leral.net | S'informer en temps réel

Kolda – Association de malfaiteurs et viol collectif: Une dame mariée s’échappe toute nue des mains de 5 gaillards qui commençaient à se relayer sur elle

L’OBS – S. Diao, une dame mariée, a échappé toute nue à 5 gaillards qui étaient en train de la violer à tour de rôle. L’odieuse scène de viol a eu lieu dans un bâtiment en chantier à Saré Moussa, un quartier de la commune de Kolda. Bouleversant !


Rédigé par leral.net le Samedi 22 Novembre 2014 à 12:32 | | 2 commentaire(s)|

Kolda – Association de malfaiteurs et viol collectif: Une dame mariée s’échappe toute nue des mains de 5 gaillards qui commençaient à se relayer sur elle
Dans sa situation, on ne sait pas si l’on doit dire heureusement ou malheureusement. Pour un viol collectif qui allait durer certainement des heures, suprême supplice auquel elle a échappé, le terme heureusement sied bien. Mais, pour avoir subi le… mâle deux fois avant de manquer les autres par pugnacité ou pure vélocité, le terme malheureusement n’est pas de trop. Quoiqu’il en soit, l’infortunée dame, S. Diao, a souffert le martyre. Et, elle doit son salut au manque de perspicacité de son troisième violeur (sur les 5) qui a pris beaucoup de temps pour ouvrir sa braguette et passer à l’acte. C’est ce laps de temps que la dame a exploité pour pouvoir se sauver. En toute vitesse, malgré son âge. Qui a parlé d’instinct de survie ?



15 préservatifs, un couteau, une machette, des perles de taille et une photo

L’odieuse scène de viol sur cette dame d’un certain âge s’est produite dans un bâtiment en chantier à Saré Moussa, un quartier de la commune de Kolda. Dans ce coin reclus et mal loti, deux conducteurs de moto-Jakarta, un ex-militaire et deux membres de la famille du propriétaire dudit bâtiment ont voulu se soulager sur S. Diao. Sûrement tenaillés par une forte libido qui leur brûle le machin, ils ont voulu assouvir leur désir sexuel. Mais de quelle manière ? En organisant une orgie. Et malheureusement, la dame S. Diao sera leur partenaire de quelques instants. Contre son gré… Puisqu’une fois échappée des mains de ses bourreaux, elle est partie, accompagnée de ses parents, déposer une plainte contre X pour viol collectif sur le bureau du commissaire Ousmane Diédhiou. Le chef de la police locale et ses hommes, qui se sont rendus sur les lieux, ont trouvé, entre autres objets, une boîte de condoms, contenant un restant de 15 préservatifs, un couteau, une machette, des perles de taille, en plus d’une photo. C’est ce cliché, reconnaît d’ailleurs le commissaire Diédhiou, qui a facilité la tâche à ses hommes, dans leur enquête. Car, dès le lendemain, les policiers ont mis la main sur les sieurs I. Barry et B. Diop. Deux jours après, un troisième individu, B. Barry, a été, lui aussi, mis aux arrêts. Et tout ce beau monde a été présenté devant le parquet de Kolda pour association de malfaiteurs et viol collectif.



Panique générale dans la maison voisine

La proie S. Diao est tombée dans le piège de ses prédateurs, sans se rendre compte de rien. Tout est allé normalement pour la dame, jusqu’à ce qu’elle soit prise poings et pieds maîtrisés. Ce jour-là, elle avait sollicité les services d’un Taxi-Jakarta pour se rendre à Bantagnuel (un quartier de la ville de Kolda). Arrivée à destination, le conducteur de la moto, au lieu de stopper, met la main sur l’accélérateur. Il poursuit son chemin, à vive allure, avant de prendre, en cours de route, un autre individu. Les deux prennent la dame en sandwich sur la moto et la conduisent de force dans une chambre du bâtiment en chantier de la famille de T. Diallo et K. Diallo, derrière l’hôpital Bécaye, au quartier Saré Moussa où les attendaient leurs acolytes.

Une fois à l’intérieur de la pièce, S. Diao a été séquestrée par cette bande de maniaques sexuels. Ils la déshabillent et commencent à la violer. Deux d’entre eux réussiront à tirer leur crampette. Mais S. Diao, qui ne se laisse pas faire, parviendra à se tirer d’affaire lorsque le troisième gars s’est mis à ouvrir sa braguette. Aidée par la lenteur du gars, S. Diao a filé, toute nue, en criant, avant de pénétrer dans une maison voisine où elle a créé une situation de panique générale. Secourue, elle a porté plainte et trois de ses violeurs sont aujourd’hui entre les mains de la justice.

SOULEYMANE SALL gfm.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image