérance déçue

« La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents. » Mohandas K. Gandhi


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Novembre 2015 à 09:34 | | 4 commentaire(s)|

Bien qu’acteur de la scène politique, je me suis tenu à l’écart des analyses de la gestion des affaires communales par respect au choix des populations à l’issue des Locales de 2014 mais aussi eu égard au principe d’accord d’un délai de grâce à la nouvelle municipalité comme le recommande la morale politique. Mais toute chose ayant une fin, le contexte actuel de la ville me pousse à partager ma modeste part de diagnostic clinique de la situation de Khombole qui m’avait paru être dans un tournant décisif de son développement avec l’élection d’une nouvelle équipe dirigeante. Un tournant important qui exige de la rupture et de nouvelles orientations pour changer la face peu reluisante de notre chère Commune. Certes, de nouvelles orientations on en a assisté, mais pas dans le sens positif pour la collectivité.

C’est d’ambiancer les nuits de séances de tam-tam et événements anodins dans la ville, faire l’apologie de la transhumance : « J’ai transhumé c’est parce que c’est dans l’air du temps. (cf. le journal L’OBS n°3594 du 14 septembre 2015.) Quel grand déshonneur pour quelqu’un qui se targuait auparavant des capacités et de la grandeur de son ex mentor dont il disait « Si j’étais une femme, je le prendrais comme époux ». Raison politique ou manque d’imagination pour tirer Khombole de l’ornière ! En tout cas, il nous parait avoir perdu la voie droite et l’esquisse de sillon pour tracer sa voie pour le bénéfice de Khombole demeure invisible. Néanmoins, il ne pouvait actuellement en être autrement après l’échec des fameuses cotisations qui seraient cogérées par lui et un citoyen honorable tiré au volet parmi ses contributeurs dans un compte privé.

En parlant de l’ambiance, la municipalité, en jouant les prolongations jubilatoires de la victoire à la Pyrrhus du 29 juin 2014 consacrée par l’installation du 16 juillet 2014, s’est engouffrée dans une brèche lors de la finale Coupe du Maire de la même année pour chanter ses réalisations en cent (100) jours de pouvoir. Une publication qui a été un navet pour nous tous et ce, pour une raison simple. Vous ne nous avez pas sorti des sentiers battus. Tout ce qui y est dit relève de l’ancienne équipe et du passage d’une caravane national de « set sétal » sous la direction du Ministère des Collectivités locales. Au demeurant au lieu de raviver l’espoir suscité par votre avènement au pouvoir, vous avez rendu certains même nostalgiques du règne de votre prédécesseur. Rien n’a changé. Et si vous êtes conséquents, vous devriez nous chanter vos réalisations concrètes en 480 jours d’exercice depuis votre installation.

Mon idée est que vous ne fêtez pas la jeunesse en ces circonstances actuelles dès lors qu’elle ne constitue pas une priorité pour vous. Mais, vous sacrifiez à une coutume : ambiancer et toujours ambiancer avec votre cour qui bouscule le protocole pour se faire voir. Messieurs, travaillez ! L’ambiance s’accommode mal au travail. Mais que dire si c’est du saupoudrage ? Quoi qu’il en soit avec cela, disons le pour le regretter : Khombole n’a pas derrière elle un destin pour le moment avec vous.

Mon idée est aussi que vous devrez être plus conscients de votre pari qui est de changer Khombole. En cela, vous êtes condamnés à vous débrouiller dans le contexte d’une communalisation universelle où les issues s’amenuisent dès lors que toutes ou la majorité des Collectivités se valent devant l’autorité et la rudesse des épreuves politico-administratives. La transhumance n’y peut rien. Peut être qu’elle peut amener des miracles. Mais sachez qu’ils arrivent composés d’imagination et de beaucoup d’efforts et non de mendicité devant le Chef au Palais ou devant son ministre non moins Coordonnateur départemental de parti. Et Gaston Berger de nous enseigner : « Demain ne sera pas comme hier, il sera nouveau et dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu’à inventer ». Donc Monsieur « l’intelligent », il vous faut plutôt de la méthode. Khombole est riche de ses fils, pétris de talents et débordants d’entregent. Ouvrez-vous à eux avant de compter sur les autres. Le potentiel non exploité est une forme de souffrance dit-on.


Yatma NDIAYE

Coordonnateur Bes Du Ñakk/Khombole

Courriel : yatm85@hotmail.com






Hebergeur d'image